ACTUALITE Aéronautique

ACTUALITE Aéronautique : Suivi et commentaire de l\'actualité aéronautique


Espace et sciences : LisaPathfinder, Galileo, etc.

Partagez

Laurent Simon
Whisky Quebec

Espace et sciences : LisaPathfinder, Galileo, etc.

Message par Laurent Simon le Lun 13 Juin 2016 - 9:24

Ondes gravitationnelles : Lisa Pathfinder réussit mieux que prévu

http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/lisa-pathfinder-ondes-gravitationnelles-lisa-pathfinder-reussit-mieux-prevu-63074/#xtor=EPR-17-[HEBDO]-20160613-[ACTU-Ondes-gravitationnelles-:-Lisa-Pathfinder-reussit-mieux-que-prevu]

Pari technologique gagné pour les équipes de Lisa Pathfinder, ce satellite de l'Esa qui doit démontrer la faisabilité technique de l'observatoire spatial eLisa, pour détecter les ondes gravitationnelles depuis l'espace.
Comme nous l'explique le responsable de la mission, l'engin surpasse les attentes. Ses performances sont 5 fois supérieures au cahier des charges, et très proches de ce qui est requis pour eLisa.

Lisa Pathfinder a été lancé le 3 décembre 2015 par Arianespace. Courant janvier, il a atteint le point Lagrange 1, son orbite de travail, situé à environ 1,5 million de kilomètres de la Terre. Après une phase de recette, la démonstration a débuté le premier mars. © Esa-Cnes-Arianespace / Optique Vidéo du CSG - S. Martin


"Lorsque la mission Lisa Pathfinder est conçue, les ondes gravitationnelles ne sont qu’une théorie prédite en 1916 par Albert Einstein, alors convaincu du fait que des objets courbent l'espace-temps en fonction de leur masse. Il en fait un des piliers de la relativité générale.

Pourtant, le satellite Lisa Pathfinder n'est pas chargé de les détecter. L'engin n'est qu'un démonstrateur de l'Agence spatiale européenne (Esa), conçu par Airbus Defence and Space, pour tester des technologies clés qui serviront un jour à l’observation des ondes gravitationnelles depuis l’espace. En effet, l’Esa a en projet depuis plusieurs années la réalisation de l’observatoire spatial eLisa (evolved Laser Interferometer Space Antenna), un gigantesque interféromètre constitué de 3 satellites formant un triangle équilatéral d'un million de kilomètres de côté et échangeant entre eux des faisceaux laser. « L’idée est de mesurer d’infimes variations relatives de la distance entre les satellites causées par le passage d’ondes gravitationnelles. Pour l’instant, il nous faut encore démontrer qu’on peut le faire » nous expliquait Damien Texier, responsable de la mission en opération à l’Esa, avant le lancement du satellite.

C’est aujourd’hui chose faite. Les technologies envisagées pour eLisa ont été testées avec succès. Pour cela, le satellite a libéré deux masses étalons, faites d'un alliage d'or et de platine, pesant chacune 1,96 kg, de façon à leur faire subir la chute libre la plus pure jamais provoquée dans l’espace et de suivre leur position relative avec un degré de précision extrême. À l’intérieur du satellite, ces deux masses sont à l’abri de toutes les forces externes et internes susceptibles de s’exercer sur elles, à l’exception d’une seule : la gravité."


"Oui, eLisa est faisable
Comme le souligne le professeur Karsten Danzmann, directeur à l'institut Max Planck de physique gravitationnelle et directeur de l'Institut de physique gravitationnelle à Leibniz Universität Hannover, « avec Lisa Pathfidner, nous avons créé l’endroit le plus tranquille connu de l’humanité. Sa performance est spectaculaire et dépasse de loin toutes nos attentes ». Après deux mois d’expérience, les résultats montrent que les deux masses d'épreuve au cœur du satellite tombent librement dans l'espace sous l'influence de la seule gravité.
Elles ne sont perturbées par aucune autre force extérieure, comme le vent solaire ou la pression de la lumière du Soleil. En éliminant toutes sources de perturbations, les scientifiques ont pu observer la chute libre la plus parfaite jamais créée. Les mesures réalisées de la position relative et l’orientation des deux masses est plus fine que celle initialement prévue, inférieure à 0,01 nanomètre, soit moins d’un millionième de l’épaisseur d’un cheveu."

".... Alors, pourquoi construire un observatoire spatial, au coût estimé entre 1,5 et 2 milliards d’euros s'il est possible de détecter ces ondes depuis la Terre ? Parce qu'eLisa viendra compléter ces instruments terrestres en mesurant des ondes de faibles fréquences, ce qui est impossible depuis le sol.
Ligo et Virgo, en effet, ne peuvent détecter que des fréquences comprises entre dix et plusieurs milliers de hertz. Or, les ondes gravitationnelles couvrent un spectre beaucoup plus large.
En particulier, celles produites produites par des événements exotiques, comme la fusion de trous noirs supermassifs, ont des fréquences plus basses, entre 0,1 mHz et 1 Hz, et, de ce fait, ne sont détectables que depuis l'espace.
"


Laurent Simon
Whisky Quebec

Des satellites (Galileo) en dérive pour tester la relativité générale d’Einstein !

Message par Laurent Simon le Lun 13 Juin 2016 - 9:33

http://actualite.housseniawriting.com/science/2015/11/13/des-satellites-en-derive-pour-tester-la-relativite-generale-deinstein/10438/
Les 2 satellites Galileo lancés accidentellement dans une mauvaise orbite vont servir "pour tester l'une des prédictions de la théorie de la relativité générale d'Einstein. La prédiction est qu'une horloge tourne plus lentement lorsqu'elle est proche d'objets massifs."

"Les satellites, gérés par l’agence spatiale européenne (ESA), ont souffert d’un mauvais lancement par le lanceur russe Soyus. Ils ont été mis sur une orbite elliptique plutôt que circulaire. Ces satellites étaient destinés pour Galileo qui est le projet de GPS par l’Europe.

Mais malgré leur mauvaise orbite, ces satellites possèdent toujours une horloge atomique. Et selon la relativité générale, le tic-tac de ces horloges doit ralentir lorsque les satellites se rapprochent de la Terre à cause de leur mauvaise orbite. Et c’est possible parce que la gravité terrestre déforme l’espace-temps. Et les horloges doivent accélérer lorsque les satellites s’éloignent de la Terre.

Le 9 novembre 2015, l’ESA a annoncé que des équipes au ZARM (Center of Applied Space Technology and Microgravity) en Allemagne et le département du Time’s Space Reference Systems à l’observatoire de Paris vont surveiller cette baisse et augmentation de la vitesse du tic-tac. En comparant la vitesse de l’horloge avec l’altitude des satellites, les scientifiques pourront tester la précision de la théorie de la relativité générale. La mesure sera faite par des lasers provenant de stations terrestres qui vont être pointées vers les satellites.

Le lancement d’un satellite est très couteux en temps et en argent et utiliser ce type d’accident est une idée brillante selon Gerald Gwinner, un physicien de l’université de Manitoba au Canada.

C’est un scénario classique dans le genre : Si la vie vous donne des citrons, faites-en de la limonade. En 1976, la NASA avait lancé une horloge atomique à bord du Gravity Probe A depuis la surface de la Terre. Cette horloge a été lancée à 10 000 kilomètres d’altitude et on a ensuite comparé avec une horloge identique sur Terre. Mais la sonde est restée en l’air uniquement pendant 2 heures.

En revanche, les satellites prévus pour Galileo vont rester en l’air pendant un an en tombant et en s’élevant de la Terre à une distance de 8 500 kilomètres à raison de 2 fois par jour.
Ce test est le premier du genre pour améliorer l’expérience de 1976 selon l’ESA. Ce sera la mesure la plus précise sur l’influence de la gravité sur le temps qui passe."

Laurent Simon
Whisky Quebec

Re: Espace et sciences : LisaPathfinder, Galileo, etc.

Message par Laurent Simon le Lun 13 Juin 2016 - 9:42

En video (CNES), accessible aussi depuis le site FuturaSciences :

http://www.dailymotion.com/embed/video/k6Bm4xTYWIUBWKdilij?wmode=transparent&autoplay=0

Edit : Oups, les iframes ne passent pas sur avia.superforum ??

Laurent Simon
Whisky Quebec

L'oxygène de la comète Tchouri est plus ancien que le Soleil

Message par Laurent Simon le Lun 13 Juin 2016 - 10:20

http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/churyumov-gerasimenko-oxygene-comete-tchouri-plus-ancien-soleil-63061/#xtor=EPR-17-[HEBDO]-20160613-[ACTU-L-oxygene-de-la-comete-Tchouri-est-plus-ancien-que-le-Soleil]

"Dans la chevelure de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, alias Tchouri, l'instrument Rosina, à bord de la sonde spatiale Rosetta, avait découvert de l'oxygène, sous forme moléculaire (O2) comme dans l'atmosphère terrestre. Une analyse montre qu'il provient du milieu interstellaire et qu'il s'est formé sous l'influence des rayons cosmiques au sein de grains de glace qui n'ont jamais fondu.


Une équipe internationale de chercheurs, dirigée par Olivier Mousis du Laboratoire d’astrophysique de Marseille (CNRS/Aix-Marseille Université), Françoise Pauzat et Yves Ellinger du Laboratoire de chimie théorique (CNRS/Université Pierre et Marie Curie), a découvert que l’oxygène dans la chevelure (ou coma) de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko aurait été formé à partir de molécules d’eau cassées par le bombardement de rayons cosmiques galactiques."

Laurent Simon
Whisky Quebec

Avec ExoMars 2016, la compréhension de Mars fera un bond sans précédent

Message par Laurent Simon le Lun 17 Oct 2016 - 2:24

http://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/exomars-2016-exomars-2016-comprehension-mars-fera-bond-precedent-61919/

La mission ExoMars 2016 va bientôt connaître un tournant. En effet, mercredi 19 octobre, la capsule Schiaparelli atterrira sur la Planète rouge. Quant au satellite TGO, il s'insérera dans l'orbite de Mars pour étudier son atmosphère. Fabriqués par Thales Alenia Space, les deux engins ont connu un développement chaotique qui a failli contraindre l’ESA (Agence spatiale européenne) à abandonner la mission ! Aujourd’hui, c’est de l’histoire ancienne. Franck Montmessin, directeur de recherche CNRS au laboratoire Atmosphères, milieux, observations spatiales (Latmos), nous explique les enjeux scientifiques de cette mission.

Contenu sponsorisé

Re: Espace et sciences : LisaPathfinder, Galileo, etc.

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 3:07


    La date/heure actuelle est Jeu 8 Déc 2016 - 3:07