ACTUALITE Aéronautique

ACTUALITE Aéronautique : Suivi et commentaire de l\'actualité aéronautique


Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde

Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde Empty Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde

Message par Laurent Simon le Lun 13 Juin 2016 - 10:41

La Lune, prochaine étape, après la station spatiale internationale ISS ? Et avant Mars ? 

L'Europe vise la Lune et veut y accompagner les Russes

http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/exploration-luniare-europe-vise-lune-veut-y-accompagner-russes-63056/#xtor=EPR-17-[HEBDO]-20160613-[ACTU-L-Europe-vise-la-Lune-et-veut-y-accompagner-les-Russes]

Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde RTEmagicC_Lune_Luna27_Esa_Roscosmos
Le Luna-Resurs (Luna 27) doit se poser au pôle sud dans un site qui pourrait accueillir une base habitée. Cette mission doit notamment estimer les ressources exploitables pour une présence humaine.

© Roscosmos


"L’Agence spatiale européenne n’a pas de programme lunaire mais participe à celui de son homologue russe, qui prévoit une série de missions robotiques sur notre satellite. De Luna-27, alias Luna-Resurs (qui doit se poser sur la surface lunaire au pôle sud) à Luna-28 (pour récupérer des échantillons) en passant par Luna-25/Luna-Glob de 2019, l’Esa devrait fournir des équipements dérivés notamment des programmes ExoMars (ExoMars 2016 et ExoMars 2018, devenue 2020 depuis son report) et ATV (Véhicule de transfert automatique).

Après avoir fourni la caméra de navigation de Luna-Glob, l’Esa vient d'annoncer qu’elle réalisera la foreuse de Luna-Resurs. Dérivée de celle du rover d’ExoMars 2020, elle est conçue pour percer le sol lunaire jusqu’à une profondeur de deux mètres et récupérer des échantillons du sous-sol, lesquels seront analysés dans le laboratoire chimique installé à bord du rover Luna-27."


"... Pilot met en œuvre des technologies de navigation et d’évitement de situations dangereuses dérivées du programme de l’ATV, et s'appuie également sur des études portant sur les débris spatiaux. Il sera utilisé pour sélectionner le meilleur endroit où poser le Luna-Resurs, durant les dernières minutes de la descente de l'atterrisseur, en fournissant les informations nécessaires.

Cet intérêt européen pour la Lune est bienvenu pour une agence spatiale en pleine interrogation sur la suite à donner au programme de Station spatiale internationale, qui pourrait s’achever en 2024 ou en 2028. Son directeur, Johann-Dietrich Woerner, en poste depuis juillet 2015, est un fervent partisan d’un « village lunaire » international qui se construirait par étapes robotiques et humaines.
"
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde Empty Orion, et la participation européenne (ESA, Airbus) au programme NASA

Message par Laurent Simon le Mar 7 Nov 2017 - 10:45

[Deep space = au-delà de la Lune.]

http://spacenews.com/european-space-officials-outline-desired-contribution-to-deep-space-gateway/

Un article en français sur le même thème, qui date un peu (juin) :
http://www.businesstravel.fr/boeing-airbus-l-esa-et-la-nasa-cooperent-pour-des-missions-habitees.html

Un autre (avril), qui aborde la question du retard pris par le programme :
https://www.usinenouvelle.com/article/la-capsule-orion-pas-prete-d-envoyer-des-astronautes-au-dela-l-orbite-terrestre-selon-un-rapport.N527334
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde Empty Re: Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde

Message par Laurent Simon le Mer 8 Nov 2017 - 9:39

Il me semblait avoir vu une réponse ("En retard à cause de l'Europe ?") de Poncho, qui a disparu.

Ma réponse :
Je ne sais pas, c'est apparemment ce qui est sous entendu dans ce document.
Mais il faudrait avoir plus d'infos pour savoir ce qu'il en est.
Poncho (Admin)
Poncho (Admin)
Whisky Charlie

Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde Empty Re: Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde

Message par Poncho (Admin) le Mer 8 Nov 2017 - 9:49

Elle n'était pas au bon endroit...

Rien trouvé de spécifique sur le net.. (peut-être une attribution tardive en fait)


_________________
@avia.poncho
Poncho (Admin)
Poncho (Admin)
Whisky Charlie

Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde Empty Re: Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde

Message par Poncho (Admin) le Mer 8 Nov 2017 - 10:04

Ceci en fouillant vraiment
http://www.parabolicarc.com/2017/05/28/sls-orion-delays-multiple-problems/

“Since the ESM’s critical design review in June 2016, the ESM delivery date has been delayed by 8 months to September 2017 with a risk of an additional 2-month delay,” the report adds. “According to program officials, the delays are largely due to late deliveries to the service module contractor and underestimating the effort needed to complete the service module itself.”

Pourtant :

http://blogs.esa.int/orion/2016/12/21/testing-complete-on-orion-service-module-test-article/

Module de test livré en décembre 2016...


Ce blog est intéressant http://blogs.esa.int/orion/


_________________
@avia.poncho
Paul
Paul
Whisky Quebec

Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde Empty Re: Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde

Message par Paul le Ven 5 Oct 2018 - 8:10

LM a dévoilé son concept d'atterrisseur lunaire. Deux semaines d'autonomie pour un équipage de 4 et une tonne de charge utile.

https://spacenews.com/lockheed-martin-unveils-lunar-lander-concept/

Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde Lm-lm-879x485
Paul
Paul
Whisky Quebec

Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde Empty Re: Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde

Message par Paul le Ven 5 Oct 2018 - 13:56

[quote="Paul"]LM a dévoilé son concept d'atterrisseur lunaire. Deux semaines d'autonomie pour un équipage de 4 et une tonne de charge utile.

https://spacenews.com/lockheed-martin-unveils-lunar-lander-concept/

Beaucoup plus d'informations sur le site de LM:

Ce document de 10 pages qui explique le concept en détails:
https://www.lockheedmartin.com/content/dam/lockheed-martin/space/documents/ahead/LM-Crewed-Lunar-Lander-from-Gateway-IAC-2018-Rev1.pdf

en animation:

Crewed Lunar Lander Concept from Lockheed Martin Space on Vimeo.



et une image en HD, cliquez pour agrandir:
Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde 1
Poncho (Admin)
Poncho (Admin)
Whisky Charlie

Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde Empty Re: Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde

Message par Poncho (Admin) le Ven 5 Oct 2018 - 14:42

Merci

On attend la BFR, New Glenn et SLS ?


_________________
@avia.poncho
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde Empty Re: Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde

Message par Laurent Simon le Mar 22 Jan 2019 - 17:52

https://www.sciencesetavenir.fr/high-tech/arianegroup-etudie-la-possibilite-d-aller-sur-la-lune-d-ici-2025_130938

Safran a annoncé mardi qu'ArianeGroup avait signé un contrat avec l'Esa (Agence spatiale européenne) pour étudier la possibilité d'aller sur la Lune avant 2025.

Ce contrat entre ArianeGroup, contrôlé par Safran et Airbus et l'Esa, a été signé pour un an.
L'objectif de cette mission lunaire serait l'exploitation du régolithe, un minerai duquel il est possible d'extraire eau et oxygène, permettant ainsi d'envisager une présence humaine autonome sur la Lune, et aussi de produire le carburant nécessaire à des missions d'exploration plus lointaines, précise ArianeGroup dans un communiqué.

"Ce premier contrat (...) est une étape importante pour ArianeGroup, qui travaille depuis longtemps sur des propositions technologiques en matière de service de logistique spatiale, déclare André Hubert Roussel, président exécutif d'ArianeGroup, cité dans le communiqué.
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde Empty Re: Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde

Message par Laurent Simon le Mer 23 Jan 2019 - 18:07

https://www.cnetfrance.fr/news/l-agence-spatiale-europeenne-se-lance-a-la-conquete-de-la-lune-39879577.htm

2018 a été une année faste pour l'exploration spatiale avec notamment l'atterrissage sur Mars du robot InSight, la concrétisation de la mission Hayabusa 2 ou encore l'alunissage de la sonde chinoise Chang'e-4. Un second souffle que l'on doit à l'arrivée d'entreprises privées comme SpaceX, Blue Origin ou Virgin Galactic qui ont redynamisé le secteur, mais également aux investissements de nouvelles puissances comme la Chine ou l'Inde.
Dans ce contexte, l'Europe devait réagir et c'est (enfin) chose faite. André-Hubert Roussel, le nouveau président d'Ariane Group a confirmé la signature d'un contrat d'étude avec l'ESA (Agence Spatiale Européenne) pour préparer une mission lunaire. Au-delà du prestige scientifique, la mission a comme objectif l'exploitation du régolithe, cette poussière qui recouvre la surface de la Lune : "un minerai duquel il est possible d’extraire eau et oxygène, permettant ainsi d’envisager une présence humaine autonome ; et aussi de produire le carburant" indique le communiqué. 
L'exploitation des ressources spatiales ne fait pas l'unanimité, mais il s'agit peut-être de la clé succès vers une conquête spatiale lointaine.

Un premier pas concret pour une mission 100% européenne

Contrairement aux missions actuelles, dans lesquelles l'ESA joue le plus souvent un rôle de sous-traitant, ce projet sera 100% européen. "Pour la réalisation de cette étude, ArianeGroup s'est associé à une start-up allemande, PT Scientists, qui fournira l’atterrisseur, et à une PME belge, Space Applications Services, qui fournira le segment sol, les équipements de communication et les opérations de services associées [...] Ce consortium pourra assurer le service pour l’ensemble de la mission : du lancement, au transfert vers la Lune, mais aussi pour l’alunissage et la communication" précise le groupe.
Beochien
Beochien
Whisky Charlie

Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde Empty Re: Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde

Message par Beochien le Mer 23 Jan 2019 - 18:23

J'ai toujours un peu de mal à comprendre l'intérêt de la lune (Ce tas de cailloux) et l'oseille qu'on y consacre , de même que pour la majorité des planètes solaires ...
Rien à en tirer côté économique, ni planète de rechange ... 
Faire survivre une poignée de coûteux engins ou troglodytes sur la lune ou sur Mars , que va !

Si les dizaines de milliards en jeux étaient dédiés à essayer d'atteindre un % significatif de la vitesse de la lumière, juste pour "Aller voir" plus loin et plus vite !
Ou même utilisés à dévier qq corps célestes de nos ceintures d'astéroïdes pour envoyer de l'eau sur Mars par exemple ...
Enfin, bon, faire du positif, au lieu de faire du spectaculaire sans vrai intérêt ...
Juste mon idée !
Une terre de rechange, on ne la trouvera pas sur la Lune ... C'est beaucoup plus loin ... 4 années lumière, et beaucoup plus !
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde Empty Re: Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde

Message par Laurent Simon le Mer 23 Jan 2019 - 18:43

Beochien a écrit:J'ai toujours un peu de mal à comprendre l'intérêt de la lune (Ce tas de cailloux) et l'oseille qu'on y consacre , de même que pour la majorité des planètes solaires ...
Rien à en tirer côté économique, ni planète de rechange ... 
Faire survivre une poignée de coûteux engins ou troglodytes sur la lune ou sur Mars , que va !

Si les dizaines de milliards en jeux étaient dédiés à essayer d'atteindre un % significatif de la vitesse de la lumière, juste pour "Aller voir" plus loin et plus vite !
Ou même utilisés à dévier qq corps célestes de nos ceintures d'astéroïdes pour envoyer de l'eau sur Mars par exemple ...
Enfin, bon, faire du positif, au lieu de faire du spectaculaire sans vrai intérêt ...
Juste mon idée !
Une terre de rechange, on ne la trouvera pas sur la Lune ... C'est beaucoup plus loin ... 4 années lumière, et beaucoup plus !
Je suis moi-même assez réservé sur les vols habités.
La station internationale n'aura finalement pas eu beaucoup des avantages présentés comme majeurs.
Et d'une manière générale, la prudence européenne dans ce domaine me va plutôt bien, y compris budgétaire !

Ici, se focaliser sur des ressources qui pourraient être de grande importance, s'il fallait revenir sur la Lune, me semble une démarche plutôt intéressante.
Quant à l'idée d'une terre de rechange, il faut oublier.

Mais si l'ESA fait cette communication, avec ArianeGroup,
c'est probablement aussi et surtout pour essayer de renforcer le soutien européen à Ariane6,
dont on ne peut pas dire qu'il soit suffisant pour le moment.

Voir par exemple :
https://www.clubic.com/mag/sciences/conquete-spatiale/actualite-849928-agence-spatiale-europeenne-forer-surface-lune-recherche-eau-oxygene.html

"

L'ESA entend exploiter les ressources de la Lune

L'Europe porte elle aussi de grandes ambitions dans le domaine de l'exploration spatiale. Nous le savions déjà grâce aux diverses missions scientifiques et programmes que l'ESA a développés au fil des années, souvent en collaboration avec d'autres agences spatiales (Rosetta, Cassini-Huygens, Bepi Colombo pour ne citer qu'eux), ses lanceurs (Ariane et Vega), mais aussi avec des projets comme ExoMars 2020 dont le lancement à destination de la planète rouge est prévu, comme son nom l'indique, pour juillet 2020.

Dans le cadre d'un contrat de 12 mois conclu avec ArianeGroup et annoncé le jour de l'unique éclipse lunaire de l'année, on apprend que l'ESA entend également partir à la conquête de la Lune. Bien que l'on ne parle ici pour le moment que d'une étude concernant « la possibilité d'aller sur la Lune avant 2025 », le communiqué de presse d'ArianeGroup nous indique que son objectif serait « l'exploitation du régolithe, un minerai duquel il est possible d'extraire eau et oxygène, permettant d'envisager une présence humaine autonome sur la Lune et aussi de produire le carburant nécessaire à des missions d'exploration plus lointaine ».

De son côté, David Parker, directeur de la branche Exploration, humain et robotique à l'ESA, a déclaré : « L'utilisation de ressources spatiales pourrait être un élément clé de l'exploration lunaire durable. Cette étude s'inscrit dans le cadre du plan global de l'ESA visant à faire de l'Europe un partenaire de l'exploration mondiale au cours de la prochaine décennie ».

Ariane 6, un lanceur taillé pour cette mission ?

Entré en phase de production depuis début 2018, le lanceur Ariane 6, dans sa version 64, pourrait être la solution de transport retenue pour cette éventuelle mission européenne vers la Lune. C'est par ailleurs ce que le président exécutif d'ArianeGroup, André-Hubert Roussel, a précisé après l'annonce de l'étude de faisabilité ce 21 janvier : « Nous avons le lanceur pour aller sur la Lune, c'est Ariane 6, et précisément la version 64, qui est capable d'emmener 8,5 tonnes en orbite cislunaire. Il nous faudra adapter la partie haute d'Ariane 6 à la mission et au largage du petit robot lunaire ». Rappelons que le premier vol inaugural d'Ariane 6 devrait intervenir en 2020."

https://www.huffingtonpost.fr/2019/01/21/leurope-va-enfin-tenter-daller-sur-la-lune-dici-2025_a_23648371/

"Le directeur de l'exploration robotique de l'ESA, David Parker, rappelle le même jour (mais sans citer ce contrat) que l'Europe a définitivement les yeux rivés sur notre satellite. L'agence spatiale européenne travaille en collaboration avec l'agence russe Roscosmos sur l'atterrisseur Luna 27, qui devrait se poser sur la Lune en 2023 et embarquer un instrument scientifique européen. Et, évidemment, sur le concept de station spatiale internationale en orbite lunaire, le "Deep space gateway"."


Dernière édition par Laurent Simon le Mer 23 Jan 2019 - 19:11, édité 2 fois
Beochien
Beochien
Whisky Charlie

Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde Empty Re: Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde

Message par Beochien le Mer 23 Jan 2019 - 19:03

La terre de rechange, c'est le long terme, sauf à diviser la population par 2 ou 3, on commence par qui.... réfléchir
Reconstituer une terre habitable avec Mars, qui sait (Le cinéma OK) !
Voir ce qui se passe bien loin, me paraît d'un plus grand intérêt scientifique !
Aller y voir, me parait plus à portée que d'aller y vivre, mais bon ...
Pour l'instant à part qq vieilles sondes Américaines qui se traînent dans les nuages entre la ceinture de Kuiper et le nuage d'Oort, pas trop défini, celui là.

Bien que de ramener qq tonnes de minéraux, disons "Rares**", de la Lune, pour des dizaines de milliards soit à la mode, pour supporter le spectaculaire du moment. 

**A supposer qu'ils existent, ces minéraux, il n'y a que les Chinois pour y croire Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde 879774 .
Philidor
Philidor
Whisky Quebec

Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde Empty Re: Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde

Message par Philidor le Jeu 24 Jan 2019 - 10:09

Beochien a écrit:J'ai toujours un peu de mal à comprendre l'intérêt de la lune (Ce tas de cailloux) et l'oseille qu'on y consacre.
L'intérêt que je ressens, c'est de faire fonctionner la première base spatiale construite sur un corps céleste. Cela permettra au moins de mettre au point des technologies de toute sorte.

Je partage ton intérêt pour les missions d'exploration lointaines, qui ne sont pas les plus coûteuses. On ne sait pas ce qu'elles apporteront, et c'est précisément pour cela qu'il fait en faire.
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde Empty Re: Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde

Message par Laurent Simon le Sam 6 Avr 2019 - 18:42

https://www.nationalgeographic.fr/espace/lagence-spatiale-europeenne-veut-exploiter-les-ressources-de-la-lune

... De son côté, L’ESA souhaite devenir un acteur majeur de la conquête spatiale et prévoit de s’y rendre avant 2025. Si les premiers pas de l’Homme sur la Lune remontent à 1969 et que 12 astronautes ont foulé son sol depuis, ce serait une grande première pour l’Europe. Jan Wörner, qui dirige l’ESA, a confié à National Geographic les ambitions de ce projet.

Dans cette optique, l’ESA s’est associée à ArianeGroup et un vol avant 2025 est à l’étude. Le but d’une telle mission est avant tout scientifique selon un communiqué du groupe et permettrait « l'exploitation du régolithe, un minerai duquel il est possible d'extraire de l’eau », permettant d'envisager la Lune comme un avant-poste pour des missions plus lointaines : séparée, l’eau permet de récupérer de l'hydrogène et de l’oxygène qui, une fois mélangés, pourraient alimenter le moteur de fusées

....
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde Empty Re: Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde

Message par Laurent Simon le Lun 29 Avr 2019 - 11:09

je le mets là, faute de mieux,
puisque cela concerne surtout les vols spatiaux longs

https://www.telesatellite.com/actu/53214-airbus-envoie-une-nouvelle-technologie-vers-iss.html

aveclephotobioréacteurpbrairbusestsurlepointdenvoyerunenouvelletechnologieexpérimentaleverslastationspatialeinternationaleiss cepbrdéveloppéparl’universitédestuttgartetconstruitparairbuspourlecomptedel’agencespatialeallemandedlrtransformeraenoxygèneetenbiomasseunepartiedudioxydedecarboneco2collectéparlesystèmedesurvielsràborddel’isscecipourraitpermettred’économiserdesressourcesprécieuseslorsdefuturesmissionsdelongueduréedansl’espace lesfuturesmissionsderechercheprévoientd’envoyerdesastronautessurlaluneetsurmarsunparamètreessentielpourassurerleurréussiteseradelimiteraustrictminimumlesquantitésderessourcesemportéesétantdonnéslecoûtetlacompléxitéd’unravitaillementdepuislaterreilestvitalquel’utilisationdel’eaudel’oxygèneetdesalimentssefasseencircuitleplusfermépossibleleseauxuséesdel’isssontd’oresetdéjàengrandepartiereconvertieseneaupotable depuisoctobre2988lelifesupportracklsrdel’esaestinstallédansl’issréaliséparairbusetégalementconnusousladésignationaclsadvancedclosedloopsystemilcollecteleco2expiréparlesastronautesetletransformeenoxygèneparélectrolyseréactiondesabatierl’expérience«pbr@lsr»estundémonstrateurtechnologiquevisantàtransformerleco2enoxygèneetenbiomasseàborddel’isspourcefairelepbrseraraccordéausystèmephysicochimiquelsrapprochehybrideetexploitéjusqu’à889jourslaperformanceetlastabilitédel’installationainsiquedelacultured’alguesserontmesuréesetévaluéestoutaulongdel’expérience
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde Empty Re: Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde

Message par Laurent Simon le Lun 6 Mai 2019 - 16:03

https://www.letemps.ch/sciences/russes-veulent-une-base-lune-ontils-moyens

L’agence spatiale russe s’accroche à un programme lunaire en solo comprenant la construction d’une base dans quinze ans. Sauf que derrière les ambitions, tout fait défaut, des technologies aux moyens financiers

Moscou dévoile avec parcimonie son plan pour retourner sur la Lune, un demi-siècle après son dernier passage. Fin mars, le patron de l’agence spatiale russe Roscosmos, Dmitri Rogozine, a livré quelques détails sur la prochaine mission lunaire.
Au niveau des ambitions affichées, la Russie tient tête aux États-Unis et la Chine. Mais dans les faits, c’est une autre histoire
...

Un taux d'échec de 7%
Au niveau des ambitions affichées, la Russie tient tête aux Etats-Unis et de la Chine. Mais dans les faits, c’est une autre histoire. La Russie n’a effectué que 13 tirs réussis en 2018 (20 en comptant les tirs depuis Kourou en Guyane). Largement distancée par les Etats-Unis (34 tirs réussis) et la Chine (38 tirs réussis), l’ancienne superpuissance traîne aussi un fort taux d’échec (7% sur les huit dernières années).

Le décalage entre ces résultats peu réjouissants et les promesses tonitruantes de Dmitri Rogozine exaspère la communauté scientifique, mais aussi en haut lieu. Le premier ministre lui a remonté les bretelles en janvier dernier au sujet de la Lune. «Cessez de bavarder à propos d’où nous allons voler en 2030. […] Cessons de bâtir des plans sur la comète», a déclaré Dmitri Medvedev dans des propos rapportés par l’agence Tass.

Déficit de personnes qualifiées
Lapidaire, Pavel Lukashevich explique au Temps: «Nous n’avons ni lanceur, ni vaisseau, ni même une rampe de tir adéquate pour réaliser le programme lunaire. Les déclarations de Rogozine sont vides de sens.» Pour l’expert, Roscosmos doit résoudre un certain nombre de tâches essentielles avant d’envisager de retourner sur la Lune, comme l’amélioration de la précision du retour sur Terre du vaisseau, à l’instar de ce que fait Elon Musk avec sa firme SpaceX.
«Notre problème principal, c’est le déficit de personnes qualifiées, estime Lukashevich. La productivité du travail est 5 fois inférieure à celle des Américains, le degré d’automatisation est trop faible, sans parler du sous-financement.» Si les Russes, qui semblent isolés, veulent décrocher la Lune, il leur faudra relever tous ces défis d’ici à 2031.
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde Empty Re: Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde

Message par Laurent Simon le Lun 6 Mai 2019 - 16:39

Je n'avais pas vu passer (en 2015) cette longue interview du directeur (allemand) de l'ESA, après J.J.Dordain (français, pendant longtemps).
Elle date de 4 ans, mai est très intéressante, et elle couvre très large.

https://www.letemps.ch/sciences/vision-creer-un-village-lunaire-dautres-nations

Rôle du privé, space 4.0, Lune, Mars, New Space, lanceurs, coopération Exomars -avec la Russie, et après le retrait de la Nasa), Orion, robotique, Rosetta, etc.

EDIT : j'ai placé de longs extraits sur le fil (incluant la Lune et Mars, et Space X)
http://avia.superforum.fr/t1919-la-politique-spatiale-europeenne-ue-esa-la-dimension-europeenne-de-l-espace#102089


Dernière édition par Laurent Simon le Mar 7 Mai 2019 - 5:57, édité 1 fois
Beochien
Beochien
Whisky Charlie

Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde Empty Re: Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde

Message par Beochien le Lun 6 Mai 2019 - 17:02

Bof ...

Je ne vois pas d'intérêt économique à aller sur la Lune (Pour qq M2 d'eau, ou des minéraux "Rares**"), ni aucune planète ou satellite du système Solaire.
**On saura les synthétiser un jour ou l'autre ...
Un intérêt scientifique, peut être ... et encore, pour apprendre à vivre hors sol et hors atmosphère, pour quoi faire après qu'on l'ait prouvé ?
Pour observer ce que l'on ne voit pas depuis la Terre ? Il y a les orbites GEO et très hautes pour ça, même les points de Lagrange.
Alors pour quoi foutre en l'air des milliards alors qu'il faut penser à d'autres choses plus productives et/ou intéressantes ?

Sauver la Terre pour commencer, réduire la surpopulation, la France, 0,8 % de la population mondiale, et ce n'est pas en mettant les Français à pied, pour des raisons électorales, qu'on arrivera à sauver le monde ... comme essaye de nous le faire croire l'agit-prop gvt et médiatique Française.

Choses à faire dans l'espace, plutôt que d'aller gesticuler sur la Lune ou sur Mars ...

S’installer sur les orbites GEO, pour maintenir, ravitailler, les satellites, et observer l'espace. Des stations permanentes à prévoir.

Aller voir de plus en plus loin pour trouver une ou des exoplanètes "Respirables" ça prendra du temps, mais qui sait ... Ce sera peut être plus payant que de "Coloniser" Mars pour qq dizaines d'humains, pour l'instant, les sondes automatiques suffisent amplement !

Pour le côté scientifique, pourquoi pas, mais se méfier des "Bouffeurs de budget" qui en inventent tous les matins, jouant sur de multiples leviers, dont le prestige, pour consommer des milliards, pour leurs labos et leur paye, voir un prix Nobel, si on trouve un vestige de bactérie qq part, hors Terre !

On peut laisser les Chinois, les Russes et les Indiens, se ruiner à ce sujet ...
Il y a mieux à faire de ces milliards  Wink
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde Empty Re: Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde

Message par Laurent Simon le Ven 10 Mai 2019 - 19:23

https://www.usinenouvelle.com/article/cinquante-ans-apres-apollo-11-quels-sont-les-principaux-projets-de-missions-vers-la-lune.N841355

La NASA voulait retourner sur la Lune en 2028. En mars 2019, le président américain a accéléré la cadence. Donald Trump a exigé à l’agence spatiale américaine d’envoyer des astronautes sur le satellite d’ici 2024.
Mardi 26 mars, dans un discours très sévère à l’égard de la NASA, le vice-président américain a justifié l’urgence de la mission. “[2028] ne suffit pas. Nous valons mieux que cela. Cela nous a pris huit ans pour aller sur la Lune la première fois, il y a cinquante ans, alors que nous ne l'avions jamais fait. Cela ne devrait pas nous prendre 11 ans pour y retourner", avait déclaré Mike Pence.

... Officiellement, les États-Unis souhaitent envoyer un homme et une première femme sur la Lune pour 2024. La NASA va-t-elle tenir le calendrier ? De nombreuses difficultés apparaissent au fil des semaines.
...
Quel alunisseur ? Le module qui transportera les astronautes de la Lunar Orbital Platform-Gateway à la Lune n’est pas encore connu. La NASA devrait prochainement publier des appels d’offres pour faire appel à des acteurs privés. Certains se sont déjà positionnés sur ce créneau. Le 9 mai, Blue Origin a présenté un prototype d’alunisseur mais il n’est étrangement pas prévu pour embarquer des êtres humains. Lockheed Martin a présenté quant à lui en avril un projet capable de transporter des astronautes entre la station lunaire et la surface du satellite.

...
Une future base lunaire
À la façon de la Station spatiale internationale (ISS), la NASA souhaite placer une base permanente en orbite lunaire pour faciliter les missions sur le satellite. Baptisée Lunar Orbital Platform-Gateway, la station ne sera pas habitée toute l’année mais devra accueillir des astronaute au moins une fois par an. Son assemblage est prévu dès 2022 mais l’état d’avancement est plus flou étant donné que des entreprises comme Boeing ont continué de proposer des prototypes en mai.

L’idée d’une base sur la surface de la lune fait également du chemin. Un temps envisagé par l’administration américaine, le projet semble avoir été éclipsé par la future station Gateway. D’autres agences réfléchissent tout de même à un village lunaire. La plupart des projets mettent en valeur l’exploitation des ressources du satellite. L’eau glacée découverte en 2009 sur la Lune permettrait par exemple de fabriquer du carburant pour des missions d’exploration spatiale. La poussière présente sur place pourrait également constituer une matière première pour des habitats imprimés en 3D même si ces idées restent à l’état de la recherche.

En 2015, le directeur général de l’ESA, Johann-Dietrich Woerner avait lancé l’idée au Congrès international d’astronautique (IAC) à Jérusalem (Israël). Une collaboration entre la NASA, l’ESA, l’agence spatiale russe Roscosmos et l’agence spatiale chinoise CNSA (China National Space Administration) était alors sur la table. En janvier 2019, la CNSA a confirmé qu’elle gardait en tête l’idée d’un village lunaire mais sans préciser la nature des partenariats entre les différents pays.

Plusieurs pays travaillent à des missions scientifiques et veulent rejoindre la liste des États qui ont réussi à poser une sonde sur la Lune. Seulement trois ont réussi cet exploit : la Russie en 1959, les États-Unis en 1966 puis la Chine en 2013.
Israël a tenté en avril de devenir la quatrième nation à poser un appareil sur la Lune mais en vain.
...
En juillet 2019, l’Inde souhaite réussir son premier alunissage avec la mission Chandrayaan-2 dont le lancement est prévu en juillet 2019. Le Japon est également dans la course avec l’atterrisseur SLIM prévu pour 2020-2021.

En parallèle, les leaders du spatial n’arrêtent pas leurs projets. Le robot Chang’e-4 de la Chine, posé début janvier sur le satellite, continue d’explorer la face cachée de la Lune. Une autre sonde lunaire, Chang’e-5, doit être lancée en décembre 2019 dans l’espoir de ramener des échantillons de roche lunaire. Des sondes Chang'e-6 et Chang'e-7 doivent suivre, notamment pour étudier la faisabilité de bâtiments imprimés en 3D sur place. Des projets qui font de la Chine l'un des pays les plus ambitieux dans l'exploration lunaire.

Les ambitions spatiales de l’Europe se sont montrées plus modestes. En janvier 2019, l’Agence spatiale européenne (ESA) a signé un contrat avec ArianeGroup pour étudier la possibilité de poser un atterrisseur sur la Lune d’ici… 2025.

Un premier touriste vers la Lune en 2023
Restent enfin, les projets spatiaux touristiques portés par les entreprises. Un peu plus fous, certains d’entre eux ont connu des retards considérables. SpaceX est l’un des leaders du secteur. En septembre 2018, l’entreprise américaine avait dévoilé le nom de son premier client privé pour faire le tour de la Lune à bord du futur lanceur BFR (Big Falcon Rocket). Le premier voyage d’une semaine est toujours prévu pour 2023.
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde Empty Re: Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde

Message par Laurent Simon le Ven 24 Mai 2019 - 20:59

Une info ui date un peu, mais que je n'avais pas vu passer,
Coup de tonnerre à la Nasa
qui se résignerait à utiliser des fusées privées en remplacement de SLS

https://www.usinenouvelle.com/article/space-launch-system-la-fusee-super-lourde-de-la-nasa-ne-sera-pas-prete-pour-sa-premiere-mission-lunaire.N818115
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde Empty Re: Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde

Message par Laurent Simon le Mer 31 Juil 2019 - 18:05

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronautique-sonde-indienne-chandrayaan-2-route-vers-lune-25027/

Un lanceur GSLV Mk-III a décollé avec succès depuis le centre spatial de Sriharikota ce lundi 22 juillet à 11 h 13, heure de Paris. À bord, la sonde lunaire Chandrayaan-2 (3.850 kilogrammes) qui doit poser sur la lune un rover. Il s'agit de la deuxième mission lunaire pour l'Inde.

En octobre 2008, elle avait lancé la sonde Chandrayaan-1 qui s'était placée quelques jours plus tard en orbite autour de la Lune et avait entamé ses observations scientifiques jusqu'en août 2009, date à laquelle elle est tombée en panne.

Après une mise en orbite autour de la Terre, le « vrai » départ de Chandrayaan-2 à destination de la Lune est prévu dans 17 jours en vue d'une arrivée autour de la Lune quatre jours plus tard.

Si rien ne perturbe le voyage entre la Terre et la Lune, l'alunissage est prévu le 7 septembre, 54 jours après le décollage. Le Lander devrait se poser sur de hauts plateaux, situés entre les cratères Manzinus C et Simpelius N. L'Isro a également prévu un site d'alunissage de secours.

L'Inde, quatrième puissance à se poser sur la Lune ?
Si Chandrayaan-2 parvient à se poser sur la Lune, l'Inde deviendra le quatrième pays à poser un tel engin sur notre satellite naturel, après les États-Unis, la Russie et la Chine, dont son rover Chang'e 4 se trouve actuellement sur la face cachée de la Lune. En avril 2019, la sonde israélienne Beresheet avait raté son alunissage et s'était écrasée sur la surface de la Lune

L'orbiteur de la mission, qui embarque huit instruments, se placera en orbite autour de la Lune à 100 kilomètres d'altitude. Il devrait fonctionner pendant au moins une année.
Quant au lander (trois instruments à bord), sa durée de vie est d'environ une journée lunaire, ce qui correspond à 14 jours terrestres.
La durée de vie du rover Pragyan est aussi d'une journée lunaire. Ce rover à six roues embarque deux instruments et un réflecteur laser passif. Il est conçu pour parcourir au moins 500 mètres à la vitesse d'un centimètre par seconde.

Dans la continuité de Chandrayaan-1 qui a apporté une preuve directe de l'existence de glace d'eau pure dans les régions perpétuellement dans l'ombre, au fond de certains cratères lunaires, l'eau lunaire est un des objectifs principaux de Chandrayaan-2.
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde Empty La Chine, la Russie et l'Europe vers la Lune ...

Message par Laurent Simon le Jeu 1 Aoû 2019 - 0:25

https://chine.in/actualite/cn/russie-europe-reflechiront-ensemble_121510.html

Les autorités spatiales chinoises, européennes et russes sont convenues d'élaborer ensemble un plan pour construire une station de recherche scientifique sur la Lune, a annoncé lundi un haut fonctionnaire chinois des affaires spatiales.


La réflexion portera sur les objectifs scientifiques de la station, ainsi que sur les discussions liées au système ou à la mission, a indiqué Wu Yanhua, directeur adjoint de l'Administration nationale de l'espace de Chine (ANEC).

Les participants planifieront et concevront la station, coordonneront la mise en oeuvre du plan et partageront les résultats scientifiques obtenus, a confirmé Wu Yanhua lors d'une conférence internationale sur l'exploration de la Lune et de l'espace lointain organisée lundi à Zhuhai, dans la province chinoise du Guangdong (sud).
Pei Zhaoyu, directeur adjoint du Centre d'exploration lunaire et du programme spatial de l'ANEC, a indiqué que le plan de construction de la station devrait être accompli après deux ou trois ans de travail d'une équipe de scientifiques internationaux.

Un comité de coordination intergouvernemental pour la station de recherche lunaire sera créé, selon M. Pei.
Wu Weiren, designer en chef du programme d'exploration lunaire chinois, a noté que la Chine utiliserait la quatrième phase du programme ainsi que les missions suivantes pour évaluer la viabilité de travailler sur la Lune pour une longue période.

La Chine, la Russie et l'Europe ont toutes proposé l'idée de construire une base scientifique sur la Lune ou s'y sont montrées enclines.

et : https://www.france24.com/fr/20190720-entretien-woerner-esa-lune-espace-mars-anniversaire-nasa

video
Cinquante ans après les premiers pas de l'Homme sur la Lune, quel est l'héritage d'Apollo 11 ? Sylvain Rousseau fait le point avec Johann-Dietrich Wörner.

Le directeur de l'Agence spatiale européenne (ESA) déclare vouloir aller "plus loin" que la Lune. Il vante aussi la coopération internationale quand il s'agit de l'espace : "La beauté de l'exploration spatiale aujourd'hui, c'est que nous allons au-delà des crises terrestres, c'est très important pour l'humanité de travailler ensemble".

http://www.francesoir.fr/societe-science-tech/cinquante-ans-apres-apollo-11-leurope-bientot-sur-la-lune

Alors que l'humanité fête le 50ème anniversaire d'Apollo 11, plusieurs agences spatiales préparent des nouvelles missions et l'établissement sur la Lune. Moins visible que ses homologues américain et russe, l'Agence spatiale européenne est et sera pourtant impliquée dans ces programmes, rappelle à France-Soir Claudie Haigneré, première européenne dans l'espace. L'apport technologique et scientifique de l'ESA devrait permettre d'envoyer des Européens, et peut-être un Français, sur la Lune d'ici quelques années.

Cinquante ans après les premiers pas de Neil Armstong, 47 ans après les derniers pas d'Eugene Cernan (Apollo 17), l'homme est de nouveau sur le point d'aller sur la Lune. "Les astronautes de la Lune sont déjà sélectionnés et entraînés", déclare à France-Soir Claudie Haigneré, première Européenne dans l'espace et conseillère du Directeur général de l'Agence spatiale européenne (ESA).
Depuis quelques années, une nouvelle "course à la Lune" semble s'être engagée. Les ambitions chinoises ont aiguillonné les Américains. De prime abord on pourrait croire que l'Europe sera à nouveau absente de cette aventure. Un déficit d'image qui peut faire oublier l'implication de l'ESA, acteur incontournable de l'exploration spatiale.

Certes "les objectifs des agences spatiales européenne canadienne ou japonaise sont essentiellement des objectifs de coopération. L'idée de tout faire tout seul ne fait pas partie leur état d'esprit", relève Claudie Haigneré. L'ambition n'est pas de planter un drapeau et de revendiquer une victoire comme dans les années 1960.

...
Mais l'ESA sera bien présente dans la nouvelle exploration de la Lune. Elle l'est déjà notamment à travers sa coopération pour les missions russes Luna avec un orbiter puis un atterrisseur qui doit forer le sol lunaire, ou via des discussions avec les agences américaines et chinoises pour apporter son expertise scientifique et technologique. Surtout, le véhicule spatial Orion de la NASA qui doit envoyer des hommes sur le satellite naturel en 2024 fonctionne grâce au module de service ESM (European Service Module) créé par l'ESA et les industriels européens. Il est "essentiel" pour la faisabilité de la mission.

A quand alors des astronautes européens et peut-être un Français sur la Lune? "Les premiers seront américains", tranche Claudie Haigneré. Mais la représentation de l'Europe "fait évidemment partie des discussions". Et c'est en étant "ambitieuse" et "en apportant des éléments essentiels créant de l'interdépendance" que l'ESA pourra espérer envoyer des hommes et des femmes sur la Lune.
Une nécessité pour entraîner "l'adhésion" populaire et politique. "La plus belle des missions automatiques ne va pas entraîner le même engouement que celle de Thomas Pesquet", résume-t-elle. Le Français pourrait-il faire partie d'un voyage? "Pourquoi pas, mais l'ensemble des astronautes de l'ESA (sept hommes et femmes actuellement) sont capables d'être des astronautes de la Lune ".

...
Petit bémol peut-être, un "déficit de voix européennes" pour "porter politiquement" ces projets, note Claudie Haigneré, rappelant l'impact des engagements de John Kennedy sur le programme Apollo. "Nous avons une occasion avec la conférence ministérielle de l'ESA en novembre prochain".


...
Envoyer des hommes et s'installer sur la Lune (une base chinoise pourrait s'y établir dès 2030) n'est pas qu'une affaire de représentation. Les robots et ordinateurs ont leur limite pour explorer un astre qui est une "archive" de notre système solaire et étudier l'espace depuis la Lune. Il s'agira aussi de préparer des missions sur Mars, qui seront nécessairement de longue durée.
Cela doit aussi avoir un impact sur Terre. "Vous vous installez sur la Lune, vous allez être obligé de collecter et stocker de l'énergie, gérer le mieux possible des ressources en quantité finie, recycler des déchets, apprendre à purifier l'eau…Des entreprises vont devoir développer des technologies en ce sens. Et ce sont des enjeux majeurs sur Terre, une source d'innovation et de créativité", détaille l'astronaute. Des entreprises comme Audi, Air Liquid ou Vinci ont déjà manifesté leur intérêt et se pencheraient déjà sur l'exploitation des ressources lunaires.

Il faudra cependant affiner le modèle économique et envisager de le faire évoluer le cadre juridique de la Lune (actuellement régi par le Traité de l'espace et certaines lois nationales), "pour faciliter les investissements tout en restant garant des objectifs pacifiques d'exploration, respectueux de ce patrimoine de l'Humanité".
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde Empty Re: Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde

Message par Laurent Simon le Mar 31 Déc 2019 - 11:07

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/acces-espace-long-march-5-lancement-reussi-chine-vise-lune-mars-65073/

je duplique ici

"Ce lanceur, légèrement plus puissant que le lanceur Ariane 5 d'Arianespace, est un élément clé du programme spatial chinois. Il est le seul capable de lancer certaines des missions les plus ambitieuses de ce programme dans les domaines de l'exploration robotique et les vols habités.

Cette année, trois autres vols sont d'ores et déjà prévus. Le premier, peut-être dès le mois de mars, avec le lancement d'une version inhabitée du successeur du Shenzhou, la capsule habitée chinoise. D'une capacité de 7,8 tonnes, cette nouvelle génération de véhicule spatial sera partiellement réutilisable avec une masse maximale au lancement d'environ 23 tonnes.

... Suivra cet été le lancement d'une mission à destination de Mars avec un orbiter et un rover. La Chine utilisera la même fenêtre de tir qu'utiliseront la Nasa et l'ESA pour lancer leur propre rover.

En fin d'année, ce lanceur sera de nouveau utilisé pour lancer Chang'e 5, une mission de retour d’échantillons lunaires.

En 2020, les plans chinois prévoient également le lancement de Tianhe, élément central et principal de la future station spatiale chinoise. D'une masse de 20 tonnes, il servira à contrôler la navigation de la station (correction de trajectoire, d'attitude...) et ses différentes servitudes. Il servira de lieu de vie pour les taïkonautes chinois. Le lancement de ce module est très attendu. Il doit donner le coup d'envoi de l'assemblage en orbite de cette station de 60 à 90 tonnes. Bref, un planning chargé pour un lanceur avec un seul succès à son actif.
"

Contenu sponsorisé

Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde Empty Re: Retour vers la Lune : Esa, RosCosmos, Jaxa, Nasa, Chine, Inde

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Lun 27 Jan 2020 - 18:28