ACTUALITE Aéronautique

ACTUALITE Aéronautique : Suivi et commentaire de l\'actualité aéronautique


Programme européen Copernicus (ex GMES). Satellites Sentinel

Partagez

Laurent Simon
Whisky Quebec

Programme européen Copernicus (ex GMES). Satellites Sentinel

Message par Laurent Simon le Jeu 3 Avr 2014 - 17:02

Bonjour,

Un peu surpris qu'il n'existe pas de fil consacré à ce programme majeur européen, presque aussi important que GALILEO, y compris en budget, mais effectivement beaucoup moins médiatisé.

Le budget a fait l'objet d'intenses négociations, et malgré l'actif soutien du Parlement européen, il a été amputé d'une bonne partie ; les Etats voulant réduire le budget européen, même pour des actions essentielles comme celles-ci, permettant une meilleure connaissance de la Terre, y compris au niveau changement climatique.

Départ ce soir de Kourou, Soyouz, du premier satellite SENTINEL 1A, d'une grande série.

video de présentation :
FranceTV
http://www.francetvinfo.fr/sciences/video-copernicus-le-programme-spatial-europeen-pour-suivre-oceans-forets-et-fonte-des-glaces_568427.html

"Sentinel-1A est le seul satellite européen conçu pour réagir rapidement en cas de catastrophes naturelles, notamment en cas d'inondations ou de séismes."

Sentinel-1A, un immense radar, sera lancé, jeudi 3 mars, depuis la Guyane, par une fusée Soyouz. Sa mission : scruter la surface de la Terre de jour comme de nuit, même par temps couvert. Sentinel-1A, le premier satellite du programme européen Copernicus, dont le but est d'observer la Terre, est capable de pénétrer les forêts pour atteindre le sol.
Conçu pour réagir en cas de catastrophes naturelles
Les missions environnementales du programme Copernicus englobent la surveillance de la surface des mers, ainsi que l'observation de la fonte des glaces, des marées noires et des glissements de terrain. Il s'agit du seul satellite européen conçu pour réagir rapidement en cas de catastrophes naturelles, notamment en cas d'inondations ou de séismes. Il est capable de fournir des données aussi actualisées que possible, selon l'agence spatiale européenne ESA. Le radar de pointe de Sentinel-1A est développé par Airbus Defence & Space.


articles de synthese :
dans les Echos :
http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/air-defense/actu/0203404023740-copernicus-nouveau-fer-de-lance-de-l-europe-spatiale-661967.php

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/auto-transport/actu/0203415388728-une-moisson-de-donnees-pour-les-scientifiques-661888.php

dans Futura Sciences :
http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/astronautique-sentinel-1a-premier-satellite-copernicus-sera-lance-demain-53069/

et qq autres precisions dans Euronews :
http://fr.euronews.com/2014/04/03/lancement-ce-jeudi-du-1er-satellite-du-programme-europeen-copernicus/

Liens donnant accès à des vidéos.


sur Sentinel-1A voir: http://www.esa.int/spaceinvideos/Videos ... Sentinel-1

http://www.01net.com/editorial/617420/sentinel-1a-un-satellite-pour-monitorer-et-surveiller-la-planete/

Les six missions des satellites Sentinel
 • Mieux gérer les catastrophes naturelles et les crises humanitaires grâce à des cartes détaillées des dommages et des analyses situationnelles spéciales.
• Surveiller les terres et les eaux à l’intérieur des terres pour protéger l’environnement et les sols.
• Surveiller l’environnement marin pour mieux le protéger, ainsi que les régions côtières. Mais aussi fournir des informations météorologiques et climatiques.
• Surveiller l’atmosphère en rassemblant des données sur la répartition mondiale des substances présentes à l’état de traces comme les gaz et aérosols.
• Suivre les changements climatiques
• Surveiller les frontières extérieures de l’Union Européenne et les missions au-delà, ainsi que le trafic maritime. Un dernier point qui pose davantage de questions quant à sa finalité comme le contrôle des flux migratoires.



Le satellite Sentinel-1a est positionné au sommet de la fusée Soyouz prêt au décollage depuis le centre spatial Européen de Kourou en Guyane. Le lancement est prévu pour aujourd'hui à 23h02 heure de Paris (21h02 GMT).

L'autorisation officielle de lancement a été donnée par Arianespace après les derniers contrôles sur le lanceur ainsi que sur les installations techniques du site et des stations de suivi, tous les voyants sont au vert. La prochaine étape est l'alimentation de la fusée quatre heures avant le décollage. Sentinel-1A a été livré sur le site de lancement à la fin du mois de février et a subit de nombreux tests pour s'assurer que tout est en partait état. Ont été également vérifiés les instruments qui fourniront les images radar essentielles au programme Copernic. Sentinel-1A marque le début d'une nouvelle ère de l'observation de la terre depuis l'espace. Une ère qui se concentre sur la fourniture de données quotidiennes pour les applications de gestion de l'environnement.


Pour plus d'informations sur Sentinel-1A voir: http://www.esa.int/spaceinvideos/Videos ... Sentinel-1


Les satellites météorologiques ont fourni des données opérationnelles depuis des années, et maintenant la famille des missions Sentinel feront la même chose pour la surveillance de l'environnement.

Sentinel-1A est une constellation de deux satellites, Sentinel-1B sera lancé l'année prochaine. Cinq autres missions Sentinel seront lancées dans les prochaines années. Chaque satellite porte la technologie "state-of-the-art" afin de fournir un flux d'images et de données complémentaires adaptées aux besoins des utilisateurs de Copernic. Les données ne sont pas seulement ouvertes aux utilisateurs du monde entier, mais elles sont également gratuites.

Pour voir le lancement du satellite Sentinel-1A en direct: http://www.esa.int/Our_Activities/Obser ... l-1_launch


http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=12661
Le programme Copernic

Famille Sentinel
llustration ESA

L'ESA à développé une nouvelle famille de missions Sentinel spécifiquement pour les besoins opérationnels du programme Copernic.
Chaque mission Sentinel est basé sur une constellation de deux satellites pour satisfaire aux exigences de couverture, en fournissant des ensembles de données robustes pour les services de Copernic. Ces missions offrent une gamme de technologies, telles que le radar et des instruments d'imagerie multi-spectrale pour la terre, l'océan et la surveillance atmosphérique.


Dernière édition par Laurent Simon le Jeu 3 Avr 2014 - 21:18, édité 3 fois

Poncho (Admin)
Whisky Charlie

Re: Programme européen Copernicus (ex GMES). Satellites Sentinel

Message par Poncho (Admin) le Jeu 3 Avr 2014 - 17:23

Merci

Difficile d'être exhaustif ... :d


_________________
@avia.poncho

Laurent Simon
Whisky Quebec

Re: Programme européen Copernicus (ex GMES). Satellites Sentinel

Message par Laurent Simon le Jeu 3 Avr 2014 - 17:55

Admin a écrit:Merci

Difficile d'être exhaustif ... :d
Bien sûr !
Ce n'était pas personnel, c'est indirectement la preuve que des actions importantes, et en particulier en Europe, décidées et réalisées par l'Europe, sont très faiblement médiatisées.

Au passage, au sujet de l'Europe spatiale : l'Europe investit beaucoup moins, en budget, que les Etats Unis, mais ses programmes sont du coup hyper sélectifs, et "la qualité" est au rendez-vous... sans mettre énormément d'agent dans des programmes extrêmement coûteux, dont la meilleure illustration était la navette spatiale (chaque lancement coûtait des centaines de millions de dollars).

sans que les Européens en soient même informés !
Et que dire des Français, alors que la France représente un des plus gros financeurs de l'ESA, et aussi un endroit d'excellence d'exécution de ces programmes spatiaux...

Laurent Simon
Whisky Quebec

Re: Programme européen Copernicus (ex GMES). Satellites Sentinel

Message par Laurent Simon le Ven 4 Avr 2014 - 9:58

Succès du lancement, Soyouz, depuis Kourou (Arianespace) :
http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/20140403trib000823647/le-satellite-sentinel-1a-les-yeux-de-l-europe-pour-l-observation-de-la-terre.html

Soyuz, le lanceur des satellites institutionnels de l'Europe
Le lancement de Sentinel-1A constitue un nouveau succès pour Soyuz en Guyane, une coopération spatiale emblématique entre la France, l'Europe et la Russie. Les deux autres satellites Sentinel seront toutefois lancés par le petit lanceur italien Vega. La date de livraison de Sentinel-1B à l'ESA est prévue au dernier trimestre 2015. Deuxième satellite de la mission Sentinel 1, il est actuellement en cours d'intégration dans les salles blanches de TAS à Rome. Le satellite, Sentinel-3A est, quant à lui, sur le point d'achever la première phase de tests et d'intégration.

Soyuz se partagera avec Ariane 5 le lancement des 14 satellites Galileo. Le programme Soyuz a déjà permis la mise en orbite de quatre satellites Galileo en 2011 et 2012. Avec Soyuz au CSG, « l'Europe dispose d'un lanceur moyen parfaitement complémentaire d'Ariane 5 et de Vega », a rappelé Arianespace.
Sept nouveaux lanceurs Soyuz ont été commandés par Arianespace à l'Agence spatiale fédérale russe Roscosmos, portant à 16 le nombre total de lanceurs à lancer depuis le Centre Spatial Guyanais. Les besoins des clients institutionnels et commerciaux d'Arianespace pour des lanceurs Soyuz sont ainsi couverts jusqu'à l'horizon 2019.

Le programme Copernicus a également un volet Sécurité. Ces applications sont en cours de développement. Trois priorités ont été définies : la surveillance des frontières extérieures de l'Union Européenne, le soutien des missions de l'UE hors de ses frontières et la surveillance.

Il permettra en outre le déploiement rapide et efficace des secouristes lors de situations de crise humanitaire, de catastrophes naturelles ou toutes autres situations d'urgence. La gestion de ce type d'événements nécessite des informations régulières et détaillées sur la zone concernée, ainsi que sur la nature et l'étendue des dommages. Ces données peuvent être fournies par le service Copernicus Emergency Management.


Précisions complémentaires sur les satellites Sentinel :
http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20140403.AFP3976/guyane-soyouz-doit-mettre-sur-orbitre-le-satellite-sentinel-1a.html

Doté d'un instrument radar de pointe développé par Airbus Defence & Space (ADS, ex-Astrium), capable de voir la surface de la Terre de jour comme de nuit, même par temps couvert, il doit poursuivre la mission qui avait été brillamment accomplie, durant dix ans, par le satellite Envisat, hors d'usage depuis tout juste deux ans.
Sentinel-1A est destiné à une large gamme de missions environnementales, notamment la surveillance de la surface des mers, l'observation de la fonte des glaces, des marées noires et des glissements de terrain. C'est aussi le seul satellite européen à avoir été spécifiquement conçu pour réagir rapidement en cas de catastrophes naturelles, comme des inondations ou des séismes, pour fournir au sol des données aussi fraîches que possible, souligne l'ESA, l'agence spatiale européenne.
Il sera rejoint l'an prochain par son jumeau, Sentinel-1B, qui sera placé en orbite à 180 degrés de son grand frère, "afin d'améliorer les intervalles de revisite" d'un même point à la surface du globe. Une fois opérationnel, ce duo d'anges gardiens permettra de cartographier l'intégralité de la Terre en l'espace de seulement six jours.
Mieux encore, le tandem Sentinel-1 couvrira l'Europe, le Canada et les principales routes maritimes tous les un à trois jours, quelles que soient les conditions météo, et fournira ses observations dans l'heure suivant l'acquisition des images.

D'autres satellites de la famille Sentinel doivent être lancés dans les années à venir pour compléter le réseau d'observation européen. Sentinel-2 sera dédié spécifiquement à la surveillance des terres et de la couverture végétale, tandis que Sentinel-3 recueillera des données sur l'environnement maritime (altimétrie, température, etc.)

Sentinel-4 et Sentinel-5 se consacreront plus spécifiquement à la météorologie et à la climatologie, en particulier en mesurant la composition de l'atmosphère.

Initié par la Commission européenne, le programme Copernicus vise à doter l'UE d'un accès continu, indépendant et fiable aux données d'observation de la Terre. Il était précédemment connu sous le nom de GMES (Global monitoring for environment and security).

Poncho (Admin)
Whisky Charlie

Re: Programme européen Copernicus (ex GMES). Satellites Sentinel

Message par Poncho (Admin) le Ven 4 Avr 2014 - 10:05

Merci merci

Ca a effectivement l'air d'être un beau programme EUROPEEN


_________________
@avia.poncho

Laurent Simon
Whisky Quebec

Re: Programme européen Copernicus (ex GMES). Satellites Sentinel

Message par Laurent Simon le Ven 4 Avr 2014 - 10:52

Admin a écrit:Merci merci

Ca a effectivement l'air d'être un beau programme EUROPEEN
Oui,
http://ec.europa.eu/enterprise/policies/space/copernicus/index_en.htm

extrait de la revue de presse, en mai 2013 :
http://europa.eu/rapid/press-release_IP-13-469_fr.htm

Des services importants pour l’environnement et la sécurité
Copernicus est le nouveau nom du programme d’observation de la Terre de la Commission européenne, anciennement désigné par l’acronyme GMES («Global Monitoring for Environment and Security», surveillance mondiale pour l’environnement et la sécurité). L’objectif de ce programme est de doter l’Europe d’un accès continu, indépendant et fiable aux données et informations résultant de l’observation de la Terre.

Il s’articule autour de six services différents qui concernent respectivement le milieu marin, l’atmosphère, l’environnement terrestre, le suivi du changement climatique ainsi que l’appui aux interventions d’urgence et les services liés à la sécurité. Copernicus exploite les données transmises par les satellites et les capteurs installés localement (notamment des bouées ou des sondes atmosphériques) pour produire des informations et des prévisions actualisées et fiables à utiliser, par exemple, pour l’agriculture ou la pêche, l’occupation des sols et l’aménagement urbain, la lutte contre les incendies de forêt, la réaction en cas de catastrophe, les transports maritimes ou la surveillance de la pollution de l’air.

Copernicus fournira les services suivants:

  • un service de surveillance de l’environnement terrestre, qui permettra de disposer d’informations à l’appui de l’élaboration et de l’adaptation des politiques européennes, notamment en ce qui concerne la protection de la nature et la biodiversité, les ressources naturelles, les risques pour l’environnement, l’évaluation des incidences sur l’environnement, la directive‑cadre sur l’eau, les politiques régionales, la cohésion territoriale et le développement de l’espace, la politique commune des transports et les politiques en faveur des PME;
  • un service axé sur le milieu marin, fournissant des informations sur l’état des océans, notamment le niveau des mers, les courants, la salinité et les nappes d’hydrocarbures;
  • un service de surveillance de l’atmosphère, qui renseignera sur les changements d’ordre chimique dans l’atmosphère qui participent au changement climatique, sur la qualité de l’air ainsi que sur le rayonnement solaire;
  • un service d’aide aux interventions d’urgence en cas de catastrophes naturelles, qu’elles soient d’origine climatique (tempêtes, incendies ou inondations) ou géophysique (séismes, tsunamis, éruptions volcaniques, glissements et affaissements de terrain), de catastrophes causées par l’homme ou de situations d’urgence à caractère humanitaire ou relevant de la protection civile, ces dernières urgences complexes nécessitant une réaction pluridisciplinaire;
  • un service d’appui en matière de sécurité, par exemple dans le domaine de la surveillance maritime par les gardes-côtes ou du contrôle des infrastructures critiques en vue de réduire le nombre d’attaques terroristes;
  • un service lié au changement climatique sera mis en place au niveau transversal afin de modéliser des scénarios de changement climatique en recueillant en continu des données fiables sur des indicateurs spécifiques.

Laurent Simon
Whisky Quebec

Re: Programme européen Copernicus (ex GMES). Satellites Sentinel

Message par Laurent Simon le Ven 4 Avr 2014 - 11:19

Admin a écrit:Merci merci

Ca a effectivement l'air d'être un beau programme EUROPEEN

et aujourd'hui :
http://ec.europa.eu/enterprise/newsroom/cf/itemdetail.cfm?item_id=7431&lang=fr

Sentinel 1A a été mis sur orbite après avoir été lancé depuis le centre spatial européen de Kourou, en Guyane, le 3 avril, à 23 h 02. Il s’agit d’une performance notable, non seulement pour le programme Copernicus, mais aussi pour la politique spatiale européenne et l’engagement de l’Union européenne dans les activités spatiales. L’UE a inscrit l’espace dans les priorités de son programme politique. L’espace est au cœur de la stratégie de l’Union européenne en faveur de la croissance, la stratégie «Europe 2020» pour une croissance intelligente, durable et inclusive.


même si depuis 1998 (!) son lancement - budget - maintien n'a pas été un long fleuve tranquille (budget important, amputé d'une grosse partie).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Copernicus_%28Programme%29

Laurent Simon
Whisky Quebec

Re: Programme européen Copernicus (ex GMES). Satellites Sentinel

Message par Laurent Simon le Ven 4 Avr 2014 - 11:21

Même son nom (Copernicus, à partir du peu inspirant GMES) a fait l'objet de polémiques, notamment avec l'Allemagne qui voulait l'orthographe "Kopernicus"...
http://www.lapresse.ca/sciences/200810/09/01-27985-les-polonais-accusent-lue-de-germaniser-copernic.php


«Nous ne tenons pas à ce que le programme utilise nécessairement la transcription polonaise, c'est à dire Mikolaj Kopernik. Cela enlèverait à ce personnage tout son caractère universel. Nous aimerions que le programme utilise la transcription en latin Copernicus, à l'instar d'un autre programme, Galileo», a indiqué Ziolkowski.

et sur de nombreuses années... "Copernic, réveille-toi, ils sont devenus fous !"
Nicolas Copernic était un vrai Européen : sa famille était allemande et polonaise ; il écrivait en latin et en allemand ; et il avait étudié dans différents pays d'Europe.
http://www.latribune.fr/opinions/editos/20130123trib000744272/copernic-reveille-toi-ils-sont-devenus-fous-.html

Laurent Simon
Whisky Quebec

Re: Programme européen Copernicus (ex GMES). Satellites Sentinel

Message par Laurent Simon le Ven 4 Avr 2014 - 11:23

Du fait de son importance, et des connexions avec différents domaines, ce programme a fait l'objet d'un accord-cadre entre ESA et Eumetsat
http://fr.wikipedia.org/wiki/Copernicus_%28Programme%29#Accord-cadre_GMES_entre_ESA_et_Eumetsat



http://europa.eu/rapid/press-release_IP-14-257_fr.htm

"M. Antonio Tajani, vice-président de la Commission européenne et commissaire à l’industrie et à l’entrepreneuriat, a déclaré:

«L'espace est une priorité pour l'Union; le budget consacré aux deux programmes spatiaux phares de l'Union européenne, Copernicus et Galileo, est entériné. Près de 12 milliards d'euros seront investis dans les technologies spatiales. Ma priorité est de m'assurer que ce budget multipliera les bénéfices que tirent les citoyens européens de nos programmes spatiaux.»"



Copernicus ouvre des débouchés pour les milieux d’affaires
Copernicus aidera également les entreprises européennes à créer emplois et débouchés, essentiellement dans l'industrie spatiale et dans la production et la diffusion de données environnementales. Qui plus est, de nombreux autres secteurs économiques, tels que les transports, l’industrie du pétrole et du gaz, les assurances, ou encore, l'agriculture, profiteront indirectement des données fiables dérivées de l'observation de la Terre.

Selon plusieurs études, Copernicus pourrait engendrer des avantages financiers de l’ordre de 30 milliards d'euros et créer près de 50 000 emplois en Europe d'ici à 2030. En outre, le régime de libre diffusion des données de Copernicus et des informations de ses services aideront citoyens, entreprises, chercheurs et responsables politiques à intégrer une dimension environnementale à toutes leurs activités et processus décisionnels.

Les activités spatiales favorisent dès maintenant le développement d'un marché de produits et de services satellitaires, fournissant ainsi à notre industrie les emplois hautement qualifiés dont elle aura besoin pour prospérer, aujourd'hui comme demain.

Laurent Simon
Whisky Quebec

Re: Programme européen Copernicus (ex GMES). Satellites Sentinel

Message par Laurent Simon le Ven 4 Avr 2014 - 11:23

Le Parlement européen a toujours soutenu le projet, et l'a approuvé largement en mars dernier :
http://www.europarl.europa.eu/news/fr/news-room/content/20140307IPR38403/html/Copernicus-feu-vert-au-nouveau-programme-de-l%E2%80%99UE-d%E2%80%99observation-de-la-terre

Vittorio Prodi (S&D, IT), en charge de la législation au Parlement, a déclaré: "De nouveaux satellites seront lancés dans les années à venir pour collecter des données globales. Le principal objectif de Copernicus est d'être utile aux citoyens européens dans un nombre varié de domaines, en particulier pour l’environnement et le changement climatique.
"Copernicus soutiendra aussi les autorités publiques dans leur gestion des catastrophes naturelles comme les éruptions volcaniques, les tremblements de terre, les incendies, les inondations, ainsi que les accidents causés par les hommes comme les marées noires", a-t-il ajouté.

Fournir gratuitement l’information dans des domaines vitaux

Copernicus assurera l'accès à des informations complètes, libres et gratuites dans les domaines de la terre, de l'environnement maritime, l'atmosphère, le changement climatique, la gestion des urgences et la sécurité, estiment les députés. Ces données seront recueillies à partir de plusieurs satellites terriens d'observation et d’une multitude de capteurs au sol, en mer ou dans le ciel.

Par exemple, les données sur la qualité de l’eau permettront aux autorités publiques de mieux protéger les eaux de baignade et de prévoir la prolifération d’algues. La sécurité maritime sera renforcée grâce à des données sur les courants, les vents et le gel en mer, qui permettront d'améliorer les services de trafic maritime ou les opérations de recherche et de sauvetage.

Le nouveau système fournira également des données sur le climat (par exemple, sur l'augmentation des températures, l'élévation du niveau des mers, la fonte de la calotte glaciaire, le réchauffement des océans), le rayonnement solaire, les prévisions de crues, les gaz à effet de serre, les gaz réactifs, l'ozone et les aérosols.

Conformément à l’accord, le texte stipule que Copernicus devrait être considéré comme une contribution européenne à la mise en place du réseau mondial des systèmes d’observation de la terre (GEOSS).

-------------

http://www.actu-environnement.com/ae/news/copernicus-programme-europeen-observation-terre-21069.php4

Mercredi 12 mars, le Parlement européen a donné son feu vert à Copernicus, le nouveau programme européen d'observation de la terre, par 640 voix pour, 32 voix contre, 7 abstentions. Ce vote entérine l'accord obtenu avec le Conseil en décembre.

Doté d'un budget de 4,3 milliards d'euros pour la période 2014-2020, Copernicus remplacera le programme de surveillance globale de l'environnement et de la sécurité (GMES). Il constitue la contribution européenne à la mise en place du réseau mondial des systèmes d'observation de la Terre (GEOSS).

"Ses données serviront de nombreux objectifs, dont celui de contrôler le réchauffement climatique et de protéger la sécurité publique", explique le Parlement, ajoutant que "Copernicus soutiendra aussi les autorités publiques dans leur gestion des catastrophes naturelles comme les éruptions volcaniques, les tremblements de terre, les incendies, les inondations, ainsi que les accidents causés par les hommes comme les marées noires".

Laurent Simon
Whisky Quebec

Re: Programme européen Copernicus (ex GMES). Satellites Sentinel

Message par Laurent Simon le Sam 12 Avr 2014 - 11:22

Une vidéo de Euronews :
http://fr.euronews.com/2014/03/20/copernic-offre-un-flot-de-donnees-en-cas-de-catastrophe/
 
dont l'extrait :
La politique de données décidée récemment est ouverte et gratuite, car ces données sont aussi un produit sur lequel nous pouvons construire un grand nombre de projets d’entreprise – pour les entreprises européennes, en Europe et aussi en dehors de l’Europe, et cela n’est possible que si les données sont à l‘état brut et gratuites.
 
C’est un peu comme un GPS, un signal gratuit provenant de l’espace sur lequel beaucoup d’entreprises se baseront sur le terrain”, détaille Volker Liebig, Directeur de l’observatoire de la Terre de l’ESA.
 
Le programme Copernic est déjà en cours et va se développer de façon consistante dans les deux prochaines années grâce au lancement des Sentinelles et la récolte de plusieurs téraoctets de données par jour.
 
Dans le meilleur des cas, nous arrivons à environ une résolution d’un demi-mètre, ce qui est assez précis. Après vous allez vers une gamme de résolutions d’environ 5 mètres où vous pouvez mesurer différents paramètres, principalement des informations agricoles comme les cultures ou les prévisions de rendement.
 
Et puis vous passez à environ 200 mètres, 250 mètres, c’est ce qui est utilisé pour la cartographie mondiale des océans. Cela concerne vraiment les paramètres à l‘échelle mondiale qui ont bien sûr d’autres types d’utilisateurs et un intérêt différent”, continue Volker Liebig.
 
 
et :
La prévision des crues est un domaine émergent de la science et il va encore gonfler grâce à des informations plus rapides et plus précises.
 
“Avec les images satellites de l’ESA, nous serons en mesure d’avoir une résolution verticale de l’ordre des décimètres. C’est ce qui va nous permettre de dire qu’une zone sera inondée ou qu’une autre ne le sera pas. Tout cela nous va nous permettre d‘élaborer de meilleurs plans d’action”, espère Javier García-Pintado.

Laurent Simon
Whisky Quebec

Re: Programme européen Copernicus (ex GMES). Satellites Sentinel

Message par Laurent Simon le Dim 20 Avr 2014 - 12:12

Programme européen Copernicus : le satellite Sentinel-1A transmet ses premières images

http://regard-sur-la-terre.over-blog.com/article-programme-europeen-copernicus-le-satellite-sentinel-1a-transmet-ses-premieres-images-123352476.html

avec plusieurs images sur cette page
 
"C’est fait : les premières images du satellite Sentinel-1A, lancé depuis la Guyane française le 3 avril 2014, viennent d’être publiées. Elles ont été acquises entre le 12 et le 13 avril, un jour après que le satellite Sentinel-1A ait atteint son orbite de travail et ait été placé dans sa configuration de fonctionnement. Il ne s’agit pas encore de l’orbite définitive mais d’une orbite utilisée pour la recette en vol. Un travail important doit encore être fait, par exemple en calibrant très finement l’instrument CSAR, dans les trois mois qui viennent.
Les premières images présentées ici donnent simplement un avant-goût de ce que fournira Sentinel-1A à partir de cet été.
Mon image préférée apparaît en premier dans cet article mais, symboliquement, c’est Bruxelles qui est présentée comme la toute première image."
 
...
 
"Ici, les couleurs ont été choisies pour montrer les différents types d’occupation des sols : végétation en vert, bleu-rouge pour les zones urbanisées, blanc pour les zones les plus denses et noir pour les cours d’eau ou les surfaces peu réflectives comme les pistes des aéroports. L’image montre la densité de l’environnement urbain autour de Bruxelles, qui apparaît en blanc au centre de l’image. L'extrait du bas est centré sur Anvers, visible en haut à gauche dans l'image principale."
 
"Deux autres images font partie de la première série d’images de Sentinel-1A publiées par l’ESA sur son site Internet. Elles fournissent deux exemples de services rendus par les satellites du programme européen Copernicus et illustrent en particulier l’importance de disposer d’un instrument radar"
 
- "Dans le domaine de l’environnement, le suivi de l’évolution des glaciers, de la formation des icebergs et de l’évolution des calottes glaciaires, en relation avec les études sur l’impact du changement climatique.
L’image de Sentinel-1A montre une partie du glacier Thwaites et du glacier de l’île du pin (Pine Island) en Antarctique.
Sentinel-1A pourra également surveiller l’évolution de la glace de mer, particulièrement pour les eaux de plus en plus fréquentées de l’Arctique.
Les images fournies par son radar en bande C aideront à faire la différence entre la glace annuelle, fine et navigable, et la glace permanente pluriannuelle, plus épaisse et dangereuse pour la navigation"
 
...
- "Dans le domaine de l’aide en cas de situation d’urgence, la fourniture d’images très rapidement après une catastrophe ou une crise (comme pour l'incendie récent de Valparaiso au Chili). Ici, il s’agit d’une inondation de plaine causée par la crue du fleuve Zambèze. Le blog un autre regard sur la Terre présente régulièrement des exemples de contribution des satellites d’observation en cas de catastrophe majeure. Pour illustrer tout l’intérêt de l’instrument radar, il faut savoir que la région de la plaine Caprivi est recouverte d’une épaisse couverture nuageuse le jour où l’image a été prise."

Laurent Simon
Whisky Quebec

Re: Programme européen Copernicus (ex GMES). Satellites Sentinel

Message par Laurent Simon le Dim 20 Avr 2014 - 12:17

Suite de l'article ci-dessus
... "Pas encore convaincu par l’intérêt des images radar ?

Les images en polarisation simple en noir et blanc vous paraissent « tristounettes » et les représentations colorées ne valent pas les belles images multispectrales des satellites Pleiades ou Spot 6 ?

Peut-être… Mais regardez les heures d’acquisition des images et pensez à la couverture nuageuse.

Pour fixer les idées voici deux images optiques prises par les satellites Aqua et Terre et couvrant la région de Bruxelles et la Namibie le jour où les images radar ont été prises par l’instrument CSAR de Sentinel-1A.
Dans les deux cas, aucun satellite optique n’aurait pu fournir une image exploitable ce jour-là à cause de la couverture nuageuse…"


PS. Merci à celui qui voudra bien extraire les images correspondantes, pour les mettre ici, cela sera plus parlant !

Laurent Simon
Whisky Quebec

Re: Programme européen Copernicus (ex GMES). Satellites Sentinel

Message par Laurent Simon le Dim 20 Avr 2014 - 13:26

et une animation, sur le site ESA, "Sentinel-1, voir à travers les nuages" :

Sentinel-1: seeing through clouds
http://www.esa.int/spaceinvideos/Videos/2014/03/Sentinel-1_seeing_through_clouds

Laurent Simon
Whisky Quebec

Re: Programme européen Copernicus (ex GMES). Satellites Sentinel

Message par Laurent Simon le Dim 20 Avr 2014 - 13:46

Veille météo et climat,
Conseil Général de l'Environnement et du Développement Durable,
N°50, janvier 2013

http://www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/LVMC_n50_cle5ed8b1.pdf

Quelques extraits :

"Le programme Copernicus est financé :
- d’une part par l’Agence Spatiale Européenne qui prend en charge le développement des satellites, y compris leur segment sol,
- et la Commission Européenne qui couvre les services ainsi que les dépenses récurrentes et opérationnelles de la composante spatiale."

"Copernicus GMES en France

La France est très active dans le programme Copernicus et bénéfi cie d’un bon taux de retour de 25% sur la composante spatiale et de 30% sur les services.
Elle est actuellement impliquée dans les différentes composantes du programme au travers une multiplicité d’acteurs :
Au niveau des services Copernicus :

Mercator-Océan coordonne le projet MyOcean préfi gurateur du service marin, dans lequel participent également l’IFREMER, Météo-France, le CNRS, CLS et ACRI ;

L’INERIS, le Centre européen de prévision météorologique (CEPMMT) et Météo-France coordonnent le volet régional (sur toute l’Europe) du projetMACC2 coordonné par CEPMMT, et préfi gurant le service Atmosphère dans lequel participent le CNRS, le CEA, l’UPMC et ARMINES ;

Le SOeS est le correspondant national en charge de la partie française de Corine Land Cover, et est impliqué dans les tests et l’amélioration des 5 couches haute résolution sur la France. Cette composante pan-européenne du service Territoire est pilotée par l’Agence européenne de l’environnement. Météo France et HYGEOS sont également impliqués dans la composante globale pilotée par le Centre commun de recherche.
La société SIRS contribue à l’atlas urbain qui est un des deux volets de la composante locale ;

SIRS fait partie du nouveau consortium en charge du service de gestion des urgences coordonné par e-GEOS (Italie). Le SCHAPI est également impliqué dans l’évaluation des produits du service EFAS (European Flood
Awardness System) coordonné par le CEPMMT et piloté par le Centre commun de recherche ;

Plusieurs appels d’offre du 7ème PCRD-Espace sont en cours d’instruction pour les composantes préfi guratrices du service Climat, pour lesquelles plusieurs équipes françaises ont répondu ;

D’autres appels d’offre devraient également être ouverts pour le service sécurité en cours de définition.

Au niveau de la composante spatiale
, les industriels EADS-Astrium et Thalès Alenia Space sont impliqués dans le développement des
infrastructures spatiales (Sentinel). Certains de leurs satellites comme Spot, constituent également des missions contributives au programme.

Au niveau de la composante in situ
, principalement à la charge des Etats, la France contribue fortement notamment pour l’océan, via Coriolis, Euro-
Argo, NAOS, et pour l’atmosphère, via IAGOS et les données météorologiques issues de Météo France. L’IGN fournit également des données de référencevia le Géoportail.
Concernant le développement d’applications en aval des services Copernicus,plusieurs sociétés françaises ont été impliquées dans des démonstrateurs ou des projets de développement intégrés dans certains projets préfi gurateurs
des services. Elles sont toutefois dépendantes d’une stabilisation et d’une pérennisation des services pour pouvoir se développer.

Relations utilisateurs :
Le MEDDE étant un des principaux ministères utilisateurs des services Copernicus, particulièrement concerné par leurs thématiques, anime lesrelations avec les utilisateurs. La DRI du CGDD a organisé plusieurs forums
d’utilisateurs nationaux thématiques et coordonne la préparation nationale des travaux du « Forum des utilisateurs »."

Laurent Simon
Whisky Quebec

Re: Programme européen Copernicus (ex GMES). Satellites Sentinel

Message par Laurent Simon le Mer 23 Avr 2014 - 13:27

Un article de FUTURA SCIENCES, qui contient des précisions très intéressantes :
http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/sentinel-1a-toutes-premieres-images-radar-sentinel-1a-53294/
 
"Sentinel 1A détecte des mouvements du sol de 2 mm par an
Il reprendra les services opérationnels et les missions environnementales que menait Envisat et qui ont été brutalement interrompus après la perte de ce satellite en avril 2012. Sentinel 1A peut aussi faire bien d'autres choses, comme nous l'explique Yves-Louis Desnos, spécialiste radar et responsable du support auprès des scientifiques et des utilisateurs et membre du département Sciences, applications et technologies futures à l'Agence spatiale européenne.
 
Ce radar à bande C à synthèse d’ouverture (SAR) est équipé d’une antenne à guide d’onde composée de 560 modules d’émission-réception et peut opérer dans quatre modes d’observation. Elle fonctionne selon le principe de l’interférométrie qui consiste à combiner la phase de deux images radar prises par le satellite à des instants différents. En comparant les images, il est possible de détecter tous les changements susceptibles de s’être produits dans l’intervalle. Dans le cas de Sentinel 1A, ce principe permet de détecter des mouvements de l’ordre d’une fraction de la longueur d’onde de fonctionnement (5,6 cm) du radar. Le radar peut ainsi détecter « des mouvements de sols de deux millimètres par an », comme des déformations ou des variations d’altitude du terrain observé. Cette performance sera utile dans des domaines variés, comme la « volcanologie, la sismologie ou encore la glaciologie ».
 
À cela s’ajoute un mode d’acquisition qui « permet le choix de la polarisation ». Elle sera simple (au choix HH ou VV, H pour horizontale et V pour verticale) et en dual-pol (VV+VH ou HH+HV). Par exemple, VV+VH indique des signaux transmis verticalement et reçus verticalement et horizontalement. Autre particularité intéressante, il s’agit du « premier système radar interferometrique opérationnel à large fauchée » avec une « résolution bien meilleure que les systèmes précédents ». Cela lui lui permet de couvrir des zones d’observations de 250 kilomètres de côté au-dessus des terres émergées et jusqu’à 400 kilomètres pour la cartographie et le suivi des glaces.
 
Des applications inédites
Enfin, depuis l’avènement du principe de la synthèse d’ouverture, les progrès ont été significatifs. D’une résolution kilométrique à l'origine, on a pu obtenir des résolutions décamétriques puis métriques. À cela s’ajoute une durée d’acquisition passée de 12 minutes par orbite avec les ERS 1 et 2 à une observation « sans discontinuité avec Sentinel 1A et des débits de données 5 fois supérieurs par rapport à Envisat ».
 
Si les données de Sentinel 1A serviront à de nombreux services existants, dont le mode vague qui permet de mesurer un certains nombre de paramètres liés aux vagues afin d'améliorer la prévision de l’état de la mer, de « nouvelles applications sont attendues ». Pour la communauté des utilisateurs, « cela va être une source de données exceptionnelles de très grande qualité ».
De plus, c’est la première fois que la continuité des données est garantie sur une très longue période. À partir des données de n’importe quel capteur de Copernicus, il sera possible de faire des prédictions de moyen terme, typiquement 20 ans, ce qui n’était pas possible auparavant. Les prédictions se limitaient à la durée de vie du satellite concerné."

Laurent Simon
Whisky Quebec

Re: Programme européen Copernicus (ex GMES). Satellites Sentinel

Message par Laurent Simon le Mer 23 Avr 2014 - 17:53

Bruxelles vue du ciel : l'impressionnante imagerie radar de Sentinel-1A

http://www.sciencesetavenir.fr/espace/20140422.OBS4726/bruxelles-vue-du-ciel-l-impressionnante-imagerie-radar-de-sentinel-1a.html


"NET. Le satellite de l’Agence spatiale européenne (ESA) Sentinel-1A a été lancé le 3 avril. Voici qu'il livre ses premières images radar de la Terre. Le résultat est impressionnant de précision.


PREMIER LANCÉ. Le satellite européen Sentinel-1A, nouveau satellite parmi d'autres ? Non, car ce dispositif civil se distingue par sa réactivité. Une heure suffit au traitement de ses images, une fois reçues par la station au sol, avec une résolution, au plus fin, de 5 mètres.

Cette capacité doit faire de Sentinel-1A un outil précieux dans la gestion des catastrophes, puisqu'il doit permettre, au plus vite, d'évaluer l'étendue d'une inondation, les dégâts d'un tremblement de terre, etc. Son radar de 12 mètres de long est ainsi capable de prendre des images au sol malgré les nuages, la pluie ou l'obscurité..."

Laurent Simon
Whisky Quebec

Les Copernicus masters : appel à des idées d'applications, jusqu'en juillet.

Message par Laurent Simon le Mer 23 Avr 2014 - 18:20

Earth observation competition searching for outstanding application ideas

http://www.gizmag.com/copernicus-masters-applications-open/31719/

"For the first time the competition will be open to entrants worldwide, accepting submissions in eight application fields:
- agriculture management
- emergency management
- environment protection
- marine monitoring
- mobile applications
- renewable energy
- tourism/leisure
- transport/logistics.

The prizes aren’t too shabby either.
There are eight challenge awards ranging in value from €3,000 to €60,000, with an additional prize valued at €80,000 being awarded to the overall winner, the Copernicus Master."

Laurent Simon
Whisky Quebec

Appel aux projets radar innovants.Concours de surveillance de la Terre_Copernicus Masters 23 juin 2014

Message par Laurent Simon le Mar 8 Juil 2014 - 9:25

Airbus Defence and Space lance le concours « Radar Constellation Challenge » avec HisdeSAT



Appel aux projets radar innovants dans le cadre du concours de surveillance de la Terre Copernicus Masters 23 juin 2014


Ce défi porte sur l'utilisation créative de données haute résolution de satellites radar, en particulier celles de la future constellation TerraSAR-X / TanDEM-X et PAZ. Opérationnel fin 2014, le satellite espagnol PAZ (fabriqué par Airbus Defence and Space, et détenu et exploité par HisdeSAT) rejoindra les satellites jumeaux allemands TerraSAR-X et TanDEM-X sur le même plan orbital. Outre les modes d'imagerie identiques des trois satellites, ce concept permettra d'exploiter pleinement le potentiel d'une constellation satellitaire offrant des délais de revisite écourtés, une couverture étendue et un service optimisé.

Toutefois, l'intégration des données issues d'autres sources, comme l'imagerie satellitaire transmise par des senseurs commerciaux ou publics, sera également étudiée. Airbus Defence and Space et HisdeSAT encouragent particulièrement les idées créatives d'applications pour la surveillance maritime, la sécurité ou la détection des changements.


Les soumissions seront évaluées, entre autres, selon leur caractère innovant, ainsi que leurs avantages potentiels pour les clients et leurs retombées économiques. Leur capacité à intégrer les données satellite SAR seront prises en compte, de même que leur pertinence par rapport au programme Copernicus.


Les participants - qu'ils soient étudiants, entrepreneurs, développeurs ou PME - sont invités à soumettre leurs approches novatrices jusqu'au 13 juillet 2014 sur le site web Copernicus Masters : http://copernicus-masters.com/index.php?kat=challenges.html&anzeige=airbus_hisdesat.html


 

Laurent Simon
Whisky Quebec

Re: Programme européen Copernicus (ex GMES). Satellites Sentinel

Message par Laurent Simon le Jeu 31 Juil 2014 - 0:31

Des précisions sur Sentinel 1, les fréquences notamment, mais aussi les coopérations nécessaires.

Sentinel Spectrum: the Case for EO and Space Science Spectrum

http://www.satellitetoday.com/publications/2014/07/17/sentinel-spectrum-the-case-for-eo-and-space-science-spectrum/


Europe’s Investment in Earth Observation (EO) Satellites

Challenges at WRC-15  (World Radiocommunication Conference 2015)

Protection of EO and Space Science Spectrum

Space Spectrum Shake-up

Laurent Simon
Whisky Quebec

Re: Programme européen Copernicus (ex GMES). Satellites Sentinel

Message par Laurent Simon le Mar 26 Aoû 2014 - 15:05

Un article d'introduction, à une série d'articles à venir :

Satellites et système GMES Copernicus (1) : 1ère application au Costa Concordia


Laurent Simon
Whisky Quebec

Re: Programme européen Copernicus (ex GMES). Satellites Sentinel

Message par Laurent Simon le Ven 20 Mar 2015 - 19:43

depuis fin février, le satellite SENTINEL 2A est prêt

European Space Agency...Copernicus Gets New Eyes...Sentinel-2A Ready For Space 
http://www.satnews.com/story.php?number=1320190571

Extraits :

After six months of intensive testing, the first Sentinel-2 satellite developed and built by Airbus Defence and Space for the European Space Agency (ESA) is getting ready for its mission in space

Sentinel-2A will be the second satellite of the Copernicus program to be launched. Copernicus is an operational program led by the European Commission (EC) in partnership with the European Space Agency (ESA).

The Copernicus Sentinels supply remote sensing data of the Earth to deliver key operational services related to environment and security.
“Sentinel 2 is the next important milestone to deploy Europe´s Copernicus program for which Airbus Defence and Space is a key contributor

In IABG’s facilities in Ottobrunn (near Munich, Germany) Airbus Defence and Space engineers put Sentinel-2A through a rigorous test campaign that included acoustic testing to simulate the huge noise generated at launch, vibration and separation shock testing to simulate mechanical launch loads, and thermal vacuum testing to simulate the environment in space. The 1.1 tonne satellite is now scheduled to be shipped to the European spaceport in Kourou, French Guiana, in April.

The S2A launch by VEGA is scheduled in June.

Sentinel-2A will deliver optical images from the visible to short-wave infrared range of the electromagnetic spectrum from an altitude of 786 kilometers using 13 spectral bands with a resolution of 10, 20 or 60 meters and a swath width of 290 km. This combination is unprecedented in the category optical imagers.

The data will be used for studying land use, soil sealing, land management, agriculture, forestry, natural disasters (floods, forest fires, landslides, erosion) and to assist humanitarian aid missions. Environmental observation in coastal areas likewise forms part of these activities, as does glacier, ice and snow monitoring

Sentinel-2B, which is identical in design, is planned for launch mid-2016. These two satellites orbiting the earth every 100 minutes will be able to capture images of our planet’s entire land surface in less than five days.

Laurent Simon
Whisky Quebec

Les 4 familles de satellites, les deux séries d'instruments SENTINEL, du programme Copernicus

Message par Laurent Simon le Sam 28 Mar 2015 - 16:55

Rappel d'infos, synthétiques, sur le programme Copernicus (ex GMES)

http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/copernicus-satellite-sentinel-2-posera-nouveau-regard-terre-57347/

"le programme Copernicus inclut une composante spatiale qui s’appuie sur six familles de satellites et instruments comptant chacune quatre membres pour d’une part garantir des temps de revisite très courts et, d’autre part, garantir la continuité des données sur une très longue période.

Cette composante est constituée de :
- quatre familles de satellites (Sentinel 1, 2, 3 et 6)
- et deux d’instruments (Sentinel 4 et 5) embarqués sur des satellites d’Eumetsat, Météosat de troisième génération pour Sentinel 4 et Metop de deuxième génération pour Sentinel 5.



  • Sentinel 1 assurera la continuité des mesures radar SAR recueillies par les satellites ERS et Envisat.

  • Sentinel 2 sera un satellite optique conçu pour des observations en mode spectral.

  • Sentinel 3 se consacrera à la surveillance de la Terre et à l'océanographie opérationnelle.
  • Sentinel 4, depuis l’orbite géostationnaire, sera dédié à l'étude de la pollution atmosphérique et de la composition de l'atmosphère à des fins météorologiques et climatologiques. 
  • Sentinel 5 est destiné à l'étude de la chimie atmosphérique en orbite basse. 
  • Sentinel 6 le dernier de la bande, décidé il y a quelques semaines, sera dédié à l’altimètrie opérationnelle et prendra la suite de la filière des satellites Jason.


Et sur Wilkipedia :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Copernicus_%28programme%29#Satellites_de_l.27Agence_spatiale_europ.C3.A9enne

L'Agence spatiale européenne (ESA) développe actuellement une nouvelle série de satellites appelés Sentinel, afin de répondre aux besoins du programme GMES (Copernicus) en matière de données d'observation de la Terre.

Ces satellites auront des capacités d'imagerie radar et super-spectrale pour l'observation de la Terre, des océans et de l'atmosphère. Les missions Sentinel auront les objectifs suivants :

  • Sentinel-1 : fourniture d'imagerie radar tout-temps, jour et nuit, à des fins d'observation du sol et des océans. Sentinel-1A a été lancé le 3 avril 2014. Sentinel-1B est prévu en 2016.
  • Sentinel-2 : fourniture d'imagerie optique haute résolution pour l'observation des sols (utilisation des sols, végétation, zones côtières, fleuves, etc.). Sentinel-2 sera également utile pour la mise en place de services de traitement de l'urgence. Le lancement du premier satellite Sentinel-2 est prévu au mois de mai 2015, grâce à une fusée Vega.
  • Sentinel-3 : surveillance mondiale des océans et des sols. Le lancement du premier satellite Sentinel-3 était prévu fin 2017.
  • Sentinel-4 : embarqué comme charge utile sur un satellite EUMETSAT Météosat de Troisième Génération (MTG) , Sentinel-4 fournira des données sur la composition de l'atmosphère. Il sera lancé en 2018.
  • Sentinel-5 : fourniture de données sur la composition de l'atmosphère. Sentinel-5 sera lancé en 2019 sur un satellite Système polaire d’EUMETSAT – Deuxième génération (EPS-SG).


-----
Dans l'attente de la fourniture de données par les missions Sentinel, de nombreuses missions en cours ou à venir fournissent ou fourniront prochainement des données utiles à GMES.


Ces missions sont souvent désignées par le sigle GCM (GMES Contributing Missions/missions contribuant à GMES). Ainsi, il y a :


  • ERS : le satellite européen de télédétection/European Remote Sensing Satellite ERS-1 (1991-2000) était le premier satellite d'observation de la Terre lancé par l'ESA. Lancé en 1995, ERS-2 fournit des données relatives à la température de surface des océans, aux vents marins et à la couche d'ozone.
  • Envisat : lancé en 2002, Envisat était le plus gros satellite d'observation de la Terre jamais construit. Il transportait des instruments radars et optiques complexes parmi lesquels le radar ASAR (Advanced Synthetic Aperture Radar) et le spectromètre MERIS (Medium Resolution Imaging Spectrometer). Envisat a fourni de manière continue des données issues de l'observation du sol, de l'atmosphère, des océans et de la calotte glaciaire. Les États membres de l'ESA votèrent à l'unanimité la reconduction de la mission Envisat jusqu'en 2013.
  • Earth Explorers : les missions Earth Explorers sont de petites missions d'étude d'aspects particuliers de l'environnement. Ces missions portent en particulier sur l'atmosphère, la biosphère, l'hydrosphère, la cryosphère et aussi sur le sous-sol, dans le but d'en apprendre davantage sur les interactions entre ces composants et sur l'impact des activités humaines sur les processus naturels. Six missions ont été retenues :

    • GOCE (Gravity Field and Steady-State Ocean Explorer), lancée le 17 mars 2009
    • SMOS (Soil Moisture and Ocean Salinity), lancement prévu en novembre 2009
    • CryoSat-2 (mesure de l'épaisseur de la banquise), lancée en avril 2010
    • Swarm (mesures de l'intensité et de la direction du champ magnétique terrestre), lancé le 22 novembre 2013.
    • ADM-Aeolus (Atmospheric Dynamics Mission), lancement prévu en 2014
    • EarthCARE (Earth Clouds, Aerosols and Radiation Explorer), lancement prévu en 2015


  • MSG : Seconde génération de Meteosat, projet commun de l'ESA et d'EUMETSAT.
  • MetOp : MetOp d'EUMETSAT: première constellation européenne sur orbite polaire consacrée à la météorologie. MetOp se compose de trois satellites lancés sur une période de 14 ans. Les deux premiers ont été lancés en 2006 et 2012. Ils fournissent des données météorologiques et des données utiles à l'étude du changement climatique.
  • SPOT : SPOT (Satellite oour l'observation de la Terre) est une série de satellites d'observation fournissant des images haute résolution de la Terre. SPOT-4 et SPOT-5 comportent des instruments nommés VEGETATION capables de surveiller les écosystèmes à l'échelle des continents.
  • TerraSAR-X : est un satellite d'observation de la Terre fournissant des informations topographiques de haute qualité. Les informations ainsi fournies sont utiles en hydrologie, météorologie, utilisation des sols, gestion des forêts et protection de l'environnement.
  • la constellation COSMO-SkyMed : elle comprend des satellites équipés de radars SAR. Les applications incluent l'analyse des séismes, la surveillance de catastrophes environnementales et l'agriculture.
  • DMC : la constellation DMC (Disaster Monitoring Constellation/Constellation Surveillance des catastrophes) est constituée de cinq satellites fournissant des images utiles aux équipes de secours intervenant au titre de la charte internationale « Espace et catastrophes majeures ».
  • Jason-2 : fournit des mesures précises de la topographie de surface des océans, des vents et de la hauteur des vagues.
  • Pléiades : la constellation Pléiades comprend deux satellites fournissant des images haute résolution de la Terre.


Les données fournies par des satellites non-européens (par exemple LANDSAT, GOSAT, RADARSAT) peuvent également être utilisées par GMES.


Dernière édition par Laurent Simon le Sam 28 Mar 2015 - 21:54, édité 1 fois

Laurent Simon
Whisky Quebec

Le satellite Sentinel 2, ses performances et une qualité optique exceptionnelles, 42 entreprises, de 17 pays.

Message par Laurent Simon le Sam 28 Mar 2015 - 17:10

"Le satellite Sentinel 2 posera un nouveau regard sur la Terre"

http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/copernicus-satellite-sentinel-2-posera-nouveau-regard-terre-57347/



L'Agence spatiale européenne (ESA) poursuit le déploiement de la constellation de satellites environnementaux de la famille Sentinel, du programme Copernicus.

Après Sentinel 1, lancé en avril 2014, et en attendant Sentinel 3 prévu avant la fin de l’année, Sentinel 2 se prépare à son lancement, prévu en juin.

Un satellite dont le développement a mobilisé les meilleurs opticiens et polisseurs d'Europe.

Après Sentinel 1A, lancé en avril 2014, Sentinel 2A sera le deuxième satellite du programme européen Copernicus à être mis en orbite. Objectif : observer la Terre. Il fait partie d’une famille de quatre satellites dont les deux premiers exemplaires sont réalisés par Airbus Defence & Space pour le compte de l'Agence spatiale européenne. Le contrat des satellites C et D, dont les lancements ne sont pas prévus avant le début des années 2020, n’ont pas encore été passés.

Avant son départ pour le Centre spatial guyanais, Sentinel 2A a été présenté la semaine dernière au centre d’essais d’IABG. L'engin a dû affronter des tests acoustiques visant à simuler le bruit lors du lancement, des tests vibratoires pour simuler les charges mécaniques subies lors du choc de séparation du lanceur et des tests en vide thermique reproduisant les conditions spatiales.

Moins lourd que Sentinel 1A (2.157 kg), Sentinel 2A (1.140 kg) sera lancé le 12 juin à bord de Vega depuis le Centre spatial guyanais. Les premières images seront dévoilées lors du salon du Bourget et, après une période de plusieurs mois durant laquelle la calibration des instruments sera réalisée, Sentinel 2A entrera en service opérationnel pour une période d’au moins 7 ans (12 ans sont visés).



Le satellite Sentinel 2A sera rejoint en orbite en juin 2016 par Sentinel 2B. Ensemble, ils garantiront un temps de revisite de seulement 5 jours. © Esa, Airbus DS


À la différence des satellites radar de la famille Sentinel 1, les Sentinel 2 sont des satellites d’imagerie qui fourniront des images optiques dans 13 bandes spectrales avec des résolutions de 10, 20 et 60 mètres et des fauchées de 290 kilomètres de large.

Des performances qui « ont nécessité de faire travailler les meilleurs opticiens et polisseurs européens », explique Jean Dauphin, directeur des programmes d'observation de la Terre, de navigation et scientifiques chez Airbus Defence and Space.

Comprendre le climat et surveiller les catastrophes naturelles

Cette mission d’imagerie satellite photographiera en permanence la Terre avec une largeur de fauchée et une qualité d’images jamais atteintes. Quelque 1,6 téraoctets de données seront acquises chaque jour. Elles serviront à un large éventail d’applications dans le cadre de Copernicus, le programme européen d’observation de la Terre, dont le but est autant d’aider les scientifiques à mieux comprendre le fonctionnement et l’avenir de la machine climatique que de fournir aux citoyens des services utiles dans de nombreux domaines.

Les satellites Sentinel 2 suivront l'évolution de la végétation (forêts, terres agraires), des côtes, des lacs et rivières, des glaciers.

Ils seront également utilisés pour surveiller les catastrophes naturelles et viendront en support des équipes au sol lors de crises humanitaires (déplacements de populations, zones de guerre, épidémies de paludisme ou d'Ebola).

Enfin, dans le domaine de la sécurité, ils seront également utilisés pour vérifier la position de navires en mer, détecter des activités de pollution illégale ou encore surveiller les frontières.

Un télescope en carbure de silicium

Ce satellite embarque deux innovations dont la mise au point n’a pas été simple.

La première difficulté a consisté à réaliser un télescope en carbure de silicium de type TMA (Three Mirror Anastigma). « Il s’agit d’un télescope hors d’axe, ce qui signifie que l’on n’est pas dans une symétrie de révolution. Cela nécessite d’avoir des miroirs polis de façon très fine. » Or, c’est un savoir-faire bien particulier que maîtrisent seulement les meilleurs polisseurs européens. L’important était de « sphériser les miroirs de façon à garantir à la fois la bonne distance focale et le bon écartement ».

Avec une fauchée de 290 kilomètres, alors que le satellite évolue à 786 km, la performance technologique est remarquable. L’angle d’ouverture des optiques est littéralement énorme et la qualité optique est garantie sur toute la surface de l’image ! Pour chaque point de l’image, en fonction de la bande spectrale utilisée, la résolution sera de 10, 20 et 60 mètres



« On n’avait jamais fait une optique aussi ouverte et d’aussi bonne qualité », explique Jean Dauphin.
À titre de comparaison, Spot 5 avait une fauchée de 117 kilomètres et Landsat de 185 kilomètres.

L’autre élément technologique majeur de ce satellite est l’utilisation de nouvelles bandes de fréquence dans le proche infrarouge. L’imageur multispectral à 13 bandes de Sentinel 2 est capable de capturer la lumière visible infrarouge et donc le proche infrarouge, « une bande du spectre lumineux de quelques dizaines de nanomètres seulement ». Dans cette partie du spectre, il n’y a pas beaucoup de photons et, comme « les scientifiques souhaitent une analyse vraiment très fine sur la façon dont la couleur évolue dans le temps et pendant la période végétative, la finesse des bandes est extrême ».

Cela a donc nécessité la mise au point de détecteurs et de filtres très difficiles à réaliser, « un niveau de qualité qui a nécessité de faire travailler les meilleurs opticiens européens ».


Au total, 42 entreprises de 17 pays européens, des Etats-Unis et du Canada ont travaillé à la construction de ce satellite sous la maîtrise d’œuvre d’Airbus Defence & Space.

Pendant les huit ans qu’a duré son développement et sa construction, un millier d'ingénieurs européens, dont une équipe de 70 ingénieurs d’Airbus DS, ont été mobilisés.

La mise au point du miroir et des trois nouvelles bandes de fréquence sont à l’origine du retard de deux ans dans le développement du satellite (son lancement était prévu en 2013), mais les performances du satellite, exceptionnelles, sont bien là...


Laurent Simon
Whisky Quebec

Chaque euro investi dans le programme Copernicus générera 4 euros en retour

Message par Laurent Simon le Lun 30 Mar 2015 - 10:43

Retour (fév. 2013) sur une partie des péripéties
relatives au financement de ce programme européen.

Espace : le budget européen épargne le programme Copernicus

http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/astronautique-espace-budget-europeen-epargne-programme-copernicus-44765/


Création de 83.000 emplois d'ici 2030

« Cette décision prise par les chefs d'État a été un grand soulagement pour nous », a déclaré Josef Aschbacher, le directeur du segment spatial de Copernicus à l’Agence spatiale européenne (Esa). Cet accord est une « étape importante pour Copernicus, mais son avenir n'est pas encore complètement assuré ». Ce budget doit en effet être approuvé par le Parlement européen avant de pouvoir entrer en vigueur.

Enfin, dans son communiqué de presse, l’Esa tient à souligner que cet investissement favorisera l’emploi et la croissance. En effet, une étude récente de la Commission européenne montre que Copernicus permettra de créer environ 83.000 emplois en Europe d'ici 2030. Cela confirme une autre étude selon laquelle chaque euro investi dans ce programme générera quatre euros en retour.

--
L’Europe spatiale peut avoir le sourire. Bien que la proposition de budget du Conseil européen pour la période 2014-2020 réduise le financement des programmes phares que sont Galileo et Copernicus, leur avenir est assuré. Le premier satellite Copernicus sera bien lancé à la fin de l’année

L’incertitude sur le financement de Copernicus, le programme de surveillance mondiale pour l'environnement et la sécurité de l’Europe, a été levée après l’accord budgétaire de l’Union européenne pour la période 2014-2020. D’un montant total de 960 milliards d'euros, ce budget est toutefois en baisse de 35 milliards d’euros par rapport à la période précédente.

GMES, rebaptisé Copernicus depuis décembre 2012, obtient 3,78 milliards d’euros alors que les besoins ont été évalués à 5,8 milliards d’euros. Ce montant est néanmoins « suffisant pour faire quelque chose de correct », nous explique un proche du dossier qui s’attendait à une baisse de cet ordre de grandeur.



Construit par Thales Alenia Space, Sentinelle 1A sera le premier satellite du programme Copernicus à être lancé, le 3 avril 2014. À l'image, Fayoum, près du Caire. L’image a été acquise par Envisat en février 2012. © Esa

Optimiser le programme Copernicus pour le nouveau budget

Concrètement, des choix seront à faire et les dépenses seront étalées dans le temps pour faire le lien avec le prochain budget, après 2020.

Autrement dit, il faudra trouver de bonnes solutions pour optimiser le programme avec le budget alloué. Cela dit, si des reports de lancement sont envisagés, aucun des satellites prévus ne sera abandonné.

Sur ces 3,78 milliards d’euros, 2,4 financeront la composante spatiale du programme qui comprend le développement des satellites des familles Sentinelle. Le reste financera notamment la composante in situ, un réseau de capteurs au sol, en mer et dans les airs.
"

Contenu sponsorisé

Re: Programme européen Copernicus (ex GMES). Satellites Sentinel

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 0:07


    La date/heure actuelle est Sam 10 Déc 2016 - 0:07