ACTUALITE Aéronautique

ACTUALITE Aéronautique : Suivi et commentaire de l\'actualité aéronautique


Réutilisation. les diverses pistes (SpaceX, ESA, Inde, Fr-Japon-All...).

Partagez

Laurent Simon
Whisky Quebec

Réutilisation. les diverses pistes (SpaceX, ESA, Inde, Fr-Japon-All...).

Message par Laurent Simon le Ven 10 Juin 2016 - 19:48

A défaut d'avoir retrouvé es discussions sur ce sujet, qui ne semblent pas avoir un fil dédié, j'ouvre ce fil


Lanceurs réutilisables: l’Inde, la France et le Japon rejoignent la course


http://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/articles/lanceurs-reutilisables-france-japon-34533/


Même si les américains de SpaceX et de Blue Origin ont déjà un bon train d'avance sur les futurs lanceurs réutilisables, d'autres nations spatiales se positionnent sur ce marché. L'Inde avec un premier vol suborbital d'essai et une alliance Japon / France via le projet Callisto.

Quelles que soient les options choisies, l’objectif reste partout le même : réduire les coûts d’accès à l’espace.

Côté américain, SpaceX, après avoir essuyé plusieurs échecs, vient maintenant de faire atterrir le premier étage de sa fusée Falcon9, trois fois de suite en 7 semaines sur la mer (8 avril, 5 mai, 27 mai 2016). Des succès notables car ils ont montré que la récupération du premier étage était aussi possible pour de vrais lanceurs, après des mises en orbites géostationnaires, et pas seulement après un vol suborbital d’une petite fusée comme celle utilisée par l’américain Blue Origin.

Inde : premier vol réussi du démonstrateur

Le 23 mai dernier, l’agence spatiale indienne, l’ISRO a lancé une mini-navette spatiale en vol suborbital. Ce premier vol d’essai s’est passé sans encombre : attachée à un booster HS-9, RLV-TD s’est détachée de son lanceur à 56 km d’altitude pour atteindre seule 65 km avant de redescendre. L’engin a amerri à 450 km de son site de lancement en remplissant tous les objectifs de la mission. La récupération du véhicule n’était pas prévu à ce stade. Il inaugurait la première phase de test d’un programme de lanceur réutilisable indien.
...
Les prochaines étapes testeront respectivement, l’atterrissage sur piste, comme le faisait les navettes spatiales américaines, puis un atterrissage en toute autonomie et le lancement via un statoréacteur supersonique. Cette dernière étape, notamment, est particulièrement ambitieuse, car la propulsion par statoréacteur supersonique n’a jamais été développé autrement que pour des prototypes. L’Inde pourrait, si elle réussit son pari, disposer d’ici 10 à 15 ans d’un avion orbital basé sur un superstatoréacteur, allié à un lanceur classique pour le deuxième étage qui mettrait des satellites en orbite.

France / Japon : ne pas rester hors course

Le CNES et l’agence spatiale japonaise Jaxa viennent de rendre publique leur collaboration autour d’un projet d’engin spatial réutilisable dont le premier démonstrateur pourrait décoller en 2020. Une coopération initiée à travers un contrat signé en octobre 2015 entre les deux agences. Pour l’instant, ce sont des études préliminaires qui sont en cours. Si elles s’avèrent concluantes, les partenaires espèrent présenter un démonstrateur dès 2020. Un véhicule spatial miniature de 10m de hauteur pour 1 m de diamètre qui ferait un vol suborbital à 100km avant de revenir sur Terre. Son nom a déjà été trouvé : Callisto. Le choix de ne pas passer par l’agence spatiale européenne, a notamment été dicté par des impératifs temporels. Un cadre multilatéral permet d’avancer plus rapidement et d’initier le projet tout de suite. D’autres partenaires sont attendus, tels que l’Allemagne via son agence spatiale DLR qui vient d’être associée au projet.
Pour le moment, les Japonais disposent déjà d’un moteur cryogénique prévu pour la récupération et les Français mettront à disposition le centre spatial guyanais de Kourou pour les tirs. Mais, il reste encore de nombreuses technologies à maîtriser. L’objectif du projet est clairement de disposer des technologies nécessaires à la récupération comme alternative économique au développement actuel d’Ariane 6 dont les coûts d’exploitation doivent être bien moindre que ceux d’Ariane 5.

Laurent Simon
Whisky Quebec

Re: Réutilisation. les diverses pistes (SpaceX, ESA, Inde, Fr-Japon-All...).

Message par Laurent Simon le Mer 15 Juin 2016 - 19:22

Je salue la performance de Space,
même si cette fois cela n'a pas fonctionné :

VIDEO. Cette fois, SpaceX échoue à reposer son lanceur sur une barge

http://www.sciencesetavenir.fr/espace/20160615.OBS2658/video-cette-fois-spacex-echoue-a-reposer-son-lanceur-sur-une-barge.html

L'entreprise SpaceX espérait réussir à poser pour la quatrième fois le premier étage de sa fusée sur une barge mobile dans l'océan. Mais l'atterrissage a échoué.

http://referentiel.nouvelobs.com/file/15243062.png

Reposer avec précision et délicatesse l'étage le plus puissant d'une fusée après son lancement relève de l'exploit technique. La probabilité d'un échec dans l'opération reste donc aujourd'hui très élevée. C'est la cruelle réalité qui vient de se rappeler aux équipes de l'entreprise spatiale américaine privée SpaceX.

Bien qu'elle ait déjà réussi par 3 fois à reposer le premier étage de son lanceur Falcon 9 sur une barge robotisée dans le Pacifique, la quatrième tentative réalisée ce mercredi 15 juin s'est soldée par un échec.

"La phase d'ascension s'est bien déroulée et le satellite a l'air OK, mais le premier étage du lanceur s'est désintégré sur la barge" a expliqué Elon Musk, le directeur de SpaceX, sur son compte Twitter. Il s'agit peut-être du plus puissant impact à ce jour a-t-il précisé.

Dans le jargon spatial RUD signifie en effet "Rapid Unscheduled Disassembly", que l'on peut traduire par "désassemblage rapide et imprévu". Une baisse de puissance dans l'un des moteurs au moment de l'impact avec le pont de la barge pourrait être à l'origine de l'échec explique Elon Musk. L'atterrissage a mis les nerfs des équipes à rude épreuve, notamment lorsque le flux vidéo provenant de la barge a cessé une fraction de seconde après l'atterrissage, au milieu d'un panache de fumée. S'en est suivi un effroyable moment de flottement de plusieurs minutes, avant que ne tombe la nouvelle de l'échec.

Toutefois, la phase initiale du lancement semble effectivement s'être bien déroulée. Parti depuis la base de Cap Canaveral, le lanceur SpaceX a mis en orbite deux satellites de télécommunications pour le compte de de Eutelsat et de l'opérateur ABS, basé aux Bermudes. Les deux satellites ont été placés sur une orbite géostationnaire, à plus de 35.000 kilomètres d'altitude.

massemini
Whisky Quebec

Re: Réutilisation. les diverses pistes (SpaceX, ESA, Inde, Fr-Japon-All...).

Message par massemini le Jeu 16 Juin 2016 - 8:43

Depuis le début des récupérations il n' y a eu aucun défaut de trajectoire.
Un problème de valve de contrôle d' attitude (une seule fois) où il ne s' en était pas fallu de beaucoup pour que l' étage ne bascule pas; réglé depuis.
Jusqu' au dysfonctionnement de la caméra hier, il semble que l' étage était bien sur ses patins, malgré l' arrivée trop rapide semble-t-il, mais au bon endroit.
Les patins ont peut-être été déformés avec la structure, entraînant quelque fuite explosive...

Poncho (Admin)
Whisky Charlie

Re: Réutilisation. les diverses pistes (SpaceX, ESA, Inde, Fr-Japon-All...).

Message par Poncho (Admin) le Jeu 16 Juin 2016 - 10:22

Si les satellites sont livrés sur la bonne orbite, ce genre de pb de récup à terme peut
1) générer des pertes financière -> on peut faire des proba
2) générer des retards sur les lancements suivants si tu dois mettre en ligne un machine neuve -> on peut garder une fusée en réserve pour ce genre de cas

Pour l'instant l'enjeu c'est la fiabilité des tirs (planning , performance de livraison en orbite) etc



_________________
@avia.poncho

massemini
Whisky Quebec

Re: Réutilisation. les diverses pistes (SpaceX, ESA, Inde, Fr-Japon-All...).

Message par massemini le Dim 19 Juin 2016 - 11:33

twitter.com/elonmusk

Apparemment, le retour était bon, sauf dans les tout derniers mètres puisque les tuyères ont touché, provoquant l' incendie. Il manque 2 ou 2 sec pour savoir comment ça c' est terminé...

A l' avenir, réaction des 2 moteurs restant pour compenser la perte de puissance d' un 3ème

Laurent Simon
Whisky Quebec

Re: Réutilisation. les diverses pistes (SpaceX, ESA, Inde, Fr-Japon-All...).

Message par Laurent Simon le Lun 18 Juil 2016 - 13:01

Un début de précisions sur ce que compte faire Space X,
en réutilisant le 2e exemplaire de 1er étage récupéré :

SpaceX : mission CRS-9 réussie, des détails sur le premier étage qui sera réutilisé

http://www.nextinpact.com/news/100661-spacex-mission-crs-9-reussie-details-sur-premier-etage-qui-sera-reutilise.htm

SpaceX est en négociation, pour le contrat correspondant.

Contenu sponsorisé

Re: Réutilisation. les diverses pistes (SpaceX, ESA, Inde, Fr-Japon-All...).

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 0:08


    La date/heure actuelle est Sam 10 Déc 2016 - 0:08