ACTUALITE Aéronautique

ACTUALITE Aéronautique : Suivi et commentaire de l\'actualité aéronautique


Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu

Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu Empty Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu

Message par Laurent Simon le Mer 24 Oct 2018 - 10:41

https://www.generation-nt.com/hayabusa2-asteroide-ryugu-asteroide-actualite-1958293.html

je créé ce fil après avoir hésité à le faire,
car si cette sonde réussit à prélever des échantillons de matière de l'astéroïde Ryugu,
cela représenterait une avancée considérable scientifique.

https://www.generation-nt.com/hayabusa-2-rovers-asteroide-ryugu-actualite-1957603.html

L'Agence spatiale japonaise a confirmé que les rovers Minerva-II-1A et Minerva-II-1B ont atterri sur la surface de l'astéroïde et sont en bon état. Ils ont transmis des photos et données. La Jaxa confirme également que les deux petits rovers se déplacent.

Mais ce prélèvement s'avère plus difficile qu'anticipé

"La surface de l'astéroïde Ryugu s'avère très rugueuse. Retard de plusieurs mois pour le recueil au sol d'échantillons par la sonde spatiale Hayabusa-2.

Lancée à la poursuite de l'astéroïde Ryugu en décembre 2014, la sonde spatiale japonaise Hayabusa-2 a atteint sa cible à 300 millions de kilomètres de la Terre cet été après avoir parcouru 3,2 milliards de kilomètres.
Entre fin décembre et début octobre, Hayabusa-2 a largué sur le géocroiseur de 900 mètres de diamètre deux rovers Minerva-II1 et le petit atterrisseur franco-allemand Mascot à la courte durée de vie. Des données scientifiques recueillies sur site ont été transmises sur Terre via un relais par la sonde.

La mission d'observation de Ryugu prévoit que la sonde prélèvera des échantillons de Ryugu pour les ramener sur Terre fin 2020 dans une capsule. Cette collecte de poussières se fera par prélèvement direct de Hayabusa-2 à la surface de Ryugu et par le biais d'un petit impacteur qui percutera la surface de l'astéroïde. L'impacteur va créer un cratère d'impact artificiel pour permettre la collecte d'un échantillon préservé (inchangé) à des niveaux plus profonds.
L'agence spatiale japonaise a annoncé (AFP ; Phys.org) que le déploiement de la sonde à la surface de Ryugu - en tout cas pour toucher le sol - sera retardé de plusieurs mois. Ce sera pour fin janvier au plus tôt, et non à la fin de ce mois d'octobre comme initialement prévu.
Ce report s'explique par des difficultés à identifier une surface plane sur Ryugu. Elle se révèle plus rugueuse qu'attendu et il ne faudrait pas prendre le risque de heurter des cailloux.

"
-----------
https://www.lepoint.fr/astronomie/rendez-vous-sur-l-asteroide-ryugu-10-10-2018-2261664_1925.php

Lancée le 3 décembre 2014, la sonde japonaise Hayabusa2 est arrivée auprès de sa cible, l'astéroïde Ryugu, le 27 juin 2018. À son bord, quatre petits compagnons : trois mini-rover MINERVA-II, dont deux se sont posés sur le corps céleste le 21 septembre dernier (le troisième, optionnel, devant normalement être largué l'an prochain), et un atterrisseur franco-allemand, MASCOT, qui a également gagné le sol de Ryugu, sans encombre, le 3 octobre. Leur mission ? Explorer cet astéroïde de type C, supposé riche en carbone et donc en matière organique, principalement pour percer les mystères de la formation du système solaire et ceux de l'apparition de la vie. Outre toutes les analyses scientifiques prévues au programme, cette mission donne également à voir un monde qui était jusqu'ici totalement inconnu de l'humanité.

Que diable vont-ils faire sur ces astéroïdes ?.
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu Empty Re: Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu

Message par Laurent Simon le Mer 24 Oct 2018 - 10:56

Et pour Mascot

https://www.generation-nt.com/mascot-ryugu-mmx-mars-actualite-1958003.html

Après 17 heures de mission, le Centre national d'études spatiales (Cnes) a annoncé le succès de Mascot qui s'était posé sur l'astéroïde Ryugu pour en étudier la composition. Le petit atterrisseur franco-allemand y avait été largué par la sonde spatiale japonaise Hayabusa-2.
Pour accomplir sa mission, Mascot disposait d'une unique batterie comme source d'énergie avec une durée de vie estimée entre 12 et 15 heures. Elle aura donc au final fonctionné plus longtemps qu'escompté
Poncho (Admin)
Poncho (Admin)
Whisky Charlie

Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu Empty Re: Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu

Message par Poncho (Admin) le Jeu 25 Oct 2018 - 9:21

Merci


_________________
@avia.poncho
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu Empty Re: Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu

Message par Laurent Simon le Dim 28 Oct 2018 - 16:34

Article de synthèse, sur Mascot

https://pureactu.com/mission-accomplie-pour-le-robot-mascot-sur-son-asteroide/
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu Empty Re: Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu

Message par Laurent Simon le Mar 22 Jan 2019 - 19:42

https://www.clubic.com/mag/sciences/conquete-spatiale/actualite-849742-hayabusa-2-devenir-deuxieme-sonde-rapporter-poussiere-asteroide-terre.html



Lancée en 2014, la sonde spatiale japonaise Hayabusa-2 doit collecter, dans les semaines qui viennent, des échantillons de l'astéroïde Ryugu. Si cette mission est une réussite, ce sera seulement la deuxième fois que de la poussière d'astéroïdes prendra le chemin de la Terre afin d'y être étudiée.

À l'instar de la Chine et du CNSA, l'Agence d'exploration aérospatiale japonaise (JAXA) possède elle aussi de sérieuses ambitions notamment en ce qui concerne l'étude d'astéroïdes.

Après sa première mission de retour d'échantillons collectés sur l'astéroïde Itokawa (Hayabusa 1re du nom, lancée en 2003 et revenu sur Terre en 2010), qui a permis d'étudier pour la première fois des échantillons de sol d'un astéroïde, la JAXA s'apprête à réitérer cet exploit avec Hayabusa-2.

La sonde spatiale, entrée en orbite autour de Ryugu en juin 2018 et qui a déposé ses petits rovers à la surface de l'objet courant septembre, s'apprête en effet à tenter sa première collecte d'échantillons grâce à un système de prélèvement repensé et censé être bien plus performant que celui de la première mission Hayabusa. Cette dernière avait en effet permis de rapporter ses prélèvements sur Terre, mais dans une quantité extrêmement limitée puisque pas plus de 1 500 grains d'une taille inférieure à 10 micromètres ont pu être récupérés par les chercheurs.

Ce nouveau système de collecte en forme de cône comprend désormais trois chambres de collecte au lieu de deux, mais l'amélioration la plus frappante est celle de l'impacteur. Le petit impacteur SCI - Small Carry-on Impactor - est muni d'une charge d'explosifs qui viendra frapper le sol de l'astéroïde à plus de 2km/s et ainsi créer un cratère de 2 mètres de diamètre et soulever une grande quantité de matériaux qui pourront ainsi être récupérés par la sonde.

... L'analyse des échantillons collectés pourrait aider à mieux comprendre les origines du système solaire et même, pourquoi pas, les conditions de l'apparition de la vie sur Terre - s'ils contiennent des éléments organiques ou des traces d'eau. Le retour sur Terre d'Hayabusa-2 est prévu en décembre 2020.

Dans la même optique, OSIRIS-REx, la sonde spatiale de la NASA, pourrait bien rapporter des échantillons de l'astéroïde Bennu avec un retour sur Terre planifié en 2023.
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu Empty Re: Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu

Message par Laurent Simon le Mer 23 Jan 2019 - 18:57

http://www.cidehom.com/apod.php?_date=181101

Jeudi 1er novembre 2018
Est-ce que la sonde spatiale Hayabusa2 pourra atterrir en toute sécurité sur l'astéroïde Ryugu ? Depuis son arrivée en juin, les images montrent que la surface de Ryugu large de quelques kilomètres est recouverte de rochers, ainsi la recherche d' une zone suffisamment plate pour la sonde spatiale de la taille d'un bus pour se poser relève du défi. Dans cette vidéo, l'ombre du robot japonais Hayabusa2 est visible sur la surface rugueuse de Ryugu alors qu'il remontait la semaine dernière après une manoeuvre de répétition d'atterrissage, à seulement 20 mètres de la surface. Auparavant, de petits atterrisseurs de la taille d'un frisbee se sont détachés de Hayabusa2 et ont été mis en contact avec la surface de l'astéroïde, et ont commencé à l'explorer par petits sauts. Etudier Ryugu pourrait révéler à l'humanité non seulement la composition de la surface et du sous-sol de la planète mineure, mais également les matériaux disponibles dans le système solaire primitif pour le développement de la vie. L'atterrissage du vaisseau-mère Hayabusa2 est prévu pour le début de l'année prochaine, suivi, espérons-le, d'un prélèvement d'échantillons de sol avant son retour sur Terre.

https://www.tomsguide.fr/2018/12/16/images-ryugu-hayabusa-2/

Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu Image-ryugu-rover

Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu Image-ryugu
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu Empty Re: Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu

Message par Laurent Simon le Dim 17 Fév 2019 - 9:55

https://sciencepost.fr/2019/02/la-sonde-japonaise-atterrira-sur-un-asteroide-le-22-fevrier/


La sonde japonaise Hayabusa2, qui s’était approchée au plus près de l’astéroïde Ryugu au mois d’août dernier, avait déterminé le site d’atterrissage idéal : à environ 200 mètres de l’équateur. La manœuvre devrait avoir lieu dans quelques jours.
 
-97 degrés Celsius à la surface
La JAXA a donc pris le temps nécessaire pour mener au mieux sa mission. À plus de 150 millions de kilomètres de la Terre, atterrir sur une roche d’à peine trois kilomètres de large n’est pas une mince affaire : autant être sûr de son coup. Si tout se passe comme prévu, la sonde Hayabusa2, de la taille d’un grand réfrigérateur, devrait être en mesure de récupérer quelques échantillons de l’objet, dans le but de les ramener sur Terre en 2020.
Le site d’atterrissage – baptisé L08 (en rose dans l’image ci-dessous) – se place à environ 200 mètres de l’équateur de Ryugu, avec une pente moyenne inférieure à 30 degrés. En surface, les températures avoisinent les -97 degrés Celsius, et chaque roche mesure moins de 50 centimètres de diamètre. Le terrain paraît ici moins accidenté qu’ailleurs, et les panneaux solaires de la sonde seront en mesure de récolter un maximum d’énergie de notre étoile. D’où le choix de cet emplacement.
Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu 39972125_935389783312649_2224938740323713024_n
Share

Voici où atterrira la sonde japonaise Hayabusa 2 sur l’astéroïde Ryugu (en rose). Deux rovers seront également dépêchés sur les sites L07 et M04 (en jaune), pour analyser la composition des sols. Crédits : JAXA
Faire la lumière sur nos origines
À l’instar de la sonde OSIRIS-REX de la NASA, en orbite autour de l’astéroïde Bennu, l’objectif de la mission sera de répondre, grâce aux échantillons récoltés, à certaines questions fondamentales sur l’origine de notre système solaire, et même de la vie sur notre planète.
Les astéroïdes sont en effet soupçonnés d’avoir joué un rôle de premier plan dans l’apparition du vivant sur notre planète, en déposant – suite à leur impact avec la surface terrestre – de l’eau et des matières organiques. Les prochaines analyses de cette poussière devraient pouvoir confirmer ou non cette théorie, et si oui, nous permettre d’évaluer dans quelle mesure les astéroïdes ont pu jouer un rôle.
...
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu Empty Re: Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu

Message par Laurent Simon le Jeu 21 Fév 2019 - 18:53

https://www.cidehom.com/news.php?_id=5

La sonde Hayabusa-2 touchera le sol de l'astéroïde Ryugu la nuit prochaine

Quatre années après son lancement, la sonde de l'agence spatiale japonaise, Hayabusa-2, s'apprête à accomplir l'une des phases les plus délicates de sa mission. A 23h15 (UTC), elle touchera le sol de l'astéroïde Ryugu afin d'en recueillir des poussières que la sonde ramènera sur Terre l'année prochaine. Un événement à vivre en direct sur notre site grâce à l'intégration de la chaîne YouTube JAXA et à commenter la page de cette chaîne, en léger différé de 19 minutes, le temps nécessaire aux données de parcourir les 300 millions de kilomètres qui nous séparent de l'astéroïde.



https://www.lexpress.fr/actualite/sciences/hayabusa2-va-recolter-les-premiers-echantillons-d-asteroide_2063112.html

Croisant à 300 millions de kilomètres de la Terre, la sonde de l'Agence spatiale japonaise (JAXA) Hayabusa2 s'apprête à réaliser une opération à haut risque dans la nuit de jeudi 21 à vendredi 22, aux alentours de minuit (heure française). Elle tentera d'effectuer un bref atterrissage à la surface de l'astéroïde Ryugu pour prélever une centaine de milligrammes de matière, avant de redécoller et se replacer en orbite. "C'est un moment délicat compte tenu du terrain très dangereux et de la toute petite zone non risquée dans l'aire l'atterrissage", explique Patrick Michel, directeur de recherche au CNRS à l'Observatoire de la Côte d'Azur (OCA) et membre de l'équipe scientifique du projet japonais. 

Et pour cause, le vaisseau nippon, qui étudie l'astéroïde d'environ 875 mètres de diamètre depuis juin 2018, a découvert que ce dernier présente, malheureusement, un taux de roches bien plus élevé que prévu. Certains blocs dépassent même les 10 mètres de hauteur. Dénicher une zone suffisamment plane pour permettre un "touch-down" (toucher et rebondir) de la sonde en sécurité a donc constitué un véritable casse-tête pour les chercheurs. Ils en ont finalement trouvé une qui ne fait que... six mètres de large ! Autant dire que la marge d'erreur lors de la descente sera plus que réduite. Une opération palpitante retransmise en direct de la salle de contrôle, à partir de 22h45 (heure française), sur Youtube.

... "Une fois sur Terre, cette précieuse cargaison permettra de mener des analyses extrêmement détaillées dans des conditions qu'aucune sonde spatiale ne peut effectuer, détaille Patrick Michel. Sans compte que le coût des instruments placés en orbite est de 10 à 100 fois plus élevé qu'un laboratoire terrestre alors qu'ils sont 1000 fois moins précis." Et entre le temps nécessaire à la conception du vaisseau, son lancement et le début de la mission, les instruments qu'il embarque peuvent être obsolètes comparés à ceux développés sur Terre. Un autre avantage de ramener un des extraits d'astéroïde ici-bas est que "70% de l'échantillon est conservé pour les générations futures", ajoute le chercheur du CNRS.


... À l'origine de la mission, deux autres tentatives de récupération d'échantillons étaient prévues.
Mais après l'analyse de la surface de l'astéroïde, très risquée, seule la deuxième sera maintenue.
Celle-ci devrait commencer par le tir d'un projectile à 2 km/s (7200 km/h).

https://information.tv5monde.com/info/hayabusa2-rendez-vous-avec-l-asteroide-ryugu-286377

https://www.businessinsider.fr/sonde-habuyasa-2-asteroide-ryugu-fevrier-2019

L'agence spatiale japonaise avait réussi un exploit historique en septembre 2018 en déployant, grâce à sa sonde Hayabusa-2, deux rovers baptisés "MINERVA-II1A" et "MINERVA-II1B" sur la surface inégale et rocheuse de l'astéroïde Ryugu.
Ce vendredi 22 février 2019, à 8h, heure japonaise, soit minuit heure française, Habuyasa-2 va tenter de réaliser une autre prouesse, en tirant un dispositif de collision de 2kg en cuivre sur Ryugu, situé à environ 95 400 km de la Terre, pour essayer de faire exploser un petit cratère à la surface de l'astéroïde, rapporte le MIT Technology Review.

Dans le détail, la sonde de la JAXA — l'agence spatiale japonaise — va tirer à deux reprises sur l'astéroïde pour créer de la poussière et des particules qui pèseront 100 milligrammes environ. Une matière que Hayabusa-2 pourra recueillir à l'aide de son bras robotique de prélèvement. Cette manœuvre est "à haut risque", selon Patrick Michel, directeur de recherche au CNRS et membre de l'équipe scientifique de la mission, interrogé par Futura Sciences.

...
Si cette manœuvre réussit, la sonde Hayabusa-2 pourra descendre sur la surface de Ryugu pour analyser la structure souterraine de l'astéroïde, recueillir d'autres échantillons et les ramener sur Terre fin 2020. Le prédécesseur de Hayabusa-2, la sonde Hayabusa-1 lancée en mai 2003 et rentrée sur Terre en juin 2010, est le seul engin spatial à date à avoir collecté des échantillons sur un astéroïde et à les avoir rapporté sur Terre.
Un projectile plus gros pourrait être tiré plus tard dans l'année pour remuer de la poussière supplémentaire. 
Ryugu n'est pas n'importe quel astéroïde : il appartient à un type particulièrement primitif d'astéroïdes et est susceptible de contenir des matériaux organiques. Il est ainsi considéré comme une relique des débuts de notre système solaire, comme le rappelle BBC News. Cette mission devrait donc permettre d'en savoir plus sur l'origine et l'évolution de notre Terre. Par ailleurs, il renferme une richesse minérale estimée à 82,7 milliards de dollars.

https://www.cieletespace.fr/actualites/hayabusa-2-commence-sa-perilleuse-descente-vers-l-asteroide-ryugu

... Guidée par son télémètre laser, Hayabusa 2 descend presque à l’aveugle à 40 cm/s vers un astéroïde qui s’est révélé particulièrement sombre.
« Les marqueurs naturels, rochers ou autres, qui pourraient nous servir de repère ne sont pas très efficaces car le sol est vraiment très très noir », explique l’astrophysicien. Et par malchance, la borne artificielle lancée par Hayabusa 2 dans la zone d’atterrissage prévue s’est déplacée.
« Nous ne savons pas exactement ce qu’il s’est passé. Elle a peut-être rebondi. Toujours est-il qu’elle est hors de la zone. Une zone d’ailleurs particulièrement étroite, qui a obligé l’équipe de navigation de repenser entièrement la stratégie de descente », explique l’astrophysicien.

Avant d’atteindre Ryugu, l’équipe de Hayabusa 2 imaginait pouvoir cibler une zone à peu près plane de 100 m². Mais la surface de l’astéroïde s’est révélée si chaotique qu’il a fallu se rendre à l’évidence : il n’y avait qu’une petite surface de moins de 50 m² que la sonde pouvait toucher sans trop de risque !
« Pour le moment, nous contrôlons la sonde quasiment en temps réel [elle se trouve à 19 minutes-lumière, NDLR]. Mais dans un peu plus d’une douzaine d’heures, lorsqu’elle sera suffisamment proche de Ryugu, elle passera en mode autonome » reprend Patrick Michel.
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu Empty Re: Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu

Message par Laurent Simon le Ven 22 Fév 2019 - 4:23

http://www.rfi.fr/science/20190222-japon-sonde-hayabusa2-reussi-poser-asteroide-ryugu

Selon l’Agence d’exploration spatiale japonaise (Jaxa), la sonde Hayabusa2 aurait réussi à se poser brièvement, ce vendredi matin 22 février, sur l’astéroïde Ryugu. Sa mission, très complexe techniquement : y prélever de la poussière

... En plus de six mois, la sonde a donc pu le regarder sous toutes les coutures, mais elle a surtout permis à ses pilotes de choisir un site relativement sûr pour sa mission la plus périlleuse : se rapprocher au plus près de la surface de l'astéroïde, déployer une sorte de trompe et envoyer un projectile à très grande vitesse sur le sol. La sonde doit ensuite aspirer les poussières créées par le choc.

« Il semble que ce soit un succès »
Selon l’Agence d’exploration spatiale japonaise (Jaxa), qui gère cette mission, Hayabusa2 aurait apparemment réussi à se pose brièvement ce vendredi matin sur l’astéroïde. « Il semble que ce soit un succès mais nous devons encore analyser diverses données que nous recevons progressivement avant de confirmer que tel est bien le cas », a déclaré une porte-parole de la Jaxa à l'Agence France-Presse.

...L'opération est complexe bien sûr et il faudra plusieurs jours pour acquérir la certitude que les échantillons au sol ont bien été collectés.
Mais si son succès se confirme, ces poussières seront d'une valeur scientifique très importante.

Il faudra cependant attendre pour qu'elles soient mises à disposition dans les laboratoires sur Terre. Hayabusa2 rebroussera chemin en direction de notre planète à la fin de l'année et ce n'est que fin 2020 que ces fragments vieux de plusieurs milliards d'années seront à disposition des chercheurs, Ryugu étant situé à quelque 340 millions de kilomètres de la Terre. Une matière qui permettra alors de mieux comprendre la formation de notre système solaire.

https://www.lemonde.fr/sciences/article/2019/02/22/la-sonde-japonaise-hayabusa-2-recolte-des-grains-de-l-asteroide-ryugu_5426523_1650684.html

Dire que l’opération s’apparentait à un exploit est à peine exagéré. Cela revient à télécommander un moucheron pour le faire descendre vers une pastille d’un demi-centimètre de diamètre posée sur un rocher lunaire…
A l’origine, l’agence spatiale japonaise (JAXA) espérait trouver des terrains plats assez vastes et dégagés à la surface de Ryugu, dont le diamètre est de 900 mètres. Mais il a fallu déchanter : l’astéroïde est parsemé de blocs de pierre. En prenant en compte toutes les contraintes pour la manœuvre – une région proche de l’équateur de Ryugu, des rochers alentour pas plus hauts que 50 cm, une température inférieure à 97°C pour ne pas faire surchauffer les équipements de la sonde –, il ne restait guère de possibilités et la zone retenue pour le prélèvement ne mesure que six mètres de diamètre.

Seul non-Japonais présent dans la salle d’opérations de la JAXA à Sagamihara, près de Tokyo, en tant que membre de l’équipe scientifique d’Hayabusa-2, Patrick Michel, directeur de recherches au CNRS à l’Observatoire de la Côte d’Azur, explique que la sonde dispose d’« un cornet de 70 centimètres de long qui, lui, touche le sol. A ce moment, un projectile est envoyé à 300 mètres par seconde et tape la surface, ce qui éjecte de la matière qui est récupérée dans un récipient. Dans le même temps, la sonde repart vers le haut. Toute l’opération de récolte dure cinq secondes. Ce n’est donc pas un atterrissage mais un “touché”. »
Au cours de ces secondes cruciales, Hayabusa-2 reste en suspension au-dessus de la surface, ce que lui permet la très faible gravité de Ryugu. La manœuvre se déroule en mode automatique : impossible de piloter en direct un engin situé à 340 millions de kilomètres car les commandes, même en voyageant à la vitesse de la lumière, mettent dix-neuf minutes à lui parvenir !

A 0 h 08 vendredi, les membres de l’équipe, regroupés dans la salle de commandes, ont laissé éclater leur joie et applaudi : « Nous avons reçu des données télémétriques parfaites d’Hayabusa-2, raconte Patrick Michel. Puis, nous avons eu la confirmation que le projectile avait bien été tiré. » Une information capitale car, lors de la première mission Hayabusa (2003-2010), tout était allé de travers : « Le satellite avait rebondi sur la surface, se remémore le chercheur français, et le projectile n’était pas parti. Heureusement, quelque 3 000 particules micrométriques, entrées un peu par hasard dans la boîte, avaient quand même pu être rapportées. »
La récolte de 2005 pesait moins d’un milligramme.
Pour celle de 2019, les scientifiques espèrent une centaine de milligrammes, qui reviendront sur Terre en décembre 2020 pour y être analysés « pendant des décennies, précise Patrick Michel. On en gardera 70 % pour les futures générations de chercheurs, qui auront à leur disposition de meilleurs instruments d’analyse. »

Mais avant tout cela, il reste encore une expérience à faire sur Ryugu, « la plus sexy », se délecte Patrick Michel.
« C’est une expérience d’impact à haute vitesse : Hayabusa-2 déploiera une petite boîte qui explosera pour projeter un projectile de 2 kg à 7 200 km/h, afin de former un cratère à la surface de l’astéroïde. La sonde ira ensuite y prélever des échantillons pour avoir la composition de la sous-surface. »
L’opération est risquée et Patrick Michel trouve légitime de « se poser la question de savoir si on prend ce risque où si Hayabusa-2, qui est un succès total jusqu’ici, rentre tranquillement ». Le Français connaît son Jean de La Fontaine et sa fable Le petit poisson et le pêcheur : « Un tien vaut, ce dit-on, mieux que deux tu l’auras : l’un est sûr, l’autre ne l’est pas. »


http://lavdn.lavoixdunord.fr/541277/article/2019-02-22/la-sonde-japonaise-hayabusa2-reussi-se-poser-sur-l-asteroide-ryugu
...
«  Nous sommes vraiment soulagés. Nous avons vraiment trouvé le temps long avant l’atterrissage. Cela s’est bien passé, nous sommes très contents », a dit ensuite un responsable de la mission. La Jaxa doit encore analyser diverses données pour donner les détails de l’opération, mais «  nous avons confirmé que la sonde s’est bien posée sur Ryugu et nous pensons que nous avons fait un travail parfait », s’est réjoui un autre membre de l’agence.

Hayabusa «  est revenu comme programmé à sa position orbitale autour de Ryugu et a envoyé de premières indications qui montrent que le contact avec l’astéroïde a bien eu lieu », a-t-il poursuivi.


https://fr.euronews.com/2019/02/22/mission-reussie-pour-la-sonde-japonaise-hayabusa2-sur-l-asteroide-ryugu

... Il faudra plusieurs jours pour acquérir la certitude absolue que les échantillons de sol ont bien été collectés, "mais la probabilité est élevée", selon les responsables.
L'aventure Hayabusa2 a débuté le 3 décembre 2014. La sonde est alors partie pour un long périple de 3,2 milliards de kilomètres pour arriver jusqu'à Ryugu qui se trouve à 340 millions de kilomètres de la Terre, car il est impossible d'y aller en ligne droite.
Il lui a fallu exactement trois ans et dix mois pour parvenir à destination. En juin 2018, elle s'est finalement stabilisée à 20 kilomètres de Ryugu, astéroïde très ancien en forme de diamant qui date de la formation du système solaire.
La sonde avait largué en octobre sur l'astéroïde un petit robot franco-allemand, Mascot, qui avait travaillé plus de 17 heures pour analyser la composition du sol de ce corps rocheux primitif, dans l'espoir de mieux comprendre la formation du système solaire.

Le but ultime est de contribuer à enrichir les connaissances de notre environnement spatial "pour mieux appréhender l'apparition de la vie sur Terre", selon la Jaxa. Le retour sur Terre de Hayabusa2 est attendu en 2020 après plusieurs autres tentatives d'atterrissage.

L'agence n'en est pas à son coup d'essai. Une précédente mission du même type, Hayabusa, vers l'astéroïde Itokawa, avait permis de collecter des poussières de ce petit corps, mais au prix d'un nombre incroyable de péripéties. Hayabusa s'en est finalement sortie et la mission a été décrétée réussie, ce qui a fait de la sonde un symbole de témérité.

Par ailleurs, la sonde américaine Osiris-Rex se trouve actuellement dans le giron de l'astéroïde Bennu, de seulement 500 mètres de diamètre. En 2023, Osiris-Rex reviendra sur Terre - avec à son bord, espère la Nasa, la plus grande masse d'échantillons spatiaux depuis que les astronautes sont revenus de la Lune un demi-siècle plus tôt.

https://www.sciencesetavenir.fr/espace/systeme-solaire/hayabusa2-a-reussi-ses-prelevements-sur-l-asteroide-ryugu_131704

... Auparavant elle devrait tenter une nouvelle manœuvre de récupération d'échantillons.
Pour cela elle projettera un impacteur (une masse de cuivre de deux kilos) sur Ryugu afin d'y créer un cratère artificiel de plusieurs mètres de diamètre. Dès qu'elle aura tiré son projectile, Hayabusa2 ira se "cacher" derrière l'astéroïde afin d'éviter d'être endommagée. Une petite caméra qui aura été larguée juste avant surveillera l'impact et informera la sonde du succès de l'opération. Elle ira alors atterrir à côté du cratère, dans le but de collecter des échantillons du sous-sol qui aura été ainsi révélé
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu Empty Re: Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu

Message par Laurent Simon le Mar 12 Mar 2019 - 14:17

https://www.generation-nt.com/hayabusa2-ryugu-asteroide-jaxa-actualite-1962799.html



À plus de 340 millions de kilomètres de la Terre, la sonde spatiale japonaise Hayabusa2 a brièvement - quelques secondes - touché la surface de l'astéroïde Ryugu le mois dernier avec un cornet de 70 cm de long.

Pour cette opération automatisée dite de " touch and go ", il s'agissait de tirer un projectile à 300 m/s afin de soulever des poussières et les recueillir en guise de quelques milligrammes d'échantillon. L'agence spatiale japonaise (Jaxa) a reconstitué ce " baiser " d'Hayabusa2 à Ryugu.

... Avec Hayabusa2, il est prévu un deuxième touchdown après le mois de mai. Cette fois-ci, il s'agira de récolter un échantillon à la suite de la création d'un cratère d'impact artificiel à la surface de Ryugu (avec un petit impacteur de 18 kg) pour aller à des niveaux plus profonds.
Hayabusa2 doit quitter l'orbite de Ryugu entre novembre et décembre de cette année. Un retour sur Terre des échantillons dans une capsule est prévu pour fin 2020.


http://kulturegeek.fr/news-163203/hayabusa-2-video-spectaculaire-touchdown-lasteroide-ryugu

La JAXA, l’agence spatiale japonaise, a enfin diffusé la vidéo du touchdown de la sonde Hayabusa-2 sur l’astéroïde Ryugu. Le 22 février dernier, la sonde « ricochait » sur la surface de l’astéroïde en tirant un projectile vers le sol de Ryugu. Suite à cet impact, un peu de poussière de Ryugu s’est dispersée dans l’espace, dont un petit volume a été récupéré par la sonde à des fins d’analyses. La Cam-H d’Hayabusa-2 a filmé l’intégralité de cette phase de récupération d’échantillon, une séquence spectaculaire qui frappe par la précision de chacune des étapes de la procédure (contact, tir, récupération de la poussière).   ...
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu Empty Re: Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu

Message par Laurent Simon le Dim 24 Mar 2019 - 6:51

https://www.generation-nt.com/hayabusa2-asteroide-ryugu-cratere-impacteur-charge-explosive-actualite-1963204.html

Le mois prochain, un impacteur sera projeté à haute vitesse par la sonde spatiale Hayabusa2 sur l'astéroïde Ryugu pour y creuser un cratère.

...
L'agence spatiale japonaise (Jaxa) a annoncé (Associated Press ; The Japan Times) que le 5 avril, Hayabusa2 lâchera à la surface du géocroiseur de près de 900 m de diamètre, un impacteur en cuivre de la taille d'une balle de baseball et pesant 2 kg.
Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu Hayabusa-2-ryugu_01C2000001655910
Cet impacteur embarquera une charge explosive qui sera déclenchée pour le projeter à une vitesse de 2 km/s (7200 km/h) sur le sol de l'astéroïde et y creuser un cratère d'impact artificiel. Lors de cette opération " explosive ", la sonde spatiale devra être positionnée de l'autre côté de Ryugu pour éviter des éclats émanant de l'impacteur.
À l'emplacement du cratère d'impact, qui pourrait atteindre 10 m de diamètre et 1 m de profondeur en fonction de la nature du sol, le but sera de l'étudier, voire de procéder à une nouvelle campagne de prélèvement pour recueillir un échantillon à des niveaux plus profonds que précédemment. Il n'aura ainsi pas subi une altération par l'érosion comme à la surface de l'astéroïde.

Tout dépendra de savoir si la tentative de recueil mettra en péril ou pas la sécurité de la sonde Hayabusa2 qui doit quitter l'orbite de Ryugu (à plus de 340 millions de km de la Terre) entre novembre et décembre de cette année.
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu Empty Osirix Rex et Hayabusa2. Astéroïdes Bennu et Ryugu.

Message par Laurent Simon le Jeu 28 Mar 2019 - 7:44

https://www.science-et-vie.com/ciel-et-espace/surprise-l-asteroide-bennu-se-prend-pour-une-comete-48877
...
Depuis maintenant plus de trois mois, la sonde spatiale Osiris-Rex tourne sagement en rond autour du petit astéroïde Bennu (Bénou, en français), à quelque 85 millions de kilomètres de chez nous.
Cette mission planétaire américaine est un clone de la mission japonaise Hayabusa 2, qui a atteint son propre objectif, l'astéroïde Ryugu, six mois avant sa cousine. Les deux sondes, à quelques dizaines de millions de kilomètres l'une de l'autre, ont tout d'abord fait les mêmes découvertes: Ryugu et Bennu se ressemblent comme deux gouttes d'eau, ce sont deux gros "dés" de matière, hésitant entre le cube et la sphère, manifestement façonnés par la force de gravitation. Leurs surfaces sont, elles aussi, presque identiques, et extraordinairement sombres: elles sont -avec un albédo de l'ordre de 5 %- noires comme du charbon. Enfin, ces corps minuscules -500 m pour Bennu, 900 m pour Ryugu- possèdent des paysages identiques, avec un horizon à quelques dizaines de mètres seulement, une surface noire, presque couverte à saturation de blocs rocheux de toutes tailles et d'un poids extraordinairement faible: un bloc de 10 m, gros comme un rocher de Fontainebleau, pèse environ 10 kg sur Bennu; des astronautes, tels des demi-dieux mythologiques, pourraient les prendre à pleines mains et les envoyer au ciel sans effort, ou presque...
Les deux robots, ou plutôt les ingénieurs et les scientifiques qui les pilotent depuis la Terre, sont donc soumis au même problème: comment vont-ils arriver à se poser dans ce chaos de blocs cyclopéens, et réussir à collecter des échantillons à rapporter sur Terre, respectivement fin 2020 et mi-2023 pour Hayabusa 2 et Osiris-Rex?

Réponse dans quelques mois. En attendant, les planétologues s'interrogent sur une découverte inattendue réalisée par Osiris-Rex : la sonde américaine a photographié, autour de Bennu, des particules de poussière éjectées par l'astéroïde! Une véritable surprise pour les spécialistes, pour lesquels Bennu et Ryugu sont des corps aussi vieux, ou presque, que le Système solaire, de simples empilements de gravats et de cailloux sans aucune cohésion interne. La masse de Bennu, en effet, est ridicule: 60 millions de tonnes seulement, ce qui représente, rapporté à son volume, une densité à peine supérieure à celle de l'eau. Le petit astéroïde est plein de vide...
L'astéroïde n'est donc pas seulement constitué de "pierres sèches", mais aussi de matériaux hydratés, volatils. Pour Olivier Mousis, professeur d'astrophysique à Aix-Marseille université et chercheur au Laboratoire d'astrophysique de Marseille, ce panache de matière expulsé par Bennu s'explique: "L'astéroïde est chauffé par le rayonnement solaire. Les gaz expulsés proviendraient de ses couches profondes et, du fait de la grande porosité de Bennu, diffuseraient vers la surface, entraînant avec eux la poussière." En clair, Bennu se comporterait comme une comète !
Dans les mois qui viennent, Osiris-Rex et Hayabusa 2 vont continuer à étudier leurs petits astéroïdes, les planétologues cherchant à savoir si leur modèle théorique est le bon.
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu Empty Re: Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu

Message par Laurent Simon le Sam 30 Mar 2019 - 19:01

https://www.lci.fr/sciences/video-les-deux-asteroides-bennu-et-ryugu-vont-ils-nous-reveler-comment-la-vie-est-arrivee-sur-terre-hayabusa-2-osiris-rex-espace-2116722.html

Les sondes japonaise Hayabusa-2 et américaine OSIRIS-REx ont permis de collecter des données qui nous renseignent sur la composition des astéroïdes Ryugu et Bennu, qui vagabondent quelque part dans notre Système solaire. Pour en savoir plus, LCI a contacté l'astrophysicien Patrick Michel, directeur de recherches au CNRS, qui travaille sur les deux missions.


Dans la Voie lactée, la moisson bat son plein. Dans la nuit du 21 au 22 février 2019, la sonde japonaise Hayabusa-2 a effleuré du bout du doigt la surface de Ryugu afin d’y prélever une centaine de milligrammes de grains d’astéroïde. Au même moment, dans un autre recoin du Système solaire, le vaisseau américain OSIRIS-REx transmettait vers la Terre des clichés inédits de la surface de Bennu. 

Ces deux petits corps célestes ont ensuite fait la une des plus grands journaux scientifiques la semaine dernière, à travers la publications de dix études. LCI a contacté Patrick Michel, directeur de recherches CNRS à l’Observatoire de la Côte d’Azur, qui a la chance d’appartenir aux équipes des deux missions, pour en savoir plus sur ces découvertes.

LCI : Pourquoi les astéroïdes intéressent-il tant les scientifiques ?
Patrick Michel : Chaque astéroïde est un nouveau monde, à la fois fascinant et complexe. Nous sommes comme des Christophe Colomb, des Indiana Jones à la découverte de nouveaux territoires. Les astéroïdes ont l’avantage d’intéresser différentes communautés de chercheurs. Tout d'abord, les astrophysiciens qui espèrent dénicher dans les entrailles de ces corps primitifs les réponses qui leur manquent afin d’expliquer comment les planètes se sont formées. Ensuite, les spécialistes en défense planétaire, car ils en ont besoin pour élaborer des stratégies efficaces au cas où l’un d’eux foncerait un jour vers la Terre. Enfin, il y a tous ceux qui travaillent sur l’exploitation minière des astéroïdes. Des chercheurs se penchent notamment sur la manière dont nous pourrions transformer l’eau qui se trouve sur les astéroïdes en carburant pour fusée. Cela permettrait de réduire drastiquement le coût des missions vers de nouveaux mondes lointains.

LCI : Que savons-nous aujourd'hui de ces petits corps célestes ?
Nos connaissances depuis le sol sont assez sommaires. C’est la première fois que nous obtenons des résultats en observant in situ des astéroïdes carbonés.
...
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu Empty Re: Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu

Message par Laurent Simon le Jeu 11 Avr 2019 - 8:53

https://www.nextinpact.com/brief/la-sonde-japonaise-hayabusa2-a-largue-un-explosif-sur-l-asteroide-ryugu-8367.htm

Après avoir effectué un « touch and go » en février dernier, les Japonais ont sorti l'artillerie lourde pour récupérer d'autres échantillons, comme l'explique le CNES.

Après s'être approchée à 500 mètres d'altitude, elle a envoyé à la surface un impacteur SCI (Small Carry-On Impactor) afin de créer un cratère à la surface. Une fois la charge explosive en route, la sonde s'est rapidement mise à l'abri de l'autre côté de Ryugu.
Il ne s'agit pas d'un remake version réelle du film Armageddon, mais d'étudier l'astéroïde plus en profondeur, le tout à plus de 300 millions de kilomètres de la Terre.



Pour le CNES, cette opération vise trois objectifs :

  • Créer un cratère pour avoir accès à du matériau primordial, sous la surface de l’astéroïde (donc non dégradé par l’exposition au vide et aux rayonnements) afin de comprendre la composition du système solaire à sa création
  • Observer le mouvement des « éjecta » créés à l’aide d’une caméra  déployable pour en déduire les caractéristiques sub-surfaciques de Ryugu
  • Analyser le cratère formé et en déduire les caractéristiques de Ryugu

...

https://dailygeekshow.com/hayabusa-2-cratere/

Pour pouvoir creuser un cratère artificiel, Hayabusa-2 a dû dans un premier temps libéré une boite. Loin d’être classique, cette boite contenait un explosif destiné à donner de la vitesse à un projectile. Ce dernier pèse deux kilos et il a frappé la surface de l’astéroïde à une vitesse de 7.200 km/h.
Mais avant de lancer l’opération, Hayabusa-2 s’est mis à l’abri et a lâché une caméra DCAM3. Celle-ci avait pour mission de filmer le tir. Il n’a fallu que 40 minutes à la sonde japonaise pour réaliser toutes ces actions, ce qui reste un tour de force.

....
L’impact a généré un cratère assez profond pour accéder au sous-sol de Ryugu. Cela va notamment permettre à Hayabusa-2 d’étudier des échantillons exceptionnels. Avec le cratère, des zones non exposées aux vents solaires et aux rayons ultraviolet ont été mis au jour.
La sonde va pouvoir extraire et analyser cette matière encore méconnue des scientifiques. Pour les participants de cette mission, il s’agit là d’une première historique.

....
Si la mission est un succès, les chercheurs vont devoir faire preuve de patience avant de l’observer en détails. La DCAM3 a bien capté l’événement, mais la distance séparant l’astéroïde de la Terre est important. Les premières images ont mis pas moins de 4 heures à être transmises.
Plusieurs jours d’attente vont donc être nécessaires pour transmettre la totalité du film et les images du cratère.
Quant aux premières informations sur ce nouveau cratère, elles devraient être transmises dans 2 à 3 semaines.

-----
https://trustmyscience.com/hayabusa-2-cree-avec-succes-cratere-sur-asteroide-ryugu/

... Hayabusa 2 pourrait également recueillir un autre échantillon — du cratère qu’il vient de fabriquer, à condition que l’opération SCI en génère un assez grand pour que l’engin le trouve. La sonde surveillera de loin ce cratère et étudiera le matériau récemment découvert. (La roche et la terre à la surface de Ryugu ont été largement altérées par les radiations spatiales).
Une deuxième opération d’échantillonnage pourrait également suivre, si les membres de l’équipe de la mission estiment qu’il est prudent de procéder ainsi, ont déclaré des responsables de la JAXA. Hayabusa 2 a également encore un petit rover à bord, qu’elle pourrait déployer cet été.

... Les différentes données rassemblées par Hayabusa 2 sur Ryugu et par les scientifiques examinant l’échantillon renvoyé sur Terre devraient aider les chercheurs à mieux comprendre les débuts du Système solaire. La mission pourrait également mettre en lumière le rôle que des astéroïdes, tels que Ryugu, pourraient avoir joué concernant les origines de la vie sur Terre — en apportant eau et molécules organiques, par exemple.

Hayabusa 2 n’est pas la première à impacter un objet. En 2005, par exemple, la sonde Deep Impact de la NASA s’est projetée contre la comète Tempel 1 pour aider les scientifiques à mieux comprendre la composition de la comète. Et en 2010, la mission LCROSS de la NASA a projeté un impacteur dans un cratère près du pôle sud de la Lune, révélant d’importantes quantités d’eau.

Et une autre mission de ce type est également prévue. La mission DART (Double Asteroid Redirection Test) de la NASA a pour objectif de lancer un impacteur sur une lune de l’astéroïde Didymos en 2022, afin de mieux comprendre comment l’Homme pourrait détourner des géocroiseurs potentiellement dangereux dirigés vers la Terre. Une enquête européenne appelée Hera aidera à cette évaluation, en mesurant de près l’impact sur le système Didymos. Hera pourra même être sur les lieux à temps pour observer la collision.

--------------
https://dailygeekshow.com/hayabusa-2-cratere/

COMMENT HAYABUSA-2 A-T-IL FAIT ?
Pour pouvoir creuser un cratère artificiel, Hayabusa-2 a dû dans un premier temps libéré une boite. Loin d’être classique, cette boite contenait un explosif destiné à donner de la vitesse à un projectile. Ce dernier pèse deux kilos et il a frappé la surface de l’astéroïde à une vitesse de 7.200 km/h.
Mais avant de lancer l’opération, Hayabusa-2 s’est mis à l’abri et a lâché une caméra DCAM3. Celle-ci avait pour mission de filmer le tir. Il n’a fallu que 40 minutes à la sonde japonaise pour réaliser toutes ces actions, ce qui reste un tour de force.

UN CRATÈRE DESTINÉ À UNE ÉTUDE APPROFONDIE
L’impact a généré un cratère assez profond pour accéder au sous-sol de Ryugu. Cela va notamment permettre à Hayabusa-2 d’étudier des échantillons exceptionnels. Avec le cratère, des zones non exposées aux vents solaires et aux rayons ultraviolet ont été mis au jour.
La sonde va pouvoir extraire et analyser cette matière encore méconnue des scientifiques. Pour les participants de cette mission, il s’agit là d’une première historique.

DANS COMBIEN DE TEMPS AURONS-NOUS DES IMAGES ?
Si la mission est un succès, les chercheurs vont devoir faire preuve de patience avant de l’observer en détails. La DCAM3 a bien capté l’événement, mais la distance séparant l’astéroïde de la Terre est important. Les premières images ont mis pas moins de 4 heures à être transmises.
Plusieurs jours d’attente vont donc être nécessaires pour transmettre la totalité du film et les images du cratère. Quant aux premières informations sur ce nouveau cratère, elles devraient être transmises dans 2 à 3 semaines.
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu Empty Re: Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu

Message par Laurent Simon le Lun 29 Avr 2019 - 11:39

https://www.science-et-vie.com/ciel-et-espace/la-sonde-hayabusa-2-a-creuse-un-cratere-sur-l-asteroide-ryugu-49278

La sonde japonaise continue sa spectaculaire mission avec succès.
Elle vient de lancer un projectile sur l'astéroïde Ryugu, creusant un cratère de vingt mètres de diamètre, que les scientifiques vont maintenant étudier.

Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu Cover=1024x575

Carton plein pour Hayabusa 2 ! La sonde japonaise, en orbite autour de l'astéroïde Ryugu depuis un an, a réussi son dernier défi : creuser un cratère artificiel à la surface du petit monde mesurant 900 mètres et pesant environ 450 millions de tonnes.

Ce 5 avril, la sonde s'est approchée de la surface, et, à 500 mètres de distance, a largué son « missile », le SCI (Small Carry-on Impactor) vers Ryugu, avant de s'éloigner à une vingtaine de kilomètres pour ne pas subir les effets de l'impact. Le SCI était un cylindre de 30 cm, pesant 14 kg et chargé de 10 kg d'explosif. L'explosion de la charge a projeté vers Ryugu une balle de cuivre pur, d'une masse de 2 kg, lancée à plus de 7000 km/h. Personne ne savait quelle serait le résultat d'un tel impact, mais, avant de s'éloigner, Hayabusa 2 a photographié le panache de poussière libéré par le choc, qui s'élevait lentement à près de 100 mètres au-dessus de Ryugu...

Revenue à proximité de Ryugu deux semaines plus tard, Hayabusa 2 vient de photographier le site où a eu lieu l'impact de SCI. Celui-ci apparaît comme une vaste cuvette irrégulière, d'une vingtaine de mètres de diamètre et de deux à trois mètres de profondeur.

...

https://www.tahiti-infos.com/La-sonde-japonaise-Hayabusa2-cree-un-cratere-sur-un-asteroide-une-premiere_a180981.html

"Créer un cratère artificiel avec un impacteur et l'observer en détail par la suite est une première tentative mondiale", a déclaré un responsable de la mission lors d'un point de presse. "C'est un grand succès", s'est-il félicité.

Sur les images prises par la sonde, "nous pouvons voir un trou énorme plus clairement que prévu", a commenté Masahiko Arakawa, professeur de l'Université de Kobe impliqué dans le projet, ajoutant que les images montraient un cratère de 10 mètres de diamètre. 
Les chercheurs pensent que l'astéroïde contient de relativement grandes quantités de matière organique et d'eau depuis environ 4,6 milliards d'années, lorsque le système solaire est né. 
En février, Hayabusa2 avait réussi à se poser sur Ryugu, un contact furtif qui a apparemment permis de collecter des poussières du sol de ce corps interstellaire. Mais cette fois, ce sont des éléments plus en profondeur qu'il s'agit de récupérer.
Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu 33042439-30613383

... La sonde avait aussi largué en octobre sur l'astéroïde un petit robot franco-allemand, Mascot, qui avait travaillé plus de 17 heures pour analyser la composition du sol de ce corps rocheux primitif, dans l'espoir de mieux comprendre la formation du système solaire.
Le but ultime est de contribuer à enrichir les connaissances de notre environnement spatial "pour mieux appréhender l'apparition de la vie sur Terre", selon la Jaxa. L'arrivée sur Terre des échantillons recueillis est attendue en 2020.

https://siecledigital.fr/2019/04/26/les-images-du-cratere-artificiel-produit-par-hayabusa2-sur-lasteroide-ryugu/

...L’objectif de cette violente explosion, observée à distance par le biais d’une caméra mobile du satellite, était d’exposer l’intérieur de l’astéroïde.
Grâce à cette dernière, Hayabusa2 devrait pouvoir prélever des fragments rocheux n’ayant pas été exposés à l’environnement spatial depuis plusieurs milliards d’années au sein du cratère. Cela va permettre de donner aux scientifiques japonais une idée de l’aspect qu’avait l’astéroïde Ryugu au moment de sa formation.

Malheureusement, bien que Hayabusa2 se soit mis en route pour le cratère, il n’est pas dit qu’il puisse y pénétrer. Prélever les morceaux de roche dans cette zone pourrait s’avérer extrêmement dangereux pour son intégrité, c’est pourquoi les scientifiques japonais sont encore en train d’examiner les images du critère avant de le laisser le visiter. On espère sincèrement que Hayabusa2 pourra mener sa mission à bien, car ce n’est pas tout les jours que l’humanité a une chance de récolter de la roche datant de l’aube du système solaire !

https://www.generation-nt.com/hayabusa2-asteroide-ryugu-cratere-impact-actualite-1964354.html

... La Jaxa ajoute d'ores et déjà qu'elle ne s'attendait pas à une altération d'une telle ampleur. Un trou plus gros que prévu ? Pour le cratère artificiel, il était escompté jusqu'à 10 m de diamètre et 1 m de profondeur.
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu Empty Re: Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu

Message par Laurent Simon le Mer 31 Juil 2019 - 15:52

https://www.futura-sciences.com/sciences/breves/asteroide-video-touchdown-sonde-hayabusa-2-surface-asteroide-ryugu-968/



La Jaxa, l'agence spatiale japonaise, a publié toutes les images prises par Hayabusa-2 lors de sa deuxième prise d'échantillons, le 11 juillet dernier (la première prise eut lieu en février). Au début de la séquence, la sonde spatiale était à 8,5 mètres au-dessus de Ryugu. Une image a été prise toutes les demi-secondes.

Après le « touchdown », réalisé tout près du cratère artificiel créé par un impacteur au cours d'une précédente descente, les matériaux jonchant la surface de l'astéroïde ont volé en éclats. Aussitôt après le contact, le vaisseau explorateur est remonté avec, dans ses « mains », du moins l'espèrent les chercheurs, de précieux fragments de ce véritable fossile de la naissance du Système solaire.

C'est un énorme succès pour cette mission qui ne lâche pas des yeux Ryugu depuis un an.
En décembre prochain, la sonde devrait repartir pour son voyage de retour vers la Terre d'environ un an, sa besace pleine de cadeaux que les scientifiques attendent avec impatience.

...
https://www.generation-nt.com/hayabusa2-touchdown-ryugu-asteroide-video-jaxa-actualite-1967217.html

... La vidéo est accélérée dix fois. En début de vidéo, Hayabusa2 était à 8,5 m de la surface de Ryugu et à 150 m en fin de vidéo. CAM-H a capturé des images 4 secondes avant le touchdown, au moment du touchdown et 4 secondes après à des intervalles entre 0,5 et 5 secondes.

C'est lors du retour sur Terre des échantillons que la collecte d'Hayabusa2 pourra être confirmée avec certitude. Ce retour dans une capsule est prévu pour fin 2020

Et des photos :
https://www.clubic.com/mag/sciences/conquete-spatiale/actualite-863871-hayabusa2-atterri-succes-ryugu-as-envoye-images.html

Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu Raw
4 secondes avant l'impact © JAXA

Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu Raw
Au moment de l'impact © JAXA


Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu Raw
4 secondes après l'impact © JAXA

Concernant l'analyse future de ces deux échantillons de roches, qui ne pourra avoir lieu que si la capsule parvient à rejoindre la terre ferme, Seiichiro Watanabe, responsable de la mission, explique : « Ce qui sera le plus exceptionnel avec cette mission, c'est de pouvoir comparer des prélèvements de surface et de sous-sol. Il va falloir de nombreuses analyses, mais la prise d'échantillons à deux endroits différents est une prouesse scientifique, quelque chose que probablement aucun pays ne pourra faire dans les 20 ans à venir. En ce sens, si nous avons réussi c'est un résultat historique. »

Une mission menée d'une main de maitre
Les ambitions de la JAXA paraissent claires avec la mission Hayabusa, l'agence japonaise a ici démontré ses capacités avec ce programme orchestré au millimètre. Après une réussite convaincante, mais jonchée de problèmes techniques, de la mission Hayabusa première du nom - et qui malheureusement n'était parvenu qu'à ramener quelques minuscules échantillons de l'astéroïde Itokawa en 2010 après 7 ans de périple - la JAXA a persévéré avec Hayabusa2.

Lancée en décembre 2014, la sonde Hayabusa2 a effectué un voyage de pas moins de 3.2 milliards de kilomètres pour atteindre Ryugu, son objectif pourtant situé à 340 millions de kilomètres de la Terre mais ne pouvant être atteint par une trajectoire directe.
En orbite autour de Ryugu depuis juin 2018, la sonde japonaise n'a pas chômé puisqu'elle y a déposé deux microrobots,
ainsi que Mascot, un engin franco-allemand. Ce n'est qu'ensuite que la sonde a réalisé son premier touchdown puis a envoyé son Small Carry-on Impactor (SCI) à la surface de l'astéroïde.

Si la mission se poursuit avec autant de réussite, Hayabusa2 deviendra la 2ème sonde à ramener de la poussière d'astéroïde sur Terre.
En 2023, OSIRIS-REx, la sonde spatiale de la NASA pourrait bien elle aussi rapporter de très précieux échantillons de l'astéroïde Bennu.
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu Empty Re: Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu

Message par Laurent Simon le Mar 1 Oct 2019 - 15:18

https://fr.metrotime.be/2019/08/22/news/de-nouvelles-photos-de-lasteroide-ryugu-aident-a-comprendre-la-formation-des-planetes/

...
L’astéroïde Ryugu a de moins en moins de secrets: de nouvelles photos prises par le petit robot franco-allemand Mascot, de la taille d’une boîte à chaussures, vont aider les scientifiques à comprendre la formation de notre système solaire. Mascot (Mobile Asteroid Surface Scout) a voyagé sur le dos de la sonde japonaise Hayabusa2 avant de se poser le 3 octobre 2018 sur l’astéroïde Ryugu, large de 900 mètres, quelque part dans l’espace, entre Mars et la Terre.
Après une chute d’une dizaine de minutes, Mascot, lourd d’une dizaine de kilos, a rebondi sur le sol très accidenté de l’astéroïde, en raison du manque de gravité, avant de se stabiliser.
En plus de relever des mesures, Mascot a pris une série de photos au cours des 17 heures qu’a duré sa mission. Depuis, ces clichés sont analysés par les scientifiques.
Deux types de rochers et de blocs y sont distinguables: foncés et rugueux, à la surface friable, ou clairs et lisses.
« Cela montre que Ryugu est le produit d’un processus violent », explique le professeur Ralf Jaumann, du Centre allemand d’aéronautique et d’astronautique (DLR), principal auteur d’une étude présentant jeudi dans le magazine Science les conclusions de l’analyse des clichés.

Ryugu pourrait ainsi être le « fils » de deux corps parents qui sont rentrés en collision, se sont séparés et se sont ensuite rassemblés à cause de la gravité, selon les chercheurs.
Une autre théorie voudrait que l’astéroïde ait été lui-même victime d’une collision avec un autre corps. Cela aurait provoqué la création des deux types de roches.

Beaucoup de roches sur Ryugu contiennent également des petites « inclusions » bleues et rouges, des matériaux qui se sont coincés dans la roche pendant sa formation. Ces inclusions sont similaires à de rares météorites primitives trouvées sur Terre, les chondrites carbonées.
« Ce matériau est extrêmement primitif, c’est le premier matériau du système solaire », a expliqué Ralf Jaumann.
De quoi aider les chercheurs à résoudre la plus grosse question de l’histoire de l’humanité: comment s’est formé notre système solaire?
« Nous ne savons pas comment les planètes se sont formées au commencement. Nous devons retrouver les petits corps, ces corps primitifs, primordiaux dans l’histoire de l’évolution, pour comprendre les 10 à 100 premières millions années de la formation des planètes », a précisé le chercheur.

Contenu sponsorisé

Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu Empty Re: Hayabusa2, mission japonaise (+Fr+All) sur l'astéroïde Ryugu

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Ven 6 Déc 2019 - 0:09