ACTUALITE Aéronautique

ACTUALITE Aéronautique : Suivi et commentaire de l\'actualité aéronautique


Ce jour là

Partagez

Liscariote

Re: Ce jour là

Message par Liscariote le Ven 9 Mar 2018 - 18:32

En 1975, après l'abandon de l'ACF, Dassault-Breguet présente deux projets delta, baptisés Delta 2000 et Super Delta.


Le premier, monomoteur Snecma M 53, est développé comme "Mirage 2000", dans la classe des 10 tonnes,


Le second de la classe vingt tonnes, reprend deux M 53 et met à contribution des études sur les fibres de carbone et le bore qui, alors, offrent, sur une surface limitée (ailettes, gouvernail, élevons, panneaux d'accès du fuselage, empennages ), un rapport poids / résistance jugé excellent.

Il est baptisé Mirage 4000, ou Super Mirage 4000. Mami pour maxi Mirage

C'est la première fois qu'un appareil français a un rapport poids- poussée de 1:1 ( avec deux M-53 P2 montés plus tard sur le -4000 )


Pourvu de commandes de vol électriques, il dispose de plans canards et d'un aérofrein dorsal.


Ce n'est pas encore à proprement écrire, un avion " instable "


Le 9 mars 1979, un an après le premier vol du 2000, Jean-Marie Saget décolle le Mirage 4000 depuis la base d'Istres et atteint rapidement mach 1; 2.


Les deux M-53-2 prélevés sur la dotation Mirage 2000 sont équipés de régulation à autorité partielle, avec un débit de 84 kg/s à 10 200 tr/min, pour une poussée avec PC de 83,36 kN.


Deux M 53-5 puis deux M 53 P2 seront installés par la suite.


Dans un compartiment aménagé derrière le cockpit, un Turbomeca Palouste est positionné comme groupe auxiliaire de puissance.. ( APU ).


Par la suite, il parvient à 50 000 ft en moins de 4 mn


La marque d’intérêt de l'Arabie Saoudite pour une centaine de machines est accompagnée d'une exigence de le voir en escadrons dans l'Armée de l'Air Française qui y renonce pour des raisons budgétaires.


Dassault et tous les fournisseurs du Mirage 4000 en tireront malgré cet échec commercial bien des profits R&D / R&T pour le Rafale



Poncho (Admin)
Whisky Charlie

Re: Ce jour là

Message par Poncho (Admin) le Ven 9 Mar 2018 - 22:44

Sacrée bête, 
Moins racée que le M2000, et moins élanché que le M IV, mais sacrée bête c'est sûr

Liscariote

Re: Ce jour là

Message par Liscariote le Sam 10 Mar 2018 - 13:16

10 mars 1959
 
Le prototype YT-38 Talon, serial number 58-1191, décolle le 10 mars 1959 d' Edwards Air Force Base.
 
Lewis A. Nelson est aux commandes, il fut ingénieur conseil au Naca avant d’entrer chez Northrop
 
Ed Schmued, le concepteur du P 51 Mustang, F-86 Sabre et du F-100 Super Sabre a dessiné un bimoteur " taille de guêpe " qui franchit mach 1

Il est tout simplement destiné à remplacer ...le T-33

Pas seulement, le projet N 156 prévoit deux modèles proches : le T-38 et le F-5
 
Très fin et maniable, le YT-38 s’avère pourtant être un jet d'entraînement avancé, voire très avancé.
 
Il tient en outre le vol sur le dos qui, à la fin des 50' était un vrai problème pour la plupart des turboréacteurs.
 
Mike Kuska , l’ingénieur des essais en vol termine la campagne avec trois avions qui dépassent les attentes, en 2,000 vols, notamment la montée à 30,000 ft en 3 mn

Aucune modification aérodynamique n’est nécessaire, rarissime pour l’époque.

Il reste de la place interne et externe pour faire du T-38 un chasseur léger, supersonique

Son coût d’entretien est jugé très bas

Le General Electric J 85 de 16 kN avec post combustion est compact pour un poids de 200 kg vide. Il est développé à l’origine pour le premier missile de croisière subsonique  GAM-72  Quail largué depuis un B 52
 
Il équipe encore 18 squadrons au sein de l’USAF en 2012
 
L’Allemagne, le Portugal, la Turquie, la Corée du Sud et Taiwan également
 
Le Talon est utilisé par les Thunderbirds de 1974 à 1982

L'USAF et l'US Navy en utilisent 1 100, le dernier T-38 est produit en 1972


avatar
Poncho (Admin)
Whisky Charlie

Re: Ce jour là

Message par Poncho (Admin) le Sam 10 Mar 2018 - 23:47

C'est une belle machine je trouve (et ça sent la nervosité Very Happy )


_________________
@avia.poncho
avatar
patrick1956
Whisky Quebec

Re: Ce jour là

Message par patrick1956 le Dim 11 Mar 2018 - 7:44

Il a aussi des femmes et des hommes qui ont marque l histoire de l aéronautique
http://www.air-journal.fr/2018-03-11-le-11-mars-1913-dans-le-ciel-perreyon-plus-fort-que-garros-5195680.html
avatar
Liscariote

Re: Ce jour là

Message par Liscariote le Dim 11 Mar 2018 - 16:52

11 mars
 
Sikorsky YHSS-2 (YSH-3A) " Sea King "
 
En 1957, l'US Navy, veut à nouveau un hélicoptère plus puissant que le HSS1; ou S-58 dans la désignation Sikorsky :

L'utilisation en binôme des HSS1 par manque de puissance / capacité conduit à une fiche programme pour un " chopper " plus gros, biturbine, trains rentrants, apte, tout seul, à des opérations amphibies sur des missions de quatre heures.


Sikorsky abandonne le moteur radial thermique en porte à faux pour deux turbomoteurs General Electric T58 -GE-8 de 1 240 shp., placés sous et en avant du rotor,

Le revêtement en alliage de magnésium des HSS1 et H-34 est abandonné, ça brûle complètement si un incendie se déclare. ( CF Air Safety Network et autres "naratives "....)

Le nouvel air-frame est long de 22 mètres, le rotor a cinq pales interchangeables , actionné par un nouvel ensemble de vérins hydrauliques; la queue est repliable avec son rotor anticouple et sa transmission sur la version SH-3 Sea King.
 
Le prototype Sikorsky YHSS-2 ( BuNo 147137 ) effectue un premier lift off le 11 mars 1959 à Stratford avant son départ vers Patuxent River où il doit effectuer un amerrissage vertical. ( entre autres )

A nouveau, Sikorsky propose le S-61 en de multiples dérivés, SH-3, S-61L , S-61N qui sont fabriqués à 120 exemplaires, y compris pour des opérateurs civils contractant sur des plate formes pétrolières.
 

avatar
patrick1956
Whisky Quebec

Re: Ce jour là

Message par patrick1956 le Dim 11 Mar 2018 - 16:57

je viens d apprendre quelque chose, je ne savais pas qu un hélico pouvait ce poser sur l eau et encore des choses a apprendre 
merci Liscariote pour cette info
avatar
Beochien
Whisky Charlie

Re: Ce jour là

Message par Beochien le Dim 11 Mar 2018 - 17:08

1941 ...


Ils on fait un peu mieux depuis ....

Pas toujours sans danger d'ailleurs ...
Encore heureux , qu'il ait fait beau ...

avatar
Poncho (Admin)
Whisky Charlie

Re: Ce jour là

Message par Poncho (Admin) le Dim 11 Mar 2018 - 18:09

Le superfrelon aussi je crois


Source : https://www.meretmarine.com/fr/content/le-super-frelon-tire-sa-reverence


_________________
@avia.poncho
avatar
patrick1956
Whisky Quebec

Re: Ce jour là

Message par patrick1956 le Dim 11 Mar 2018 - 18:30

eh bien si je meurt ce soir je serai un peu plus érudit  Laughing
avatar
Vector
Whisky Quebec

Re: Ce jour là

Message par Vector le Dim 11 Mar 2018 - 19:00

Ben, il vaut mieux fermer les portes et les cloisons étanches ! Comme sur le Titanic...
avatar
Poncho (Admin)
Whisky Charlie

Re: Ce jour là

Message par Poncho (Admin) le Dim 11 Mar 2018 - 19:29

patrick1956 a écrit:eh bien si je meurt ce soir je serai un peu plus érudit  Laughing

Evite... s'il te plait


_________________
@avia.poncho
avatar
patrick1956
Whisky Quebec

Re: Ce jour là

Message par patrick1956 le Lun 12 Mar 2018 - 7:15

Bonjour a tous 
Je déconnais Poncho et en plus c'une formulation dans les chaumières pour dire que l'on sera plus intelligent
avatar
patrick1956
Whisky Quebec

Re: Ce jour là

Message par patrick1956 le Lun 12 Mar 2018 - 7:18

Un peu d'histoire 
http://www.air-journal.fr/2018-03-12-le-12-mars-1919-dans-le-ciel-on-coupe-les-ailes-a-l'allemagne-5195701.html
avatar
eolien
Whisky Quebec

Re: Ce jour là

Message par eolien le Lun 12 Mar 2018 - 11:20

Patrick1956 nous avions bien compris la blague ... pirat


_________________
Eolien
La dialectique est l'art d'atteindre la vérité au moyen de la discussion des opinions.
avatar
patrick1956
Whisky Quebec

Re: Ce jour là

Message par patrick1956 le Lun 12 Mar 2018 - 12:12

eolien a écrit:Patrick1956 nous avions bien compris la blague ... pirat
ok
avatar
Liscariote

Re: Ce jour là

Message par Liscariote le Lun 12 Mar 2018 - 17:59

L'Alouette II c'était le 12 mars 1955 avec Jean Boulet et Henri Petit à Buc

Avant cette machine phénoménale, la route fut longue depuis la fin de la guerre

  
Charles Marchetti le patron de l'équipe de développement de la SNCASE à la Courneuve, entouré des ingénieurs Renoux, du Pr allemand Focke et bien d'autres...

Concevait le SE 3120, la première Alouette, équipé d'un moteur thermique Salmson 9 N de 200 cv à 9 cylindres en étoile disposé verticalement derrière la cabine de pilotage et refroidi par deux ventilateurs placés à l’avant de part et d’autres de la boîte de transmission. 

Ce moteur entraînait un rotor principal de 11,60 m de diamètre dont les trois pales très larges, dotées de longerons tubulaires avec nervures en bois, étaient recouvertes de toile. 

Les pales étaient repliables facilitant ainsi l’encombrement de l’appareil pour le parquer. 

Celui-ci tournait à 217 tr/mn pour un régime moteur de 1050 tr/mn. 

A l’arrière, se trouvait un rotor anti couple bipale de 2 m de diamètre.

Henri Stackenburg le poussa aux limites 

L'Alouette II, SE 3130, était munie du nouveau Turbomeca Artouste ( IIB ),  

Une turbine qui entraîne à la fois le compresseur et un arbre de sortie à travers une boîte de réduction. 
 
Le moteur tourne à 33 500 tr / min (N1) et est capable de produire 400  shp. 
 
Il fut ramené à 360 shp à 5 780 tr / min. (N2) pour l'installation dans l'Alouette II.
 
Ci dessous, la première Alouette





Et le prototype SE 3130 Alouette II le 12 mars 1955 à Buc

avatar
patrick1956
Whisky Quebec

Re: Ce jour là

Message par patrick1956 le Lun 12 Mar 2018 - 18:26

Liscariote a écrit:L'Alouette II c'était le 12 mars 1955 avec Jean Boulet et Henri Petit à Buc

Avant cette machine phénoménale, la route fut longue depuis la fin de la guerre

  
Charles Marchetti le patron de l'équipe de développement de la SNCASE à la Courneuve, entouré des ingénieurs Renoux, du Pr allemand Focke et bien d'autres...

Concevait le SE 3120, la première Alouette, équipé d'un moteur thermique Salmson 9 N de 200 cv à 9 cylindres en étoile disposé verticalement derrière la cabine de pilotage et refroidi par deux ventilateurs placés à l’avant de part et d’autres de la boîte de transmission. 

Ce moteur entraînait un rotor principal de 11,60 m de diamètre dont les trois pales très larges, dotées de longerons tubulaires avec nervures en bois, étaient recouvertes de toile. 

Les pales étaient repliables facilitant ainsi l’encombrement de l’appareil pour le parquer. 

Celui-ci tournait à 217 tr/mn pour un régime moteur de 1050 tr/mn. 

A l’arrière, se trouvait un rotor anti couple bipale de 2 m de diamètre.

Henri Stackenburg le poussa aux limites 

L'Alouette II, SE 3130, était munie du nouveau Turbomeca Artouste ( IIB ),  

Une turbine qui entraîne à la fois le compresseur et un arbre de sortie à travers une boîte de réduction. 
 
Le moteur tourne à 33 500 tr / min (N1) et est capable de produire 400  shp. 
 
Il fut ramené à 360 shp à 5 780 tr / min. (N2) pour l'installation dans l'Alouette II.
 
Ci dessous, la première Alouette





Et le prototype SE 3130 Alouette II le 12 mars 1955 à Buc

elle a fait les beaux jours de beaucoup de monde un super hélico
avatar
Liscariote

Re: Ce jour là

Message par Liscariote le Mar 13 Mar 2018 - 18:53

13 mars 1977
 
Le prototype Sikorsky S-76A Spirit fait son premier vol au centre de développement de la compagnie, West Palm Beach, Floride
 
SN 76002, immatriculé N762SA.
 
Le chef pilote de Sikorky, John Dixson, et le pilote/ ingénieur d'essais du programme S-76, Nicholas D. Lappos étaient aux commandes
 
Le Sikorsky S-76A est un hélicoptère bimoteur moyen conçu pour transporter jusqu'à 12 passagers sur 400 nm (740,8 kilomètres) pour l'industrie pétrolière offshore.
 
Il est équipé pour le vol aux instruments.
 
Le rotor principal a quatre pales entièrement articulées ;  a un diamètre de 13,411 mètres
 
Le moyeu du rotor principal est en aluminium forgé et utilise des roulements en élastomère pour assurer la flexibilité nécessaire de l’ensemble.  Chaque pale est constituée d’un longeron creux en titane recouvert de fibre de carbone. Le tout tournant à 313 m/s à V max
 
Les deux Allison 250-C30 cote à cote développent, tarés, 557 shp en continu
 
Le S-76A+ a deux Turbomeca Ariel 1S
 
Le S-76B, deux Pratt & Whitney Canada PT6B-36
 
La dernière version D est équipée de PW210S de 800 shp chaque

avatar
Poncho (Admin)
Whisky Charlie

Re: Ce jour là

Message par Poncho (Admin) le Mar 13 Mar 2018 - 22:45

L'inflation des puissance est notable


_________________
@avia.poncho
avatar
eolien
Whisky Quebec

Re: Ce jour là

Message par eolien le Mer 14 Mar 2018 - 11:53

Liscariote a écrit:L'Alouette II
 le prototype SE 3130 Alouette II le 12 mars 1955 à Buc



N'y aurait-il pas une certaine ressemblance et un plagiat  ...

La cabine  / la tête - le moteur / le corps - la queue
(pour le rotor elle ne dira rien)



Miss libellule devrait en parler à Vladimir ...


_________________
Eolien
La dialectique est l'art d'atteindre la vérité au moyen de la discussion des opinions.
avatar
Liscariote

Re: Ce jour là

Message par Liscariote le Mer 14 Mar 2018 - 16:04

Nature, source d'inspiration depuis toujours, Clément Ader bien sûr, et si parfaite !

avatar
eolien
Whisky Quebec

Re: Ce jour là

Message par eolien le Mer 14 Mar 2018 - 17:41

D'Icare, ou plus heureux, de Dédale :





en passant par le premier saut de Franz Reichelt en wingsuit :

Film du saut périlleux du 1er étage de la Tour Eiffel, un matin, tôt ...



et par :





Pour en arriver à Jetman :





et très bientôt, au drone taxi :









L'histoire a été laborieuse dans ses débuts, mais ça s'accélère drôlement ...
C'est une excellente idée de revisiter cette histoire à travers le calendrier de Liscariote !


_________________
Eolien
La dialectique est l'art d'atteindre la vérité au moyen de la discussion des opinions.
avatar
Liscariote

Re: Ce jour là

Message par Liscariote le Mer 14 Mar 2018 - 18:26

Les " Transats "
 
A la fin de 1945, le Lockheed L-049 Constellation peut parcourir 3 600 km à pleine charge sans s’arrêter.
 
Ce qui ne permet pas de traverser un océan sans escale.
 
L'équipe de Kelly Johsnon et Hall Hibbard, conserve les lignes gracieuses du Connie et alourdit l'ensemble principalement par l'ajout de réservoirs dans les ailes qui se voient renforcées de nervures afin de supporter cette nouvelle charge, le renforcement du train principal avec des pneus plus résistants.
 
A la pesée maximale, le L-749 masse à 107,000 lbs ( 48,500 kg ) contre 39,120 kg pour le L-049. Ou 29 400 kg à vide
 
Des volets " fowler " sont insérés aux bords de fuite. Avancée majeure sur un avion de ligne.
 
Les énormes moteurs Wright R-3350-749 C18 BD-1 de 1,864 kW chacun ( 2 500 hp ) entraînent de nouvelles hélices quadripales Curtiss Wright C 632 S A12 dont le moyeu est renforcé.
 
L'espace entre grandes visites reste à 3000 h théoriques.
 
Il descendra à 1 500h quelques années plus tard chez Air France
 
Le premier Lockheed L-749 décolle de Burbank le 14 mars 1947 alors que les 22 L-649 ne sont pas encore tous livrés.
 
Il peut parcourir 4 200 km à pleine charge en condition ISA + 15; à 550 km/h et à une altitude de croisière de 24 000 ft ou 7 300 m.
 
Air France est la première à recevoir le majestueux Constellation dans cette version 749.

Quatre pilotes et mécaniciens dans le cockpit et 4 hôtesses en cabine
 
En 1961, certains seront transformés en appareils de recherche et sauvetage munis d'un container cargo externe ( EARS 99 à Toulouse Francazal )
 
La production des L-479A cesse en 1951, remplacés par les 1049 puis 1649 Starliners.
 
Une version "papier " à 4 turbopropulseurs Bristol Centaurus n'eut pas de suite.
 

avatar
patrick1956
Whisky Quebec

Re: Ce jour là

Message par patrick1956 le Mer 14 Mar 2018 - 19:37

Liscariote a écrit:Les " Transats "
 
A la fin de 1945, le Lockheed L-049 Constellation peut parcourir 3 600 km à pleine charge sans s’arrêter.
 
Ce qui ne permet pas de traverser un océan sans escale.
 
L'équipe de Kelly Johsnon et Hall Hibbard, conserve les lignes gracieuses du Connie et alourdit l'ensemble principalement par l'ajout de réservoirs dans les ailes qui se voient renforcées de nervures afin de supporter cette nouvelle charge, le renforcement du train principal avec des pneus plus résistants.
 
A la pesée maximale, le L-749 masse à 107,000 lbs ( 48,500 kg ) contre 39,120 kg pour le L-049. Ou 29 400 kg à vide
 
Des volets " fowler " sont insérés aux bords de fuite. Avancée majeure sur un avion de ligne.
 
Les énormes moteurs Wright R-3350-749 C18 BD-1 de 1,864 kW chacun ( 2 500 hp ) entraînent de nouvelles hélices quadripales Curtiss Wright C 632 S A12 dont le moyeu est renforcé.
 
L'espace entre grandes visites reste à 3000 h théoriques.
 
Il descendra à 1 500h quelques années plus tard chez Air France
 
Le premier Lockheed L-749 décolle de Burbank le 14 mars 1947 alors que les 22 L-649 ne sont pas encore tous livrés.
 
Il peut parcourir 4 200 km à pleine charge en condition ISA + 15; à 550 km/h et à une altitude de croisière de 24 000 ft ou 7 300 m.
 
Air France est la première à recevoir le majestueux Constellation dans cette version 749.

Quatre pilotes et mécaniciens dans le cockpit et 4 hôtesses en cabine
 
En 1961, certains seront transformés en appareils de recherche et sauvetage munis d'un container cargo externe ( EARS 99 à Toulouse Francazal )
 
La production des L-479A cesse en 1951, remplacés par les 1049 puis 1649 Starliners.
 
Une version "papier " à 4 turbopropulseurs Bristol Centaurus n'eut pas de suite.
 

petit frère du constellation
avatar
Poncho (Admin)
Whisky Charlie

Re: Ce jour là

Message par Poncho (Admin) le Mer 14 Mar 2018 - 21:48

Pour moi Constellation ça va de 049 à 1049 (après on discute)

Sinon le Centaurus c'est bon vieux moteur à piston (et sans soupape)


_________________
@avia.poncho
avatar
Liscariote

Re: Ce jour là

Message par Liscariote le Dim 18 Mar 2018 - 16:46

18 mars 1961

Le Tupolev Tu 128 ( ou Tu 28 ) aux mains de M. Kozlov et K. Malkhasyan, effectue un premier vol de 30 mn au centre d'essais Tupolev de l' OKB 156 A.

Les immenses frontières nord de l'URSS sont considérées comme poreuses et trop mal défendues. 

La couverture aérienne est assurée par des Mig 19 lorsque la décision est prise en 1958 de développer un intercepteur lourd. 
 
Le Tu 128 est un avion de plus de 40 tonnes, bimoteur Lyulka AL-7, équipé d'un nouveau radar et du missile longue portée K 80. / R-4.

Par rapport au Mig 19 la différence est énorme

L’ingénieur Iosif Nezval a concentré dans cet appareil tout le savoir faire russe en aérodynamique, métallurgie, électronique...
 
Depuis 1953, Arkhip Mikhalkovich Lyulka parvient à augmenter le débit à 1000 m/s et la température en chambre à 2 000 K, l’AL 7 tient 100 heures à une altitude simulée de 18 000 mètres.

Le Tu 128 atteint 1 600 km/h complètement armé et équipe rapidement une dizaine de " régiments " de l'air jusqu'à son retrait en 1990.

En 1975, deux Tu 128 du régiment d'aviation d'Omsk détruisent un satellite américain au dessus du Kazakhstan

Sur les 198 appareils construits prés de 40 se crashent avant leur retrait pour laisser place à des intercepteurs plus légers

https://www.youtube.com/watch?v=VQ3kB82fcmA


avatar
patrick1956
Whisky Quebec

Re: Ce jour là

Message par patrick1956 le Dim 18 Mar 2018 - 18:40

Liscariote a écrit:18 mars 1961

Le Tupolev Tu 128 ( ou Tu 28 ) aux mains de M. Kozlov et K. Malkhasyan, effectue un premier vol de 30 mn au centre d'essais Tupolev de l' OKB 156 A.

Les immenses frontières nord de l'URSS sont considérées comme poreuses et trop mal défendues. 

La couverture aérienne est assurée par des Mig 19 lorsque la décision est prise en 1958 de développer un intercepteur lourd. 
 
Le Tu 128 est un avion de plus de 40 tonnes, bimoteur Lyulka AL-7, équipé d'un nouveau radar et du missile longue portée K 80. / R-4.

Par rapport au Mig 19 la différence est énorme

L’ingénieur Iosif Nezval a concentré dans cet appareil tout le savoir faire russe en aérodynamique, métallurgie, électronique...
 
Depuis 1953, Arkhip Mikhalkovich Lyulka parvient à augmenter le débit à 1000 m/s et la température en chambre à 2 000 K, l’AL 7 tient 100 heures à une altitude simulée de 18 000 mètres.

Le Tu 128 atteint 1 600 km/h complètement armé et équipe rapidement une dizaine de " régiments " de l'air jusqu'à son retrait en 1990.

En 1975, deux Tu 128 du régiment d'aviation d'Omsk détruisent un satellite américain au dessus du Kazakhstan

Sur les 198 appareils construits prés de 40 se crashent avant leur retrait pour laisser place à des intercepteurs plus légers

https://www.youtube.com/watch?v=VQ3kB82fcmA


super

Contenu sponsorisé

Re: Ce jour là

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Sam 26 Mai 2018 - 23:13