ACTUALITE Aéronautique

ACTUALITE Aéronautique : Suivi et commentaire de l\'actualité aéronautique


Le Brexit et ses conséquences, pour le secteur aérospatial, prévisibles ?

Partagez

Philidor
Whisky Quebec

Re: Le Brexit et ses conséquences, pour le secteur aérospatial, prévisibles ?

Message par Philidor le Jeu 14 Mar 2019 - 15:56

N'avons-nous pas assisté hier, en avant-première, à l'entrée en application du Brexit ? Je fais allusion au fait que le Royaume-Uni a suspendu de vol le 737 MAX avant l'EASA, comme pour mieux souligner sa nouvelle indépendance.

Paul
Whisky Quebec

Re: Le Brexit et ses conséquences, pour le secteur aérospatial, prévisibles ?

Message par Paul le Jeu 14 Mar 2019 - 17:02

D'autres pays européen on fait de même je crois, dont la France.

Beochien
Whisky Charlie

Re: Le Brexit et ses conséquences, pour le secteur aérospatial, prévisibles ?

Message par Beochien le Jeu 14 Mar 2019 - 17:05

Oui, je crois que la décision a dû être communiquée, avec une certaine anticipation aux Gvts EU ...
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Re: Le Brexit et ses conséquences, pour le secteur aérospatial, prévisibles ?

Message par Laurent Simon le Jeu 14 Mar 2019 - 19:17

https://www.20min.ch/ro/news/monde/story/Londres-doit-changer-de-position--estime-Tusk-29110452

La mise en garde du Président du conseil européen Donald Tusk, au lendemain du vote des députés britanniques qui rejettent un Brexit sans accord.

Le Président du conseil européen Donald Tusk a invité jeudi le Royaume- Uni a changer sa position s'il veut obtenir une «longue prolongation» pour reporter la date de son divorce avec l'UE prévue le 29 mars.

«Au cours des consultations pour le sommet européen, je conseillerai aux 27 membres de l'UE d'être prêts à accorder une longue prorogation si le Royaume-Uni accepte de repenser sa stratégie pour le Brexit et parvient à dégager un consensus autour de celle-ci», a-t-il annoncé dans un message publié via son compte twitter.
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Re: Le Brexit et ses conséquences, pour le secteur aérospatial, prévisibles ?

Message par Laurent Simon le Jeu 14 Mar 2019 - 20:24

https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/la-grande-bretagne-et-l-ue/brexit-les-deputes-britanniques-votent-pour-un-report-du-divorce-et-un-nouveau-vote-sur-l-accord-de-retrait-de-l-ue_3233465.html

Ce report sera de courte durée si les parlementaires adoptent un accord de divorce d'ici à mercredi,
de longue durée dans le cas contraire.

Les députés britanniques ont adopté, jeudi 14 mars, une motion du gouvernement prévoyant un report du Brexit ainsi qu'un nouveau vote sur l'accord de retrait de l'Union européenne négocié par Theresa May avec Bruxelles, offrant une bouffée d'oxygène à la Première ministre. A quinze jours de la date prévue du Brexit, les députés ont décidé son report par 412 voix, contre 202.

>> DIRECT. Brexit : les députés britanniques votent largement pour un report du divorce et un nouveau vote sur l'accord de retrait


La motion prévoit un court report, jusqu'au 30 juin, si les députés approuvent d'ici le 20 mars l'accord de retrait de l'Union européenne négocié par Theresa May, qu'ils ont déjà retoqué à deux reprises. Si l'accord est recalé à nouveau, le report devra aller au-delà du 30 juin et impliquera l'organisation des élections pour le Parlement européen en mai
------------------------------
Les députés face à un ultimatum. La motion prévoit un court report, jusqu'au 30 juin, si les députés approuvent d'ici le 20 mars l'accord de retrait de l'UE de Theresa May. Si l'accord est recalé à nouveau, le report devra aller au-delà du 30 juin et impliquera l'organisation des élections pour le Parlement européen en mai.
-----------------------------------
https://www.lopinion.fr/edition/international/deputes-britanniques-demandent-report-brexit-180902

Les débats au Parlement ne risquent pourtant pas de s’apaiser d’ici à la fin mars. Theresa May a en effet surpris en conditionnant la demande d’« un recul de la date du Brexit jusqu’au 30 juin 2019 » à l’adoption de son accord de retrait « au plus tard le 20 mars ». Un troisième vote sur son accord de sortie du Royaume-Uni de l’UE devrait donc avoir lieu mardi ou mercredi.

Si les Communes rejettent une nouvelle fois son accord, le gouvernement estime que le Conseil européen, qui se réunit jeudi et vendredi prochains, imposera aux Britanniques une plus longue extension pour leur permettre de trouver une solution. «J’inviterai les Vingt-Sept à accepter un long report si le Royaume-Uni le juge nécessaire pour repenser sa stratégie et bâtir un nouveau consensus», a en tout cas déclaré Donald Tusk, président du Conseil européen, dès jeudi matin. Sachant qu’un délai au-delà du 30 juin requerra que le Royaume-Uni organise des élections européennes en mai. Un comble au regard du résultat du référendum et des tensions de ces derniers mois.

Préméditation. Le plus étonnant est que l’initiative de Theresa May semble avoir été soigneusement planifiée. Mi-février, le négociateur en chef britannique, Oliver Robbins, avait été surpris dans un bar bruxellois par un journaliste expliquant à un ami : « Il faut leur faire croire, lors de la première semaine de mars, que reculer la date du Brexit est possible mais que s’ils ne votent pas en faveur de l’accord, le délai sera forcément long. »

Malgré deux défaites parlementaires considérables en janvier puis mardi, la Première ministre semble cette fois être en mesure de faire accepter l’accord négocié avec les Vingt-Sept : pour la première fois, les députés devront choisir entre deux options, sans pouvoir fuir leurs responsabilités.

Or Theresa May sait que les Brexiters radicaux redoutent par-dessus tout un long délai avant la date du Brexit. Il permettrait en effet aux députés les plus europhiles d’organiser un second référendum ; les spécialistes de la législation parlementaire estiment le temps requis à environ cinq mois. La possibilité même d’une sortie de l’UE, un objectif qui a motivé l’entrée de certains d’entre eux en politique, serait donc menacée.

Ces puristes du Brexit pourraient donc bien se contenter d’un Brexit imparfait plutôt que de pas de Brexit du tout. Et renoncer à leur idéal : cette coupure totale avec l’UE, assortie de la possibilité de faire du Royaume-Uni le parangon du libre-échange. C’est en tout cas le pari – à plusieurs milliards de livres – de May.
Beochien
Beochien
Whisky Charlie

Re: Le Brexit et ses conséquences, pour le secteur aérospatial, prévisibles ?

Message par Beochien le Jeu 14 Mar 2019 - 20:40

Merci, pour le paquet d'infos, et le suivi LS !  clap

Ca tourne pas mal autour de ces foutues élections EU Fin mai !
Pivotales, je dirais.
Hors un possible référendum, que le Gvt britannique ne souhaite pas  What a Face

Vont ils être capables de les organiser, ces élections EU, les GB ?
Drôle de timing, hum ...

Et si :
- Elles ne vont pas dans le sens espéré par le Gvt GB ?
- Elles n'ont pas lieu, un bazar de plus ...
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Re: Le Brexit et ses conséquences, pour le secteur aérospatial, prévisibles ?

Message par Laurent Simon le Ven 15 Mar 2019 - 0:30

www.lefigaro.fr/international/2019/03/14/01003-20190314ARTFIG00226-bienvenue-dans-un-brexit-sans-fin.php

... Ne s'avouant jamais vaincue, Theresa May cherche désormais à utiliser ce levier pour revenir à la charge avec son accord de sortie, massivement rejeté à deux reprises par les députés. Son rêve serait d'arriver jeudi prochain auprès de ses homologues à un sommet à Bruxelles, un traité approuvé par le Parlement sous le bras, au soulagement général. Dès lors, l'adoption d'une prolongation «technique», jusqu'au 30 juin maximum, le temps d'adopter la législation nécessaire, ne serait qu'une formalité. En revanche, faute d'accord de sortie approuvé, les Européens exigeraient une justification à un report, qu'ils doivent accepter à l'unanimité.

D'amicales pressions
Un argument dont Theresa May s'empare pour menacer ses députés récalcitrants, en particulier les pro-Brexit, d'une extension «beaucoup plus longue», jusqu'à deux ans, qui nécessiterait la participation britannique aux élections européennes de mai - le cauchemar de ceux qui souhaitaient s'affranchir des institutions communautaires. En outre, ce délai accroîtrait les chances de ceux qui veulent empêcher le Brexit de déployer les moyens pour y parvenir.

En coulisse, Theresa May et ses proches se livrent donc à d'amicales pressions sur les hard brexiters qui ont refusé d'avaliser un accord jusqu'à présent, pour leur faire comprendre que cela pourrait être leur dernière chance de voir le Brexit entrer en vigueur cette année, ou même un jour. Même s'il se murmure qu'un nouvel échec lors du vote, mardi ou mercredi prochain, pourrait être suivi d'une quatrième tentative pour ratifier l'accord la semaine suivante.

Le député tory Simon Clarke est furieux d'être contraint de choisir, «un pistolet sur la tempe», entre «un mauvais accord sur le Brexit ou pas de Brexit». Pour se venger, certains élus exigent ouvertement que Theresa May s'engage à démissionner comme condition de leur vote. Ambiance! Mais, signe encourageant pour May: la chef du Democratic Unionist Party (DUP) nord-irlandais, Arlene Foster, s'est dite pour la première fois prête à soutenir un accord pour mettre fin à l'impasse, ce qui pourrait entraîner dans son sillage les plus obstinés des opposants.

En face, les proeuropéens débattent de la meilleure façon de mettre à profit un report. «Nous devrions suggérer aux Européens un bon et long délai. Revenir à la case départ et élaborer, en prenant le temps nécessaire, la relation future» avec l'UE, plaide Ken Clarke, doyen des Communes, ancien ministre de Margaret Thatcher. Un groupe d'élus de tous bords a échoué, à deux voix près, à faire adopter un amendement visant à prendre le contrôle du processus des mains de l'exécutif pour rechercher des stratégies alternatives. Theresa May, qui voulait à tout prix éviter cela, a promis de le faire elle-même, mais plus tard.

En revanche, les partisans d'un second référendum se dégonflent. Un amendement proposant une consultation populaire a été rejeté à une majorité écrasante. Il n'était pas soutenu par le Labour, contrairement à ses promesses récentes. Cela dit, même l'état-major du «People's Vote» estimait que «ce n'était pas le moment». Où l'on voit donc les brexiters voter contre le Brexit et les militants d'un nouveau référendum ne pas en vouloir. Comprenne qui pourra.

Comme le dit Denis MacShane, ancien ministre de l'Europe de Tony Blair, le pays est en train de s'installer dans une sorte de «brexéternité». «Loin d'être le début de la fin du Brexit, le 29 mars est à peine le début d'une décennie de disputes et de joutes politiques», prévient-il.

La hantise des milieux d'affaires. Certaines entreprises s'étaient préparées à une sortie à la fin du mois, même sans accord, quand d'autres appelaient de leurs vœux un report.
«Nous sommes en ce moment dans le pire des deux mondes où nous n'avons que délais et procrastinations», s'indignait dans le TimesLeo Quinn, patron du géant de la construction Balfour Beatty.

--------------------
Un bon résumé (le titre)
https://www.ouest-france.fr/economie/brexit-le-parlement-britannique-se-donne-du-temps-sans-sortir-du-brouillard-6264077
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Re: Le Brexit et ses conséquences, pour le secteur aérospatial, prévisibles ?

Message par Laurent Simon le Ven 15 Mar 2019 - 14:19

Sinon, une interview de Michel Barnier (le négociateur pour l'UE), intéressante

https://fr.euronews.com/2019/03/14/daniel-cohn-bendit-interroge-michel-barnier-sur-le-brexit
Beochien
Beochien
Whisky Charlie

Re: Le Brexit et ses conséquences, pour le secteur aérospatial, prévisibles ?

Message par Beochien le Mer 20 Mar 2019 - 16:02

Un report du Brexit, pour le 30 juin, demandé par Thérésa ...
Qu'est ce que ça va changer si les élections EU sont zappées ?
Sans nouveau référendum GB, je doutes que ça ailles bien loin ...
27 nations EU à mettre d'accord en plus  Embarassed

Bon, sur Yahoo.

https://fr.news.yahoo.com/may-officiellement-demand%C3%A9-%C3%A0-lue-report-brexit-jusquau-122513895.html

Contenu sponsorisé

Re: Le Brexit et ses conséquences, pour le secteur aérospatial, prévisibles ?

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Lun 25 Mar 2019 - 2:25