ACTUALITE Aéronautique

ACTUALITE Aéronautique : Suivi et commentaire de l\'actualité aéronautique


Dépannage dans l'espace, ravitaillement, actions sur les débris spatiaux

Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Dépannage dans l'espace, ravitaillement, actions sur les débris spatiaux Empty Dépannage dans l'espace, ravitaillement, actions sur les débris spatiaux

Message par Laurent Simon le Sam 19 Jan 2019 - 12:32

Des sociétés se lancent dans ces nouveaux domaines

https://www.24matins.fr/topnews/eco/une-nouvelle-industrie-spatiale-emerge-le-depannage-en-orbite-917779

Imaginez un aéroport où des milliers d’avions, vides de kérosène, seraient laissés à l’abandon sur le tarmac. C’est ce qu’il se passe depuis des décennies avec les satellites autour de la Terre.
Quand ils n’ont plus de carburant, ils ne peuvent plus maintenir leur orbite et deviennent inutiles, même si leurs systèmes ne sont pas abîmés.
Des entreprises aérospatiales se sont lancées ces dernières années pour rallonger la vie de ces satellites, en calculant que beaucoup de clients trouveraient cela plus rentable que d’en relancer des neufs.
“On jette des centaines de millions de dollars par la fenêtre”, dit à l’AFP Al Tadros, directeur des infrastructures spatiales de la société SSL, lors d’un forum à Washington jeudi consacré au secteur émergent du dépannage et de la maintenance de satellites.
Sa société lancera en 2021 un engin, baptisé RSGS, capable d’intervenir sur “deux ou trois dizaines de satellites” en orbite géostationnaire, à 36.000 km de la Terre, où se trouvent environ 500 satellites actifs, en majorité de télécommunications.

L’engin attrapera le satellite pour l’inspecter, le ravitailler en carburant, et éventuellement le réparer, changer des composants, et le replacer sur la bonne orbite. Un peu comme un “camion de dépannage en orbite géostationnaire”, décrit Al Tadros.
“Financièrement, cela représente une très, très grande opportunité”, ajoute-t-il.

Le géant des télécommunications Intelsat, qui a 50 satellites géostationnaires, a choisi une option différente et signé un contrat avec Space Logistics, filiale de Northrop Grumman, pour son véhicule MEV, un “système très simple” comparable à une “dépanneuse”, explique à l’AFP Ken Lee, vice-président pour les systèmes spatiaux.
Lancé en 2019, le véhicule s’attachera au satellite en panne, le replacera et le maintiendra sur l’orbite correcte, bien orienté vers la Terre, se substituant aux moteurs épuisés du satellite.

Trop de débris
Ces dépanneuses pourraient aussi aider à résoudre un problème qui donne des sueurs froides à toute l’industrie aérospatiale: les débris spatiaux.

...
Une petite société japonaise fondée en 2013, Astroscale, développe un système d’aimants pour attraper et désorbiter des satellites. La clientèle n’existe pas encore, mais son directeur des opérations, Chris Blackerby, anticipe un “business très viable”. Lancement test prévu en 2020.

Le futur “remorqueur spatial” d’Airbus (2023) fera descendre les vieux satellites à 200 km d’altitude.


Le problème des débris ne fera que s’amplifier. Le nombre de satellites dans l’espace a augmenté de 50% en cinq ans, selon la Satellite Industry Association, et la croissance continue.
Le débat monte aux Etats-Unis sur le besoin d’une meilleure régulation internationale du trafic spatial, afin d’éviter les accidents et de gérer les futurs conflits.
“Nous ne voulons pas que ce soit le Far West”, résume Fred Kennedy, directeur du bureau de technologie tactique à Darpa, l’agence de recherche technologique du Pentagone, soulignant que les Etats, avec leurs satellites militaires, avaient eux aussi tout intérêt à établir de bonnes pratiques aux alentours de la Terre.
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Dépannage dans l'espace, ravitaillement, actions sur les débris spatiaux Empty Re: Dépannage dans l'espace, ravitaillement, actions sur les débris spatiaux

Message par Laurent Simon le Sam 19 Jan 2019 - 12:43

https://www.challenges.fr/entreprise/aeronautique/le-ravitailleur-spatial-nouveau-pari-de-thales-alenia-space_626091

Nom de code : Space START. Le patron de Thales Alenia Space (TAS) Jean-Loïc Galle a levé le voile mardi 13 novembre sur un projet d’engin spatial multifonctions dédié aux services en orbite, sur lequel le groupe travaille depuis deux ans.

"Cet engin pourra effectuer des missions de ravitaillement de satellites, d’inspection d’objets spatiaux, de retrait de débris et de désorbitation de satellites, a indiqué le PDG de TAS lors de la signature d’un accord de coopération entre TAS et l’Onera, le laboratoire public de recherche aérospatiale.
Nous prévoyons un premier vol de démonstration en 2022." Un démonstrateur a déjà été présenté à une délégation de l’Agence spatiale européenne (ESA) le 8 novembre dernier sur le site Thales Alenia Space de Cannes.

Pourquoi ce projet de remorqueur spatial ? "Ce type d’engin permettrait de répondre à des besoins à la fois civils et militaires, c’est un vrai accélérateur de business", assure Jean-Loïc Galle. Côté civil, il pourrait servir de ravitailleur pour les satellites déjà sur orbite. La durée de vie de ceux-ci est en effet limitée par leurs réserves en carburant, qui leur permettent de rester à la bonne orbite. En les ravitaillant, un remorqueur spatial permettrait de prolonger leur durée de vie de plusieurs années.

Ce type d’engin pourrait aussi permettre de s’attaquer à la problématique des débris spatiaux. On estime que 170 millions de débris gravitent sur orbite, dont 30.000 de plus de 10cm
Beochien
Beochien
Whisky Charlie

Dépannage dans l'espace, ravitaillement, actions sur les débris spatiaux Empty Re: Dépannage dans l'espace, ravitaillement, actions sur les débris spatiaux

Message par Beochien le Sam 19 Jan 2019 - 13:29

Merci LS

Depuis le temps que je l'attend cette fonction là !
Dépannage, remorquage, re-fuel, balayeuse à débris, désorbit, re-orbit, c'est ambitieuc et trés bien !
Voir si c'est orbite haute ou basse ... Il faudra spécialiser ces bestioles, un multi rôle pas assez orienté, risque d'être inefficace ...
Et quid de la normalisation des procédures ravitaillement, connecteurs, embouts et gaz ou propellants, très différents today, du Fréon à l'Hydrazine ... !
Imaginer des becs de pompe à essence différents dans chaque pays et des normes de carburants itou, on serait mal pour traverser l'Europe ...

Airbus a son projet de "Tug" aussi, vu la qty de satellites (Et de bases) qu'ils fabriquent, ils pourront rendre leurs "Chassis" facilement compatibles avec un ravitaillement  Wink
Et ATK, aussi en lisse !

https://spacenews.com/airbus-to-challenge-ssl-orbital-atk-with-new-space-tug-business/
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Dépannage dans l'espace, ravitaillement, actions sur les débris spatiaux Empty Re: Dépannage dans l'espace, ravitaillement, actions sur les débris spatiaux

Message par Laurent Simon le Sam 19 Jan 2019 - 14:07

Merci Beo,
et aussi Loral, et une sté israelo british

"... Airbus’ entrance into this market follows that of Orbital ATK, whose first Mission Extension Vehicle launches next year on an ILS Proton rocket,

and Space Systems Loral, whose satellite servicer leverages work with the Pentagon’s Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA).

British-Israeli company Effective Space Solutions is also building servicer spacecraft based on small satellites...."
Beochien
Beochien
Whisky Charlie

Dépannage dans l'espace, ravitaillement, actions sur les débris spatiaux Empty Re: Dépannage dans l'espace, ravitaillement, actions sur les débris spatiaux

Message par Beochien le Sam 19 Jan 2019 - 14:25

Oui, rien depuis 20 ans, alors que c'était bien nécessaire ...
De normaliser surtout pour le re-fuel, un crochet (Moyen) d'attelage aussi etc .... !

Et beaucoup de "Would be" sur le marché maintenant.

Le plus lamentable est que je ne vois pas beaucoup de satellites  conçus et "Prêts" pour une assistance en combustible (La première urgence) et les + $$$ !
Reste le "Crochet" de remorquage, pour l'orbite !
Les débris, pas identifiables, ça dépend de Mère Thérésa ... qui va payer (Au kg ?) pour ...
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Dépannage dans l'espace, ravitaillement, actions sur les débris spatiaux Empty Re: Dépannage dans l'espace, ravitaillement, actions sur les débris spatiaux

Message par Laurent Simon le Sam 19 Jan 2019 - 14:53

Beochien a écrit:Oui, rien depuis 20 ans, alors que c'était bien nécessaire ...
De normaliser surtout pour le re-fuel, un crochet (Moyen) d'attelage aussi etc .... !

Et beaucoup de "Would be" sur le marché maintenant.

Le plus lamentable est que je ne vois pas beaucoup de satellites  conçus et "Prêts" pour une assistance en combustible (La première urgence) et les + $$$ !
Reste le "Crochet" de remorquage, pour l'orbite !
Oui je suis bien d'accord

Les débris, pas identifiables, ça dépend de Mère Thérésa ... qui va payer (Au kg ?) pour ...
On en viendra probablement à faire payer une taxe, pour chaque nouveau lancement,
mais pour obtenir l'accord de tous les acteurs, on risque fort d'attendre ...
Beochien
Beochien
Whisky Charlie

Dépannage dans l'espace, ravitaillement, actions sur les débris spatiaux Empty Re: Dépannage dans l'espace, ravitaillement, actions sur les débris spatiaux

Message par Beochien le Sam 19 Jan 2019 - 15:12

Oui, les lanceurs de satellites, sont nombreux maintenant, et loin d'assumer leurs responsabilités ...
Sans parler des essais d'interception Chinois pour créer des milliers d'éclats ....  What a Face
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Dépannage dans l'espace, ravitaillement, actions sur les débris spatiaux Empty Re: Dépannage dans l'espace, ravitaillement, actions sur les débris spatiaux

Message par Laurent Simon le Dim 14 Avr 2019 - 15:11

https://usbeketrica.com/article/garage-espace-recycler-debris-spatiaux

...
Les débris de plus de 10 cm, assez gros pour détruire un satellite, sont passés de 29 000 en 2017 à 34 000 en 2019. Les objets compris entre 1 et 10 cm, capables d’endommager ou dévier un satellite, ont aussi grimpé de 750 000 à 900 000 en à peine deux ans. Et les choses pourraient encore empirer. Les démonstrations de force militaires consistant à détruire son propre satellite font des émules : après les Etats-Unis, la Russie et la Chine, c’est l’Inde qui, en mars dernier, a ainsi produit des milliers de débris supplémentaires d’un seul coup.

Réaction en chaine
« Un autre danger, c’est l’arrivée dans l’espace des acteurs privés et de leurs projets de méga constellations : des milliers de tout petits satellites à bas coût, pas forcément équipés de moyens d’évitement, vont générer des probabilités de collision beaucoup plus élevés, sans parler de leurs risques de tomber en panne », souligne Stéphanie Lizy-Destrez.
Dépannage dans l'espace, ravitaillement, actions sur les débris spatiaux 5cb0a676d18e4 Image d'artiste des débris spatiaux en obrite terrestre. (crédit : ESA)
Si chaque collision entraine des milliers de débris, susceptibles d’entraîner à leur tour des collisions, le risque est celui de déclencher une réaction en chaîne, ou « syndrome de Kessler », du nom d’un consultant de la Nasa qui envisageait un tel phénomène en 1978. Passé un certain seuil, les risques de collisions deviennent trop élevés et nous ferment les portes de l’espace. Il faudra alors apprendre à vivre sans satellite, c’est-à-dire sans Internet ni moyens de communication dans de nombreuses régions et sans système de navigation GPS pour les bateaux, avions et voitures.

...
Recycler en orbite
Mais à l’ISAE-SUPAERO, l’équipe SAC Lab (Space Advanced Concepts Laboratory) voit un cran plus loin. Plutôt que de faire la collecte des déchets, les chercheurs veulent empêcher au maximum leur production, en réparant et recyclant les satellites depuis un « garage de l’espace ». Une application de l’économie circulaire en orbite.

Le garage spatial pourrait, dans sa version la moins chère, être entièrement autonome, avec les dimensions et la masse d’environ un dixième de ceux de la Station spatiale internationale, soit 10 ou 20 tonnes et abriter différents petits vaisseaux, capables d’aller diagnostiquer l’état des satellites, de les réparer ou de les remorquer jusqu’au garage pour les recycler.
« C’est une idée totalement faisable avec les technologies actuelles, assure Stéphanie Lizy-Destrez, au cœur du SAC Lab. Si les agences spatiales et les industrielles sont partantes, en 10 ou 15 ans le service pourrait être en place. »

...
Reste tout de même quelques obstacles à franchir.
Pour recycler et réparer efficacement les satellites, l’idéal serait que les fabricants standardisent leur matériel. Qu’ils privilégient les matériaux recyclables et les pièces réparables : des panneaux solaires qui ne soient pas collés aux parois du satellite, par exemple. « On veut faire prendre conscience aux industriels que s’ils ne s’engagent pas dans cette voie, ils finiront pas ne plus pouvoir lancer de satellites, plaide la chercheuse. Le problème, c’est qu’il n’y a pas de policier de l’espace, et qu’il n’y aura pas de loi internationale dans ce domaine dans qu’il n’y aura pas eu un événement catastrophique, une coupure d’Internet pendant trois mois. »

Il faut dire que ce garage de l’espace emploi un lexique et des arguments auxquels les écologistes sont plus habitués que les régulateurs de l’espace.
Recyclage, durabilité, économique circulaire… « Mes étudiants ont parfaitement intégré toutes ces notions, constate Stéphanie Lizy-Destrez. Et personnellement, ça me choque qu’on privilégie d’envoyer les vieux satellites sur des “orbites cimetières”. Ça ne fait que renvoyer le problème aux générations futures. » En matière d’écologie, il semble que la gravité n’interfère pas sur les comportements humains : dans l’espace comme sur Terre, nous ne réagissons pas avant d’être au bord du gouffre.

Contenu sponsorisé

Dépannage dans l'espace, ravitaillement, actions sur les débris spatiaux Empty Re: Dépannage dans l'espace, ravitaillement, actions sur les débris spatiaux

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Sam 20 Avr 2019 - 8:19