ACTUALITE Aéronautique

ACTUALITE Aéronautique : Suivi et commentaire de l\'actualité aéronautique


Satellites Européen climat environnement


Laurent Simon
Whisky Quebec

Satellites Européen climat environnement - Page 2 Empty Re: Satellites Européen climat environnement

Message par Laurent Simon le Ven 26 Oct 2018 - 9:23

Faute de mieux (santé depuis l'espace, satellite Nasa), je place ce lien ici

https://www.usinenouvelle.com/article/la-nasa-utilise-ses-satellites-d-observation-de-la-terre-pour-lutter-contre-le-cholera.N734699

....
Le choléra se propage par la consommation de nourriture ou d’eau contaminée par la bactérie Vibrio cholerae. Dans les pays en voie de développement comme le Yémen, l’accès à de l’eau propre est parfois limité, favorisant ainsi l’épidémie. L’agence spatiale américaine travaille avec plusieurs organisations humanitaires présentes sur le terrain, dont l’Unicef (le Fonds des Nations unies pour l'enfance).

Grâce à ses satellites, la Nasa observe les conditions environnementales des régions du Yémen et elle identifie les zones à risque. Dans ces espaces, les associations peuvent distribuer de l’eau propre, des médicaments, des kits hygiéniques et informer le public.

92% de précision
Pour identifier ces régions, une équipe scientifique s’appuie sur un outil de prédiction informatique qui divise le Yémen en petites régions. Celui-ci s’appuie ensuite sur les données des satellites de la Nasa : précipitations, températures de l’air et de l’océan, concentration en phytoplancton près des côtes, existence d’infrastructures d’eau propre et d’équipements sanitaires.

Selon la Nasa, en 2017, l’outil a atteint une précision de 92% sur la prédiction des régions où le choléra était le plus susceptible de se propager. “A ce jour, les résultats suggèrent que le modèle de prévision a le potentiel pour changer fondamentalement la façon dont la communauté internationale traite le choléra”, défend l’agence dans un communiqué.

Laurent Simon
Whisky Quebec

Satellites Européen climat environnement - Page 2 Empty Re: Satellites Européen climat environnement

Message par Laurent Simon le Mar 30 Oct 2018 - 14:31

Et là ce n'est pas un satellite européen stricto sensu
mais franco.. chinois !
https://www.usinenouvelle.com/article/cfosat.N761849

Lundi 29 octobre, la France et la Chine ont placé en orbite leur satellite d'observation CFOSat. Durant au moins trois ans, il étudiera les océans pour réaliser des prévisions en météorologie marine plus précises et mieux anticiper les tempêtes et cyclones. Certains de ses instruments ont été développés par Thales Alenia Space.
Satellites Européen climat environnement - Page 2 Satellite-cfosat
Le satellite franco-chinois CFOSat a été mis en orbite lundi 29 octobre 2018              ©️ CNES/SATTLER Oliver, 2017

Le satellite franco-chinois CFOSat (China France Oceanography Satellite) a été mis en orbite lundi 29 octobre par un lanceur chinois Longue Marche 2C, depuis la base de Jiuquan en Mongolie intérieure. Son objectif est d’étudier les caractéristiques du vent et des vagues à la surface des océans pour mieux prédire les effets du changement climatique.

L’engin a été conçu conjointement par le Centre national d’études spatiales (CNES) et le China National Space Administration (CNSA). Il embarque deux instruments radar.
-Développé par la France, SWIM (Surface Waves Investigation and Monitoring) mesure la longueur, la hauteur et la direction des vagues grâce à ses six faisceaux rotatifs.
-SCAT, mis au point par la Chine, analyse l’intensité des vents et leur direction.

En orbite autour de la terre à une distance de 520 km pour au moins trois ans, le satellite transférera ses données en temps quasi-réel (moins de trois heures après leur acquisition). Elles permettront de réaliser des prévisions en météorologie marine plus précises, avec la possibilité d’anticiper des événements extrêmes comme les fortes tempêtes et les cyclones. Les climatologues pourront également en apprendre plus sur les échanges entre l'océan et l'atmosphère, qui jouent un rôle crucial dans le climat.  ...

video

Laurent Simon
Whisky Quebec

Satellites Européen climat environnement - Page 2 Empty Re: Satellites Européen climat environnement

Message par Laurent Simon le Jeu 6 Déc 2018 - 19:41

Le champ magnétique terrestre a des influences considérables sur différents phénomènes,
y compris pour "l'environnement" au sens le plus large,
il est donc très important de le connaître.

Or on vient de faire une synthèse,
grâce aux mesures de plusieurs satellites, notamment SWARM

https://www.sciencesetavenir.fr/fondamental/geologie/d-ou-provient-le-champ-magnetique-de-la-terre_128970

"Le champ magnétique global de la Terre, mesuré depuis l’espace, est un véritable cocktail. Il est en effet formé de la superposition de plusieurs champs outre celui, majeur, du noyau. De quoi donner du fil à retordre aux géophysiciens qui, pendant des années, ont cherché à en démêler les différentes contributions. C’est désormais chose faite. Grâce à l’accumulation des données recueillies au sol et dans l’espace, les géophysiciens sont désormais capables de déterminer la part de la croûte terrestre, celle de l’ionosphère et surtout - pour la première fois - celle des océans. Cette dernière étant la contribution la plus infime, qui restitue le mouvement des marées et apporte en prime quelques informations sur les profondeurs du globe. Autant de découvertes rendues possibles par les cartes dont disposent désormais les scientifiques, les plus détaillées jamais obtenues.
Pour réaliser cet exploit, il a fallu d’abord faire le plein de données.

... Mais pour une planète dont la surface est à 70 % recouverte d’eau, "ces observatoires, au nombre de 150, n’offrent pas une couverture satisfaisante, puisqu’ils sont tous situés sur les continents, explique Gauthier Hulot, de l’Institut de physique du globe de Paris. C’est donc l’utilisation des satellites qui a ouvert la voie à des données plus homogènes.

L’ère spatiale a commencé avec le satellite danois Ørsted, lancé en 1999 et qui continue aujourd’hui à scruter le champ magnétique terrestre. Puis, en 2000, le satellite allemand Champ est venu en renfort, vaillant mesureur jusqu’en 2010, année où il a été désorbité avant de se consumer dans l’atmosphère.
Enfin, le trio de satellites européens Swarm, lancé en 2013, est venu consolider cet héritage avec une résolution bien supérieure aux précédents.
Restait cependant une question fondamentale : comment s’y prendre, au sein de la foison de données, pour parvenir à séparer les différentes contributions au champ magnétique ? Les géophysiciens ont dû, pour s’en sortir, inventer quelques astuces. La principale étant, pour les océans comme pour l’ionosphère, de repérer leurs phénomènes périodiques caractéristiques (marées, alternance jour/nuit) et d’en étudier l’éventuelle influence.
Et leur ingéniosité a payé."

_____________
Voir aussi cet article un peu plus ancien
février 18

https://www.sciencesetavenir.fr/espace/systeme-solaire/un-quatrieme-satellite-swarm-pour-observer-le-champ-magnetique-terrestre_121586

Un accord entre l'Agence spatiale européenne (ESA) et le Canada permettra de compléter la constellation de satellites Swarm, chargés d'étudier le champ magnétique terrestre, avec un quatrième engin.


En orbite depuis 2013, les trois satellites Swarm, identiques, de l'Agence spatiale européenne (ESA) renvoient une mine d'informations sur la manière dont le champ magnétique terrestre est généré et sur la manière dont il nous protège des dangereuses particules atomiques chargées électriquement, propulsées vers notre planète par les vents solaires.
Ces flux sont également observés par le satellite Canadien CASSIOPE et plus particulièrement pas son module e-POP qui contient huit instruments scientifiques destinés à l'analyse des interactions entre la ionosphère et les tempêtes solaires. Les deux instruments se complétant, les équipes qui les dirigent ont décidé de travailler ensemble.

e-POP devient Swarm echo

Ce qui n'était au départ que des échanges informels s'est concrétisé en février 2018 par un accord international de coopération établi dans le cadre du programme Earthnet de l'ESA qui vise à favoriser les synergies entre les missions et les collaborations entre agences spatiales. Le module e-POP a donc officiellement intégré les satellites Alpha, Bravo et Charlie de Swarm en tant que Swarm Echo. "Swarm et e-POP ont plusieurs capacités de mesure uniques qui sont très complémentaires.



En intégrant e-POP dans la constellation Swarm, la communauté scientifique internationale sera en mesure de mener de nouvelles recherches scientifiques sur le couplage magnétosphère-ionosphère" estime, dans un communiqué de l'ESA, Andrew Yau de l'Université de Calgary.

-----------------
et
https://www.sciencesetavenir.fr/espace/planetes/la-lune-maintient-le-champ-magnetique-terrestre_101686
Beochien
Beochien
Whisky Charlie

Satellites Européen climat environnement - Page 2 Empty Re: Satellites Européen climat environnement

Message par Beochien le Sam 13 Juil 2019 - 10:46

Un programme bien intéressant pour l'imagerie satellitaire, vu par Airbus (Et autres partenaires), Le CNES.

Noté:

Les résolutions en progrès, vers les 30 Cm, et la couverture future (40X) par jour, pour le même point.
Bien mieux que la future constellation concurrente, de Maxar Technologies (12 Sat, à 1,5 m de résolution)
L'interaction avec les militaires.
La multiplication des lancements, vers la 20 taine de satellites.
Une gestion "Multipartenaires" proposée par Airbus.
Vega, bourrée de 4 satellites de 300 Kg, voir plus ! (Pourvu que ça marche !)

A lire !

https://spacenews.com/airbus-to-build-four-imaging-satellites-for-french-space-agency-mulls-20-plus-constellation/
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Satellites Européen climat environnement - Page 2 Empty Deux satellites très importants, BIOMASS et EARTHCARE, à lancer par l'ESA depuis Kourou (Vega, Soyouz)

Message par Laurent Simon le Ven 1 Nov 2019 - 12:45

je duplique ici, les deux posts mis sur Vega et Soyouz
Ces deux satellites vont nous faire faire des progrès très importants,
il est plus que temps, le climat se dérègle plus vite que ce qu'annonçait le GIEC.

https://la1ere.francetvinfo.fr/arianespace-conclut-deux-contrats-lancement-kourou-agence-spatiale-europeenne-766301.html

Vega 2022, pour un satellite ESA d'observation de la terre,

"... D'une masse au décollage de 1.230 kg, le satellite construit par Airbus Defense and Space sera placé sur une orbite héliosynchrone à 666 km d'altitude.

"Cartographier la biomasse forestière depuis l'espace représente un défi technique, car les forêts sont des structures complexes. (...) Biomass permettra de fournir des données cruciales pour mieux comprendre le cycle du carbone et la manière dont nos ressources forestières évoluent", a dit Josef Aschbacher, directeur de l'observation de la Terre à l'ESA, cité dans le communiqué.  ...



https://www.telesatellite.com/actu/54222-arianespace-et-esa-associent-pour-la-mission-biomass.html

"
lesatelliteseraplacésuruneorbitehéliosynchroneàunealtitudede666kmetembarqueralepremierradardit«àsynthèsedouverturesar»fonctionnantsurunebandedefréquencedénommée«bandep»quicartographierademanièreextrêmementpréciselabiomasseforestièretropicaletempéréeetboréaleavecunerésolutionde59à899mètreslesatelliteréaliseraainsidesmesuresimpossiblesàréaliserdepuislesol

https://air-cosmos.com/article/un-lanceur-vega-darianespace-lancera-la-mission-biomass-de-lagence-spatiale-europenne-21905

....Utilisant pour la première fois dans l'espace un radar à synthèse d'ouverture en bande P (qui permet de mesurer la hauteur de la biomasse et des arbres avec une résolution de 200 m ou d’évaluer des surfaces au sol avec une résolution de 50 m), Biomass fournira une cartographie de la quantité de carbone stockée dans les forêts des milieux tropicaux, tempérés et boréals et de son évolution dans le temps (au moins huit cycles de croissance), principalement par l'absorption du dioxyde de carbone libéré notamment par la déforestation.
Biomass appuiera ainsi les travaux des Nations Unies, notamment sur la réduction des émissions résultant du déboisement et de la dégradation des forêts (programme REDD+).

Construit par Airbus Defence and Space, le satellite « vert » de l'Esa (1 230 kg) pourra également observer les réserves d’eaux fossiles dans les régions désertiques et déceler de nouvelles sources d’eau.
Il contribuera à l’étude de la dynamique des masses glaciaires, de la géologie de la subsurface et de la topographie des forêts.
Capable d’observer le sol à travers la canopée, il fournira des cartes altimétriques qui amélioreront les modèles d’élévation numériques actuels dans les zones fortement boisées.

Le lancement de Biomass vers une orbite héliosynchrone, haute de 666 km, sera confié au lanceur léger Vega d’Arianespace. Il interviendra à partir d’octobre 2022 depuis le Centre spatial guyanais.
Sa mission devrait durer au moins 5 ans."

et Soyouz,

La mission EarthCare, menée conjointement avec l'agence spatiale japonaise (Jaxa), vise elle à "améliorer notre compréhension du bilan radiatif de la Terre et de ses effets sur le climat", selon Arianespace.
Le satellite, également construit par Airbus Defense and Space, étudiera "le rôle joué par les nuages et les aérosols dans la réflexion du rayonnement solaire incident vers l'espace ainsi que le piégeage du rayonnement infrarouge émis par la surface de la Terre", ajoute-t-elle.

D'une masse au décollage de 2.350 kg, EarthCare sera placé sur une orbite polaire héliosynchrone à 390 km d'altitude, "traversant l'équateur en début d'après-midi afin d'optimiser les conditions de lumière diurne".
D'autres missions Earth Explorer concernent la mesure de la salinité des océans, du champ gravitationnel, les glaces polaires ou encore les vents.
------------------------------------------

https://fr.wikipedia.org/wiki/EarthCARE

le satellite doit déterminer les profils verticaux des nuages et aérosols et mesurer la radiance dans la couche supérieure de l'atmosphère.

La mise au point du lidar ultraviolet, l'instrument principal du satellite, a rencontré de nombreuses difficultés
qui ont entrainé un report important de la date de lancement désormais prévue en 2022 avec une fusée Soyouz

Le programme Living Planet de l'Agence spatiale européenne, mis en place en 1998 pour remplir les objectifs assignés à l'agence en matière d'Observation de la Terre, comprend deux types de mission spatiale :

  • les missions Earth Watch chargées de collecter des données opérationnelles
  • et les missions Earth Explorer tournées vers la recherche.

Ces dernières sont réparties dans deux catégories :

  • les missions pivot (Core missions), les plus coûteuses, prennent en charge des objectifs scientifiques complexes
  • par opposition aux missions plus ciblées mais également moins coûteuses.



En 2000, l'ESA a lancé un appel à propositions pour la sélection d'une mission pivot. EarthCare, proposée conjointement à l'époque par des scientifiques japonais et européens, résulte de plusieurs années d'échanges entre les deux communautés autour des projets de mission ATMOS/B1 (NASDA) et Earth Radiation Mission (ESA).
La proposition, après avoir été présélectionnée en 2000, fait l'objet d'une étude en phase A de novembre 2001 à début 2004.
En décembre 2004, EarthCARE est retenue et devient la troisième mission pivot Explorer

....
Un article revenant sur les autres satellites du même programme européen,
satellites qui à chaque fois ont apporté une valeur ajoutée très importante

https://www.usinenouvelle.com/article/video-arianespace-lancera-biomass-le-prochain-satellite-de-l-agence-spatiale-europeenne-pour-lutter-contre-la-deforestation.N898169

Satellites Européen climat environnement - Page 2 000815664_illustration_large
Laurent Simon
Laurent Simon
Whisky Quebec

Satellites Européen climat environnement - Page 2 Empty Re: Satellites Européen climat environnement

Message par Laurent Simon le Jeu 7 Nov 2019 - 17:23

https://air-cosmos.com/article/deux-nouveaux-projets-spatiaux-franco-chinois-21972

"Le premier volet de la déclaration signée à Pékin porte sur la mission chinoise Chang’e 6, prévue pour se poser en 2023 sur le pôle sud de la Lune : celle-ci embarquera le spectromètre français Dorn, fourni par l’Institut de recherche en astrophysique et planétologie (IRAP), qui étudiera l’exosphère lunaire et le transport d’éléments volatils à travers le régolithe et dans la poussière de notre satellite naturel.

Le second volet concerne le développement en commun d’un satellite scientifique dédié à l’étude du cycle de l’eau sur Terre. Il pourrait comporter un radiomètre interférométrique en bande L développé par le Cnes (pour les observations de l’humidité des sols et de la salinité des océans) et un radiomètre interférométrique chinois à haute résolution en bandes X et Ka (pour étudier l’équivalence en eau de la neige et à l’état des sols en lien avec le phénomène de gel-dégel).

« La coopération que nous menons avec la Chine dans le domaine spatial continue de s’intensifier, comme le démontre cette nouvelle étape franchie avec ses deux volets, s’est félicité le président du Cnes.

D’une part, l’étude scientifique de la Lune alors que son exploration sera le fil conducteur des missions spatiales de la prochaine décennie.

D’autre part, l’étude du cycle de l’eau sur la Terre pour mieux comprendre le changement climatique, l’un des enjeux majeurs pour notre planète.

Je remercie le Président de la République et son homologue chinois, qui ont souhaité que cette signature se fasse devant eux, ce qui montre l’importance de la coopération spatiale dans la relation entre la France et la Chine. »

Contenu sponsorisé

Satellites Européen climat environnement - Page 2 Empty Re: Satellites Européen climat environnement

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Jeu 12 Déc 2019 - 15:58